Coeur de Christal

forum d'entraides et d'échanges
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 COMPASSION ou compassion "HUMAINE" ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Présence



Féminin
Nombre de messages : 1779
Age : 46
Localisation : ICI
Date d'inscription : 06/04/2008

MessageSujet: COMPASSION ou compassion "HUMAINE" ?   Ven 13 Fév - 18:26

Bonjour á tous,

J’aimerais aborder le thème de la compassion car j’ai remarqué que ce terme était utilisé par la plupart d'entre-nous, dans un sens « limité » aux règles éthiques de « bonnes » conduites de la société et des églises.

L’amour est un sentiment que l’on retrouve développé dans toutes les religions mais peu réalise que la compassion est avant tout une ÉNERGIE... d’Amour. Dans la philosophie du bouddhisme, il s’exprime sous la forme d’amour-compassion, un amour SANS attachement et SANS souffrance que Bouddha a ressenti pour tous les êtres. Mais les personnes ayant une culture christianique (mais culture malheureusement déformée, manipulée et étriquée par l'Eglise), les maitres et thérapeutes spirituels ainsi que les channels chrétiens ne connaissant pas le sens UNIVERSEL de ce mot,
-contrairement aux bouddhistes- « crient » tacitement ou ouvertement trop rapidement et trop facilement au « manque de compassion », au manque de cœur, á l’indifférence dés que les personnes ne « souffrent pas avec », dés qu'elles « semblent » ne pas être animées par la bienveillance car agissant « différemment », « autrement » que les critères prônés par les religions « humaines ».

Dans son sens Universel, en cas de compassion « responsable » et « consciente », les sentiments de peine, d’affliction, les concepts d’identification, d’apitoiement, de l’amour-attachement qui apportent douleurs, ne sont pas véhiculés. Car « partager la souffrance », c’est tout simplement mettre de l’Amour lá oú celui que nous aimons ne parvient pas á en mettre parce qu’il s’est éloigné de sa divinité, de l'Univers, de Dieu, volontairement ou non. Car compatir, c'est se laisser toucher sans se laisser abattre par des émotions. « Eprouvant l'atteinte du mal par personne interposée, je garde intactes les forces qui me permettent de le combattre ».

Chez nous, notre compréhension de la compassion se traduit par :
« On veut se faire consoler, on ne veut pas se comprendre. On demande de la compassion, on ne demande pas de la tendresse. » [Robert Lalonde]

En effet, dans notre culture, personne ne réalise clairement que la compassion n'a rien à voir avec le fait de plaindre l’autre, de le conseiller ou de plonger dans des états émotifs négatifs, « lourds » et de souffrances. Car alors la compassion n'est plus que la transmission en chaîne de la souffrance, une contagion du malheur, une DEPERDITION DE VITALITE qui multiplie la souffrance au lieu de la guérir !!
A mon agréable surprise, et á mon grand soulagement, au cours de mes recherches, j’ai découvert que de trés nombreux auteurs entre autre Nietzsche, des psychologues, comme des maitres spirituels non occidentaux et des Etre sur le chemin de l’ Éveil et connaissant donc les Lois Universelles de « la pensée est Énergie et crée », ont compris le danger de notre attitude de compassion « humaine occidentale ».

Voici une des approches les plus « justes » que j’ai pu lire sur le théme de la compassion:




Dernière édition par Douceur le Ven 13 Fév - 20:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Présence



Féminin
Nombre de messages : 1779
Age : 46
Localisation : ICI
Date d'inscription : 06/04/2008

MessageSujet: Re: COMPASSION ou compassion "HUMAINE" ?   Ven 13 Fév - 18:48

Compassion


La langue française est bien faite qui voit se succéder les termes " communication ", " communion " et " compassion ". En effet, ces trois mots sont inséparables du point de vue spirituel : pour le chrétien, suivre l'exemple de Jésus, c'est communiquer en s'ouvrant á son prochain ; communier avec lui á la même source divine et compatir á son sort lorsque cette communion n'est pas possible. Notre vie terrestre pourrait ainsi se résumer á ces trois types de relation avec autrui.

Le terme auquel nous nous intéressons aujourd'hui, " la compassion ", ne peut se comprendre que dans la perspective de l'union, sans quoi elle consiste en un simple sentiment de pitié á l'égard des malheurs des autres, émotion déplorablement stérile qui ne traduit rien d'autre que l'irruption de l'égo au milieu de la souffrance d'autrui.
A quoi sert-il, en effet, de partager les maux de nos semblables si nous ne sommes pas capables d'y remédier ? Est-ce pour nous prouver á nous-mêmes que nous savons faire preuve de charité ? Est-ce le meilleur moyen pour sauver notre voisin que de plonger dans les mêmes eaux troubles oú il se débat ?

La compassion véritable est bien autre chose : elle prend sa source dans le désir permanent de l'Union avec Dieu qui est, indissociablement, désir de donner á son prochain et de recevoir de lui. Ainsi, dés lors que les circonstances ne nous permettent pas de nous unir á nos semblables - soit parce qu'ils ont exercé leur libre arbitre dans une autre direction, soit parce qu'ils ne parviennent pas á surmonter une épreuve douloureuse - nous avons la
possibilité de nous mettre en union avec le Christ qui vit en cette personne comme en chaque être. Si nous ne pouvons donc échanger directement et "visiblement" avec un être parce qu'un obstacle (préjugés, incompréhension, rejet, antipathie de la part de la personne qui souffre, etc...) s'est érigé entre lui et nous, il nous est possible, par l'Amour, de passer outre cet obstacle afin que l'échange ait tout de même lieu.

Voilà donc ce que signifie la compassion : porter les maux de nos semblables de façon á faire tomber les obstacles pour rétablir l'échange dont tous ont besoin. Cela n'a rien á voir avec de la pitié qui constitue une simple perte de temps. C'est la mise en œuvre d'une énergie qui vient de Dieu afin d'éliminer tout ce qui nuit á l'union entre l'autre et nous, entre l'autre et Dieu. Partager les souffrances d'autrui, c'est tout simplement mettre de l'Amour lá oú celui que nous aimons ne parvient pas á en mettre parce qu'il s'est éloigné de Dieu,
volontairement ou non.


De même que nous cherchons les meilleurs moyens de nous unir avec nos frères et sœurs, pour le plus grand bonheur de tous, de meme devons-nous chercher la façon
la plus subtile de l'aider c'est-á-dire celle qui fera produire le plus d'Amour.

En ce domaine, nous avons l'exemple lumineux de Jésus-Christ, source ultime de toute compassion. Jésus a pris sur Lui notre négativité, notre refus de Dieu pour nous permettre de retrouver le chemin qui nous conduit vers Lui : Il ne s'est pas complu dans nos problèmes et nos erreurs en vue d'un " partage" illusoire avec nous ; Il ne nous a pas condamné en restant á distance. Il a tout simplement perçu la situation misérable dans laquelle se trouvait l'humanité et y a répondu de la manière la plus efficace qui soit : en portant ce qui menaçait de nous écraser. En lui, point de jugement contre nous, point de vindicte pas plus que d'émotions inutiles et de vains apitoiements. Juste l'efficacité de l'Amour qui se répand á profusion et comble ce qui en manque. C'est á une même efficacité que nous sommes conviés en devenant nous-mêmes des canaux divins, des instruments de la compassion infinie de Dieu pour ses créatures.

Oui, lorsque l'union est difficile avec nos semblables, c'est á nous, qui sommes conscients d'être aimés, qu'il revient d'agir comme le Christ l'aurait fait. Désirer l'union avec l'Autre est le propre de l'être humain, en être conscient est le propre de celui qui aime et travailler sans relâche á perfectionner cette union est son vœu le plus cher, sa raison de vivre et la compassion, son outil.


Geoffroi

http://www.fraternet.com/magazine/c11.htm
Revenir en haut Aller en bas
Présence



Féminin
Nombre de messages : 1779
Age : 46
Localisation : ICI
Date d'inscription : 06/04/2008

MessageSujet: Re: COMPASSION ou compassion "HUMAINE" ?   Ven 13 Fév - 20:11

Les dangers et les pièges de la compassion "humaine". Si cela vous est possible éviter-les en conscience :



Compatir, c'est "souffrir avec". La compassion n'est pas une émotion. Il s'agirait plutôt d'une attitude qui nous porte á être sensible á la souffrance de quelqu'un. Devant la douleur d'autrui, nous vivons alors différentes émotions. Il peut s'agir de tristesse, de colère, de révolte, etc..., toutes suscitées par ce que nous observons chez la personne qui pâtit.

Comment distinguer la compassion de l'empathie ?

L'empathie est une attitude qui rend capable de saisir ce qu'une personne vit émotionnellement, tel qu'elle le vit. C'est en quelque sorte la capacité de se mettre á sa place pour la comprendre "de l'intérieur".

Lorsque nous sommes emphatiques, nous choisissons volontairement d'essayer de voir et de ressentir la situation comme l'autre; nous adoptons volontairement son point de vue, incluant les réactions émotives qui en font partie. Mais nous restons toujours conscient qu'il s'agit de l'expérience de l'autre. La NEUTRALITÉ est alors préservée.

Dans la compassion, au contraire, une fusion s'opère avec la personne qui se confie, ce qui entraine un parti pris et des jugements de valeur allant dans son sens, sur le moment même.

Ensuite la personne qui aura compati, réintègre ses propres valeurs. A tout moment, par la suite, elle pourra émettre une insinuation, une réflexion personnelle qui démontrera le non-fondé de son parti pris lors de la confidence. La personne qui se sera confiée sera alors trahie et non-écoutée dans le sens oú ce qu'elle aura confié n'aura pas été pris en compte, contrairement á la promesse sous-jacente au parti pris affiché durant le temps de la compassion.

Trahisons et hypocrisies sont les effets pervers possibles de la compassion.

-soit de manière inconsciente : en toute bonne foie, la personne qui compatit prend parti au moment de la confidence, sans arrières pensées. Ce n'est qu'après un certain temps. lorsque le sujet de la confidence est abordée ultérieurement, en présence ou non de la personne principalement concernée, que la personne "confidente" émettra son point de vue personnel et honnête qui pourrait contredire la confidence. Elle ne sera plus dans le vie de la confidence et de la compassion.

-soit de manière consciente : il s'agit d'une personne manipulatrice qui pour l'une ou l'autre raison, aura mis en confiance sa victime en compatissant. Par la suite, elle utilisera les confidences aux dépens de sa victime, soit directement en la rabaissant, soit auprès de tiers en médisant, "analysant" voire en calomniant. (si nous regardons en nous, nous remarquerons que cela arrive, malheureusement, bien plus souvent que nous n'osons nous l'avouer).

L'hypocrisie qui fait suite á un acte de compassion est l'œuvre d'une personne faible - á un moment donné- á qui un tiers s'est confié et qui rencontre une troisième personne qui tente d'obtenir la révélation des confidences. La personne faible se situe alors dans une relation triangulaire. Après la révélation, le plus souvent, la troisième personne exprime á la personne faible un jugement de valeur négatif envers la personne qui s'est confié; la personne faible y compatit aussi, révoquant ainsi les premières confidences.

Exemple très succinct á la suite d'une évaluation confidentielle, au travail :

-A á B : "Je n'aime pas dire ca mais j'ai besoin de me confier á quelqu'un. J'ai subit les agressions de Z. parce qu'elle me rend responsable de évaluation, inférieure á la mienne et qu'elle juge injuste. Je compatis mais je ne suis pas coupable. Je n'ai fait que mon travail et si elle pense être mal évaluée, elle doit aller parler á son chef. "
-B á A : "Oui tu as raison."

-C á B : "Ces évaluations s'est vraiment n'importe quoi. Qu'en pense A ?"

B relate alors le confidence de A.

-C á B : "A est quand même assez frotte manche, pas étonnant qu'elle ait obtenu une meilleure évaluation !"
-B á C : "Oui tu as raison."

B aura trahit A dans cet exemple ci-dessus.

Une autre différence fondamentale entre compassion et empathie réside dans la panoplie des émotions concernées.

-Pour l'empathie, il peut s'agir de toutes les émotions et sensations possibles, allant du chagrin le plus profond á la joie la plus intense, comme de la douleur physique la plus pénible, au bien-être le plus total.

-Pour la compassion, il ne s'agit que de souffrances !

Attention ! la compassion est une vertu quand elle est spontanée, cordiale et de bonne foi et qu'elle répond á un chagrin authentique.

Compassion et interprétations


Un autre risque de la compassion est l'apitoiement, qui répond á l'interprétation que l'on se fait d'une communication qui peut pourtant etre NEUTRE ou signifier une joie ou quelque chose de positif.

Exemple :
-As-tu de la famille?
-Non, je n'ai pas de famille, je suis orphelin.
-Ho mon dieu, comme je compatis, cela doit être très dure pour toi !

La question était -á priori- neutre. La réponse, authentique est NEUTRE. Celui qui l'émet ne rajoute aucune expression ni verbale, ni non verbale d'une souffrance quelconque. La personne qui compatit ne fait qu'exprimer ce qu'elle souffrirait si elle était orpheline. Elle ne se met nullement á la place de l'autre. Son feed-back est inauthentique et l'orphelin n'en dira probablement pas davantage. Si être orphelin est dur pour la plupart, rien n'exclut qu'avec le temps, il ne puisse s'apparenter á de nouveaux repères d'appartenance á un groupe autre que la famille. Au temps présent, cet orphelin est peut-être très heureux, au sein d'un groupe d'amis sincères et de confiance.

La peur de la compassion

Un autre rsique de la compassion est la peur d'en avoir, donc son abstention. Souvent cette crainte provient de la méconnaissance de la différence entre empathie, compassion, affectivité, conseils,... Ce qui se traduit par une attitude soi-disant encourageante mais qui décourage l'expression des émotions salutaires issues de la souffrance.

Exemple :
-Je viens de perdre mon chien, dit une dame á un tiers, en pleurant.
-Mais voyons ne pleure pas ! Ton chien ne serait pas contant de te voir triste.

Alors que pleurer est salutaire quand on perd un être cher. Aussi qu'est-ce qui fait tirer, la conclusion hâtive que le chien pourrait éprouver du mécontentement de voir
sa maitresse pleurer son absence ? Ou qu'est-ce qui exclut que la maitresse ne puisse penser justement le contraire ?
Attention au respect des croyances !

Ou bien :
- Tes enfants son en vie, c'est le principal ! Allez courage !

Alors que si pour certains la vie d'un enfant a davantage de valeur que celle d'un animal, pour d'autre la vie d'un animal a autant de valeur que celle d'un enfant. Attention aux projections et á favoriser la reconnaissance et les respect des différences de croyances et de valeurs !

Lien entre empathie et compassion

L'empathie allie le cœur á la raison. C'est pourquoi il est l'Intelligence du cœur. La compassion ne résonne pas, elle suit spontanément le cœur et les émotions.

L'empathie sait compatir quand la situation le nécessite. Il sait s'arrêter á temps et reprendre du recul dés que la compassion est superflue et pourrait devenir "dangereuse" comme décrit ci-dessus.

L'empathie permet toujours la compassion. La compassion ne permet pas nécessairement l'empathie. La relation entre empathie et compassion n'est pas symétrique.

Extrait du livre : EMPATHIE : UTOPIE ?
(p. 209 á 214 du livre)

http://dianedechievre.over-blog.com/article-20858899.html
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: COMPASSION ou compassion "HUMAINE" ?   Ven 13 Fév - 20:19

MERCI ma tendre Douceur pour cette belle leçon et ces précisions pour une meilleure compréhension de l'Amour-compassion
Revenir en haut Aller en bas
Coeur de lumiere
admin celeste
admin celeste


Féminin
Nombre de messages : 3969
Age : 51
Localisation : dans la lumiere
Humeur : angélique!
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: vendredi 13 février 2009   Ven 13 Fév - 20:29

Douceur d'avoir remis les choses dans le bon contexte. J'ai constaté que beaucoup confondent compassion et ampathie, ou même encore pitié...
La compassion est bien au-delà de tout cela.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: COMPASSION ou compassion "HUMAINE" ?   Aujourd'hui à 20:18

Revenir en haut Aller en bas
 
COMPASSION ou compassion "HUMAINE" ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» COMPASSION ou compassion "HUMAINE" ?
» Un poisson à dentition "humaine"!
» "Les vertus évangéliques, base de toute la vie chrétienne et humaine"
» Réflexion interreligieuse sur la "Vulnérabilité Humaine"
» "épaisseur humaine"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coeur de Christal :: Spiritualité-
Sauter vers: