Coeur de Christal

forum d'entraides et d'échanges
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Jésus: un homme, un Dieu... Les deux?

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
childéric

avatar

Masculin
Nombre de messages : 112
Age : 53
Localisation : Sainte Baume
Date d'inscription : 21/09/2010

MessageSujet: Jésus: un homme, un Dieu... Les deux?   Mar 21 Sep - 19:46



Pour les chrétiens, et peut-être aussi pour les autres, Jésus est le visage de l'amour inconditionnel, l'image du Relié qui relie les autres par la puissance de son propre lien, ou celui qui délie. Son existence historique est anecdotique. Son corps physique n'a guère d'importance, même si le mystère de son visage reste assez troublant.
Pour cette raison, et pour d'autres, les protestants émettent de gros doute sur la virginité de Marie, d'autant que l'évangile de Jean nous apprend que Jésus avait des frères, dont un était son aîné, Jacques. Être vierge après une première naissance, ce n'est plus du miracle, c'est de l'arnaque. Autre chose : Jésus est dit fils de David. Or c'est par Joseph qu'il peut prétendre à ce titre. Sans Joseph, Jésus n'est pas fils de David, mais bâtard de Gabriel. Le dit archange, au demeurant fort suspect, a joué un rôle qui ne l'est pas moins.
Judas le soi-disant traître n'aurait fait que jouer un rôle convenu avec Jésus, pour que s'accomplissent les écritures. Ce fut pour Judas le plus dur des sacrifices : il adorait Jésus. L'histoire des trente deniers, prix de sa trahison, est révélatrice des remords de Judas. A la fin, par désespoir, il s'est pendu, ce qui plaide pour cette thèse.
Quelques textes semblent attester la réalité historique d'un personnage nommé Jésus, ou plutôt Yeshua. Mais ces textes sont tous d'origine chrétienne, écrits et compilés par des chrétiens militants, qui oeuvraient pour le bien des générations futures. Ils n'ont pas hésité à fleurir leurs récits, à les embellir de prouesses ou de faits merveilleux empruntés à des traditions plus anciennes, bref, à "fabriquer" trait après trait l'imposant personnage composite que les églises chrétiennes nous présentent aujourd'hui sous le nom de Jésus de Nazareth. Déjà, sur son origine, première erreur historique. A l'époque de la naissance de Jésus, la ville de Nazareth n'était pas encore fondée. D'ailleurs, en relisant le plus beau des contes de Noël, la nativité évangélique, on constate que Jésus n'est pas né à Nazareth, qui n'existait pas encore, mais à Bethléem, dans une étable.
Allons bon ! Comment se fait-il ? Oui, nous dit l'évangile, c'est parce qu'il y avait un recensement de la population de Judée à ce moment-là ; ses parents ont dû quitter Nazareth pour aller se faire recenser dans leur ville natale. En chemin, ils se sont arrêtés à Bethléem pour y passer la nuit, mais tout était complet. Normal, toute la Judée était sur les routes à cause du recensement, tout ça, tout ça. La fable paraît crédible. Sauf que les méticuleuses archives romaines n'ont pas trace d'un recensement dans ces années-là.
Encore un détail qui cloche, et un nouveau coup de canif dans le le mythe. Pire encore, les archives romaines ne mentionnent pas non plus la mise à mort d'un dénommé Yeshua bar Yosef, puisque tel était, en principe, l'état civil de Jésus. Cette histoire repose sur une erreur. Yeshua appartenait à la secte des Nazoréens, des gnostiques purs et durs, sous la guidance d'un certain Yacoub, le Saint Jacques des évangiles, le frère aîné de Yeshua.
Seulement voilà. Quand les moines copistes ont lus Nazoréen dans la version copte, comme ils ne connaissaient pas la secte en question, ils ont changé pour Nazaréen, mieux connu de leurs lecteurs. Du coup, ils ont dû inventer l'histoire du recensement pour justifier la naissance à Bethléem. De toute façon, il fallait que Yeshua ne naisse pas chez lui, pour pouvoir placer la belle image de la crèche et des bergers, empruntée à une tradition mésopotamienne antérieure.
Bien que fausse, l'image d'une naissance dans le dénuement est conforme au personnage de Yeshua. Dans l'Évangile de Thomas , le narrateur insiste sur le dénuement de rabbi Yeshua, qui n'avait même pas une pierre où reposer sa tête. Rabbi Yeshua, que la version française traduit par Maître Jésus, signifie Rabin Jésus. Or dans la tradition juive, nul n'est rabbin s'il n'est marié. Tiens donc ? Jésus était-il marié ? C'est plus que probable.
Les noces de Cana, premier acte de la vie publique de Jésus, semblent être la version épurée d'un événement plus important, plus décisif. Au cours du repas de noces, sa mère lui demande de faire quelque chose car le vin va bientôt manquer. Qui se préoccupe des détails domestiques, sinon l'hôtesse ? Et quand Jésus se rend dans les cuisines pour changer l'eau en vin, pourquoi le laisse-t-on tripatouiller dans les boissons ? Parce qu'il est le héros de la fête, le marié.
Et quand on félicite Marie pour la qualité du vin qui a été servi à la fin du repas, ne serait-ce pas parce que les noces de Cana sont le mariage de Jésus avec Marie-Madeleine ?
Plus tard, les trois Maries, la mère, la tante et la femme de Jésus, doivent fuir la Palestine et prendre la mer.
On les voit débarquer aux Saintes-Maries de la Mer, gagner le massif de la Sainte-Baume puis un ermitage à Rennes le château où Myriam de Magdala donnera naissance au fils de Jésus. Par la suite ce fils grandi, se marie, a lui-même une descendance qui va régner sur la France après le roi Mérovée, la dynastie des Mérovingiens.
L'évangile de Judas et celui de Thomas ont en commun une qualité précieuse : l'authenticité. Comme ils viennent d'être découverts dans les sables du désert, on peut espérer qu'ils n'ont pas eu le temps d'être caviardés par les curés. On ne peut pas en dire autant des évangiles canoniques, qui ont subi pas mal d'injures au fil des conciles et des fluctuations théologiques de l'église catholique romaine et sans scrupule. Les textes de Nag Hammadi ont une double fraîcheur, celle de l'origine, puisque certains textes datent du premier siècle, et celle, décapante, de la gnose.
On y découvre un Rabbi Yeshua fascinant de complexité, aux antipodes de l'iconographie saint-sulpicienne. Les gnostiques l'auraient vomi, eux pour qui le monde est infesté par le mal et donc indigne de nos regrets. Le monde, peut-être, mais tous nos chéris qui y sont ? Le point de vue gnostique en rappelle un autre, celui de Çakya Muni dit le Bouddha, ce fils de radja hindou qui vécu siècles avant Jésus.
Notre Dieu n’est qu’un généticien de talent, qui s'est contenté de tripatouiller son ADN pour accoucher d'une créature fragile, à vie brève, si brève qu'il nous a nommé les éphémères. "Dieu a créé l'homme à son image." Dans ce cas, Dieu est un homme comme les autres. L'homme est un dieu qui s'ignore. Il n'y a pas de différence de nature entre dieu et l'homme, juste une différence de degré. Voilà le secret de Jésus.
Voilà sa révélation qui sauve. Voilà pourquoi il se disait fils de l'Homme. Comment Dieu s'est fait homme s'il l'était déjà ? Qu'importe, au fait ? Jésus savait tout ça, il était gnostique comme son frère Jacques, toutes ces histoires n'avaient pas de secret pour lui. Le livre d'Enoch était son livre de chevet. Jésus avait un frère. Il en avait même plusieurs, dont Jacques, qui était le Maitre spirituel des Nazoréens, une secte gnostique qui groupait des extrémistes purs et durs.
Entre Dieu et l'homme, il y a juste une différence de degré.
Revenir en haut Aller en bas
Phénix
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6694
Age : 51
Localisation : montpellier
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus: un homme, un Dieu... Les deux?   Mar 21 Sep - 21:20

Childeric pour Ce texte intéressant mais je me suis permis de le déplacer car il n'était pas dans la bonne rubrique
Revenir en haut Aller en bas
Dauphin

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1554
Age : 45
Localisation : Lorraine
Date d'inscription : 25/05/2009

MessageSujet: Re: Jésus: un homme, un Dieu... Les deux?   Mar 21 Sep - 21:43

Childéric pour cette version de la vie de Jésus.
Je ne sais plus dans quels bouquins je l'ai déjà lu,
mais pour moi cela me paraît cohérent et correspond à ma logique !!
Revenir en haut Aller en bas
Elfy

avatar

Féminin
Nombre de messages : 151
Age : 53
Localisation : universelle
Humeur : Spirituelle et romantique
Date d'inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: Jésus: un homme, un Dieu... Les deux?   Mer 22 Sep - 10:40

Aussi merci, car celà conforte mes idées et mes ressentis depuis toujours.

Et ce que je vous mets en extrait sur jésus ado du livre 'la lumière dans la nuit des temps", livre dicté par Jésus lui-même en canalisation explique bien tout ce que tu viens de mettre.

Oui les noces de cana étaient bien les siennes. Et il n'a pas transformé l'eau en vin.

Oui Marie n'était pas Vierge mais née sous le signe de la Vierge.

Oui aussi pour JUDA ...

Jésus n'aimait pas qu'on l'appelle "fils de Dieu".

Et la mise en croix, certes a eu lieu mais il n'est pas mort sur la Croix!

Certains prétendent qu'il serait ensuite parti en INDE, là si vous en savez plus ...


Revenir en haut Aller en bas
childéric

avatar

Masculin
Nombre de messages : 112
Age : 53
Localisation : Sainte Baume
Date d'inscription : 21/09/2010

MessageSujet: LE BHAVISHYA PURANA   Mer 22 Sep - 19:06


Un des documents les plus anciens sur Jésus en Inde
après la crucifixion


Jésus a vécu au Cachemire après la crucifixion où il aurait été en samadhi. Il est intéressant de savoir que l'un des textes les plus anciens concernant Jésus est un texte indien. Le Bhavishya Mahapurana , un des 18 Puranas hindous, écrit en sanskrit, raconte une rencontre entre le roi Shalivahana et Jésus près de Srinagar bien longtemps après la crucifixion. On sait que le Bhavishya Purana a été compilé par Sutta en l'année 3191 de l'ère Kautikia; ce qui correspond à l'an 115. On connaît donc sa date exacte. On croit que Jésus est décédé à l'âge de 120 ans, ainsi ce récit a été compilé 5 ans avant sa mort. A côté de la tradition orale des Disciples de Jésus en Afghanistan, ce récit écrit est peut-être le plus important des documents ayant enregistré la présence de Jésus longtemps après la crucifixion car il a été écrit alors que Jésus, selon la théorie, était encore vivant. Ce passage est celui des versets 16 à 33 du 3ème khanda du Pratisarga Parvan.
«Shalivahan, qui était le petit-fils de Bikrama Jit, prit les rênes du gouvernement. Il vainquit les hordes des Chinois, des Parthes, des Scythes et des Bactriens. Il tira une frontière entre les Aryas et les Mlecchas et ordonna à ces derniers de se retirer de l'autre côté de l'Inde. Un jour, Shalivahan, le chef des Sakyas, vint dans les Himalayas. Là, dans le pays du Hun ( le Ladakh, partie de l'Empire Kushan), le puissant roi vit un homme assis sur une montagne qui semblait promettre de bons auspices. Sa peau était belle et il portait des vêtements blancs.
«Le roi demanda au saint homme qui il était. L'autre répondit : "Je suis appelé un fils de Dieu, né d'une vierge, ministre des non-croyants, sans relâche à la recherche de la vérité." Le roi lui demanda alors : "Quelle est ta religion ?" L'autre répondit : "Ô grand roi, je viens d'un pays étranger où il n'y a plus de vérité et où le mal ne connaît pas de limites. Dans le pays des non-croyants, je suis apparu comme le Messie. Mais la démone Ihamasi des barbares (dasyu) s'est manifestée sous une forme terrible; on m'a livré à elle à la manière des non-croyants et j'ai fini dans le royaume d'Ihamasi.
«Ô roi, prête ton oreille à la religion que j'ai apporté aux non-croyants ; après la purification de l'essence et du corps impur et après avoir cherché refuge dans les prières du Naigama, l'homme priera l'Eternel. Au travers de la justice, de la vérité, de la méditation et de l'unité de l'esprit, l'homme trouvera son chemin vers Isa dans le centre de la lumière. Dieu, aussi ferme que le soleil, unira finalement en lui-même l'esprit de tous les êtres qui errent. Ainsi, ô roi, Ihamasi sera détruite; et la bienheureuse image d'Isa, le donneur de bonheur, restera à jamais dans le coeur; et j'étais appelé Isa-Masih." Après que le roi eût écouté ces paroles, il prit l'enseignant des non-croyants et l'envoya dans leur pays impitoyable."
Dans sa première époque en Inde, Jésus était connu comme ISSA (ou Isa). Après la crucifixion, au Cachemire, il était connu sous le nom de Yuz Asaf.
“Les Disciples d'Issa, fils de Mariam" (Jésus, fils de Marie), se disent généralement musulmans et ils habitent dans de nombreux villages éparpillés dans la région ouest de l'Afghanistan dont le centre est Harat. Ils étaient probablement les gens convertis par les missionnaires européens de la Perse orientale, ou peut-être sont-ils la relique de l'époque où Herat était un évêché florissant des Nestoriens, avant que les Arabes ne conquièrent la Perse aux 7è et 8è siècles. Mais d'après leurs récits ils viennent d'une source bien plus ancienne. Il doit y avoir à peu près 1.000 de ces chrétiens. Leur chef est Abba Yahiyya (Père Jean), qui peut réciter la succession des maîtres (gurus) pendant 60 générations environ, jusqu'à "Issa, fils de Mariam de Nasara (Nazareth), le Kashmiri."
La citation montre clairement que Jésus a enseigné en Afghanistan et qu'il a attiré pas mal de gens dont les descendants s'appellent eux-mêmes les Disciples d'Issa. Mais était-ce avant la Crucifixion ? Burke continue : "Selon la communauté, Jésus était charpentier et aussi berger... Les "Traditions de Masih" (l'élu) est le livre saint de la communauté. Ils ne croient pas dans le Nouveau Testament, ou ils disent plutôt que ces Traditions sont le Nouveau Testament et que les Evangiles que nous avons sont en partie vrais mais écrits généralement par des gens qui n'ont pas compris les enseignements du Maître.
“Abba Yahiyya, un personnage très élevé au visage de saint, était certainement un homme érudit, et il connaissait ses propres écritures, plus pas mal des écritures juives, en vérité très bien. Il avait entendu parler des enseignements des "hérétiques" ainsi qu'il appelait ce que nous appellerions les diverses sectes de Chrétiens qui nous sont connues, et il n'en voulait aucune partie.
"Mon fils, disait-il dans son accent doucement persan, ces gens lisent et répètent une partie de l'histoire. Ils ont tout a fait mal compris le message. Nous avons l'histoire qui nous a été dite par le Maître (Jésus), et par lui nous serons sauvés et rendus entiers. Quelques évènements de ce document que vous appelez la Bible sont vrais, mais beaucoup de choses sont inventées ou imaginées ou y sont mises pour des raisons moins que dignes. Issa a vécu pendant plus de trente ans après que les matériaux que vous avez aient été achevés, et il nous a dit ce qui était vrai.
“En bref, la doctrine est que Jésus était le fils de Dieu parce qu'il avait atteint ce rang par sa bonté et ses sacrifices. Il était ainsi égal à une personne divine. Il est venu après Jean le baptiste qui avait lui-même atteint le plus haut degré d'évolution possible à cette époque. Jean l'a baptisé par l'eau, Jésus avec l'esprit et le feu. C'étaient les trois stades de compréhension qui étaient enseignés par nos Chrétiens."
Abba Jean voyait le baptême, l'Esprit Saint et le Royaume de Dieu comme trois stades dans un système d'illumination humaine. Il y a un repas rituel, comme le Dernier Repas. On mange du pain et du vin, mais comme symboles de nourritures plus excellentes qui sont les expériences de l'atteinte de la proximité de Dieu.
Ces gens sont impressionnants par leur piété, leur sentiment de certitude, leur simplicité et leur manque de formes désagréables de ferveur. Ils sont aussi convaincus que le jour viendra où le monde découvrira la vérité sur Jésus."
On remarquera que les Disciples de Jésus clament que Jésus a enseigné un message tout à fait semblable aux Gnostiques et au message contenu dans les documents découverts par Nicholas Notovitch chez les Bouddhistes. Le Baptême, le Saint Esprit et le Royaume de Dieu sont trois stades d'illumination. Cette idée est contraire à la doctrine chrétienne courante qui fait de Jésus un intermédiaire entre les êtres humains et une connaissance parfaite de Dieu. C'est une coïncidence que trois groupes de gens différents, vivant dans des parties différentes du monde, les Gnostiques chrétiens, les Disciples de Jésus en Afghanistan et les Bouddhistes du Tibet partagent une compréhension des enseignements de Jésus qui est exactement la même et qui est pourtant totalement différente de ce qui est appelé de nos jours "Christianisme".
Revenir en haut Aller en bas
Vivotte

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1379
Localisation : France
Date d'inscription : 09/11/2009

MessageSujet: Re: Jésus: un homme, un Dieu... Les deux?   Mer 22 Sep - 20:54

MERCI et BIENVENUE Childeric.

Là, ça sent bon le concret.

A bientôt de te relire.



Revenir en haut Aller en bas
http://genealogie-reincarna.forumactif.name/forum
Elfy

avatar

Féminin
Nombre de messages : 151
Age : 53
Localisation : universelle
Humeur : Spirituelle et romantique
Date d'inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: Jésus: un homme, un Dieu... Les deux?   Mer 22 Sep - 21:24

Tout est en accord avec ce que je soupçonnais mais pas facile de changer tout celà aux yeux du monde.

Oui les trois philosophies se croisent et ont les mêmes pensées.

Et en ce qui concerne la venue des trois saintes sur le sol Français????

Si Jésus était en Inde, est-ce que les trois saintes étaient avec lui?

hihi
Revenir en haut Aller en bas
aigle d'or
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7765
Age : 52
Localisation : Terra
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus: un homme, un Dieu... Les deux?   Mer 22 Sep - 21:32

Merci Childéric

J'ai lu et bu dans la joie tes écrits.
Je connaissais l'histoire de la première partie qui est juste la dernière partie je ne la connaissais pas.
Pour le fils qui est bien nait en Gaulle mais est repartie pour revenir plus agé et est bien à l'origine des rois Mérovingiens à travers sa fille.
Il a été élevé en terre d'Egypte pour être protégé.
Yeshua Sananda l'a bien expliqué à travers les messages envoyé à Isa.
Mes dernières recherches sur le sujet collabore avec les écrits d'Isa.

bonne lecture à toi aussi et merci.

bisous à tous



Revenir en haut Aller en bas
Vivotte

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1379
Localisation : France
Date d'inscription : 09/11/2009

MessageSujet: Re: Jésus: un homme, un Dieu... Les deux?   Mer 22 Sep - 22:42

Très curieuse scynchronicité !!!

Après les révélations de Childéric qui me plaisent bien, je tombe ce soir sur une émission télévisée (sur la 9) où l'on a justement, parlé de Jésus et Marie-Madeleine, de leur supposée fille Sarah, etc.

Suite de l'émission "Enquêtes confidentielles" :

Le "da vinci code" qu'ils démontent à fond bien sûr. Sauf... qu'il s'agit d'un ROMAN et non pas de faits historiques.

Félicitations Dan Brown









Revenir en haut Aller en bas
http://genealogie-reincarna.forumactif.name/forum
Lancelot de Fohet
modérateurs
modérateurs
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2156
Age : 63
Localisation : L'Auvergne, Coeur du Massif Central.
Date d'inscription : 03/03/2009

MessageSujet: Saint ISSa est bien connu au Tibet.   Jeu 23 Sep - 6:42

et particulièrement dans une abbaye située dans la capitale du Laddak à Leh. il se trouve que le supérieur du monastère de Hémis est un ami personnel de lama Namgyal notre ami lama cher Aigle...voila pour ceux qui aime du concret qui parle sans détour. même si dès fois la quête spirituel est tout aussi concrète en esprit pour ceux qui y accède. mais bon...
et le document en question i se dénomme : La vie de saint Issa, le meilleur des fils des hommes.

L’apocryphe d’Hémis

Le document aurait été rédigé trois ou quatre ans après la mort de Jésus, par des témoins oculaires et contemporains. Il jouirait donc de bien plus de valeur historique que les récits évangéliques, beaucoup plus tardifs. Nous ne dirons rien de l’histoire de Moïse, fils du Pharaon, qui s’érige en chef des Israélites, le trône d’Egypte étant réservé à son frère aîné. Après un temps de décadence, Dieu vient en aide à Israël et s’incarne dans un enfant né de parents pauvres, mais appartenant à la maison royale de David.

Dès sa quatorzième année, le jeune Issa aurait quitté clandestinement la maison paternelle pour se joindre à une caravane en itinérance vers l’Inde. Après avoir fréquenté les Djainites, Jésus aurait passé six ans à l’école des brahmines, dans le temple de Jagannath. Mais comme il niait publiquement l’existence des divinités de l’hindouisme qui obscurcissaient le principe du pur monothéisme, il dut fuir dans les montagnes du Népal pour échapper aux brahmines qui voulaient le tuer. Issa séjourna six autres années parmi les bouddhistes du Tibet, où il trouva une conception du divin correspondant à son aspiration religieuse profonde.

A vingt-six ans, il retourne dans son pays en passant par la Perse, pour y enseigner la doctrine qu’il a étudiée sur les pentes de l’Himalaya. L’accueil que lui réservèrent les chefs religieux de Judée fut des plus chaleureux, les Israélites reconnaissant en lui le Messie tant attendu. Mais inquiet de la popularité croissante de Jésus, Pilate le fit arrêter, et malgré les efforts des grands prêtres et du sanhédrin pour le faire libérer, il fut condamné à mort pour incitation à la rébellion, après avoir été mis cruellement à la question.

Comme les foules pieuses se rassemblaient sur la tombe du saint Martyr, Pilate ordonna d’enlever le corps de nuit, et de l’enterrer dans un lieu secret, en laissant la tombe ouverte afin que les pèlerins puissent se rendre compte qu’il était vain d’encore venir se recueillir en ce lieu. « Mais Pilate manqua son but car les Hébreux, superstitieux et croyant aux miracles, le déclarèrent ressuscité. Et personne ne se trouva assez fort pour démontrer l’impossibilité de cette légende ».


L’ouvrage de N. Notovitch devint un franc succès : il fut réédité à huit reprise l’année même de sa première édition française, en 1894. Dans le même temps, des traductions anglaise, suédoise, italienne et allemande virent le jour, suivies d’une édition en russe. Puis le best seller connut un certain déclin : il faut attendre 1909 pour voir la sortie d’une version espagnole et 1926 pour qu’il soit rééditer aux Etats-Unis. Sa réédition en France en 1991 et en 2004 est significative de l’intérêt (médiatique) pour les interprétations réductrices du Jésus des Evangiles.

PS d Lancelot...

vous noterez que 1894 est une date qui fait date à ce moment là et dans les années précédentes et suivantes en très concentrés et simultanée autres détails concret bien du monde initié vivaient sur notre planète qui allaint générer tous les courants de pensée ésotériques et autres du siècle suivant notre bon 20ème siècle que ce soit Héléna Petrovana blatvasky avec Monseigneur CW leadbeater en Indes qui vont découvrir Krishnamurti le prenant pour le Christ si si cherchez vous verrez , que ce soit Rudolf Steiner et son Antroposophie qui générera avec Goethe le Goehétanum plus tard une partie de son travail génerera l'écologie moderne avec les engrais bio and co, Max heindel qui partira d'Allemagne et fondera la société rosicrucienne la Rose Croix d'Or aux Etats Unis voir leur cosmogonie, dans le même temps certains américains partiront de Californie pour être accredité par le collège rosicrucien et la fédération de la Fudosi pour générer à Toulouse ce qui deviendra l'ordre Rosicrucien Amorc, et ainsi de suite du concret j'en ai des pages avec leur cortège de vécus de tous ses cherchants et trouveurs et des déviations inévitables de leurs disciples ! respectifs au cours du temps,
et aussi dans le même temps se fera des expéditions d'archéologues américains bien guidés un certain Baird Spalding qui écrira son récit de vécus et rencontre en Inde et au Tibet une certain livre si connu La Vie des Maîtres....et Ultimes Paroles qui seront les prémisses de ce qui deviendra l'Ay Am 50 ans plus tard ....

dans le m^me temps en France aussi un certain Papus ,et bien d'autres autour de lui et notre merveilleux maitre Philippe de Lyon reconnu à sa naissance par le curé d'Ars comme quelqu'un de très élevé spirituellment qui deviendra le aprrain du fils de papus et lui donnera son prénom philippe mr philippe d'Encausse car Papus s'appellait Encausse tous deux des amis intimes de Nicolas II le tsar de Russie qui connaitront bien un certain Raspoutine entre autres mais là encore telllment d emélange et de confusions historique derrire la scène se place des courants de pensées énormes le Martinisme par exemple et ainsi d esuite . il n'y a pas de fumée sans feu tous ses êtres leur vécu la manifestaion de leur capacité sont autant de fait concret que l'Esprit souffle ou il veut pour éveiller et servir un Plan bien plus grand que nous.


Oui ce jésus là a existé bien sur et la relation avec le monde d'en haut derrire lui que j 'ai décrite dans d 'autre post va avec. bonne lectures et recherches et surtout oubliez pas en votre coeur réside l'amour inconditionnel du Père et du Fils et l'Esprit vous guide si vous ouvrez vos yeux du ciel. la compassion est uen balise qui vous montre le chemin pour sortir du jugements et des banalités intellectuelles et égotiques qui vous emmurent...dans le service.. Lancelot...
Revenir en haut Aller en bas
http://le-seuil.forumzen.com
Lancelot de Fohet
modérateurs
modérateurs
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2156
Age : 63
Localisation : L'Auvergne, Coeur du Massif Central.
Date d'inscription : 03/03/2009

MessageSujet: ceci dit   Jeu 23 Sep - 6:52

il est vrai aussi que certains et notamment chez les Chrétiens d'aujourd'hui ont soit disant fait des recherches exprimant le fait que tout ceci est faux bien sur et que seul les évangiles sont vrais alors qu'on sait bien la manière éhontée dont les evangiles sont fantaisistes à plus d'un titre notamment dans leur écriture et surtout dans leur conservation et transmission au gré des conciles et des volontés de pouvoir de gens d'eglise...alors qui croire ? n'est c e pas... tenez un exemple à vérifier d'ailleurs :

La vie inconnue de Jésus-Christ en Inde et au Tibet

Critique [2]

Ce succès est d’autant plus remarquable, que dès la parution de l’ouvrage, Max Müller, un des orientalistes les plus connus de l’époque, démontrait que La Vie inconnue de Jésus-Christ était un faux. Une enquête sur place révéla en effet qu’aucun habitant des régions qu’aurait traversées notre aventurier ne se souvenait de cet Européen, dont la venue aurait pourtant dû marquer la mémoire des habitants de ces contrées isolées. Mais surtout : ni les missionnaires des Frères moraves, qui géraient un dispensaire à Leh, ni même le lama du monastère de Hémis, celui-là même qui aurait donné à N. Notovitch les précieux rouleaux, …ne l’ont jamais rencontré !

Quant au contenu de l’ouvrage, les découvertes ne sont guère plus édifiantes : il est historiquement impossible que des bouddhistes de l’Himalaya tibétain aient rencontré le Christ ou aient été informés de sa vie par des témoins occulaires, pour la bonne raison que le bouddhisme n’a pénétré au Tibet que sept siècles après le début de l’ère chrétienne.

Mais notre auteur ne s’embarrasse pas de ce genre de détail ; aussi n’a-t-il aucun scrupule à faire séjourner Jésus dans le temple de Jagannath, qui ne sera construit… qu’un millénaire plus tard !

L’ouvrage reçu pourtant le soutien inconditionnel d’un bon nombre d’occultistes et spirites ayant accès, par vision médiumnique astrale, aux fameuses « archives de l’akasha », où serait conservée la mémoire de tous les événements de notre histoire. Non contents de confirmer les révélations fantaisistes livrées par Notovitch, ces auteurs élargirent la perspective en y ajoutant des éléments de leur cru ou empruntés à d’autres mythes ésotériques, tel que l’histoire secrète des Templiers.

En fait, N. Notovitch s’est plus que probablement inspiré d’un passage d’Isis dévoilé de H. P. Blavatsky, dans lequel l’auteur fait référence à un hypothétique voyage du Christ dans les contreforts himalayens, car les doctrines du Bouddha « s’harmonisaient parfaitement avec sa propre philosophie, tandis que celle de Jéhovah était pour lui abominable et terrifiante ».

Notons enfin l’insistance de Notovitch à disculper les responsables religieux juifs de la mort du Christ : converti à l’orthodoxie plus par opportunisme que par conviction, il saisit habillement l’opportunité qui s’offrait à lui pour se réhabiliter aux yeux de ses ex-coreligionnaires.

Tout cela est assez lamentable et ne mériterait pas qu’on s’y arrête, mais le succès de cette interprétation fantaisiste confirme l’adage : « Mentez, mentez : il en restera toujours quelque chose ! » Le mythe peut même parfois prendre corps : si vous visitez Srinagar [3], vous pourrez vous y recueillir sur « la véritable tombe de Jésus-Christ » ! Il faut bien sûr pousser un peu plus loin le délire pour en arriver là, mais tant qu’à faire, pourquoi s’arrêter en chemin ? Ainsi donc, après sa descente de croix à laquelle il aurait survécu, le Christ aurait vécu encore de nombreuses années à Srinagar , où sa mère l’aurait rejoint, et où il aurait fondé une famille avant de s’éteindre à l’âge de cent vingt ans [4]…

Que dire de plus ? Sinon qu’il faudra bien un jour que les nombreux auteurs « éclairés » qui prétendent connaître le fin mot de l’événement Jésus-Christ se mettent d’accord pour décider laquelle de leurs interprétations est la bonne !

En attendant, nous préférons nous en tenir à l’interprétation croyante que nous en donne les Evangiles.

pages : << 1 2 3
Père Joseph-Marie Verlinde


voila pour votre édification concrète et votre réflexion mr dame...
Revenir en haut Aller en bas
http://le-seuil.forumzen.com
Chouette

avatar

Féminin
Nombre de messages : 4135
Age : 62
Localisation : Au Pays des Merveilles !!!!!!
Humeur : Toujours dans la Bonne Humeur !!!!!!
Date d'inscription : 13/11/2008

MessageSujet: Re: Jésus: un homme, un Dieu... Les deux?   Jeu 23 Sep - 7:26


Tout d'abord merci pour ces nouveaux Posts que je trouve très intéressants !!! je comprends que je sois encore tombée du lit ce matin !!!!!!!!!!!! merci à toi Childéric !!!!!!!!!!!!
beaucoup trop d'écrits depuis une éternité !!!!! et il y a de quoi en perdre la bonne direction !!!!!!!!!!!! ceci dit, ce n'est que mon point de vue !!!!!!!!!!!!
Il y a bien des choses qui me parlent d'ailleurs !!!!!!!!!!!!! et merci encore !!!!!!!!!! pour ce partage et nos échanges !!!!!!!!!!!!!! qui vont être constructifs et non destructeurs !!!!!!!!!
Une excellente journée d'automne à toutes et tous !!!!!!!!!!!!! très Affectueusement !!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Vivotte

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1379
Localisation : France
Date d'inscription : 09/11/2009

MessageSujet: Re: Jésus: un homme, un Dieu... Les deux?   Jeu 23 Sep - 8:44

Revenir en haut Aller en bas
http://genealogie-reincarna.forumactif.name/forum
childéric

avatar

Masculin
Nombre de messages : 112
Age : 53
Localisation : Sainte Baume
Date d'inscription : 21/09/2010

MessageSujet: JESUS ETAIT UN SANNYASI HINDOU   Jeu 23 Sep - 10:11


De même qu’avec l’apparition du brahmanisme en Inde, l’enseignement primordial a subi toutes sortes de tortures pour servir les intérêts d’une certaine classe, de même l’enseignement primordial de Jésus a subi la même sorte de tortures pour servir les intérêts de la même classe qui a créé l'eglise de Romme. Mais à la base, les deux enseignements ne sont qu’un seul sans la moindre différence, car les Sages parlent tous le même langage.
Les Hindous vénèrent Jésus comme un avatar. Ils le vénérent comme un Fils de Dieu. Ils disent simplement qu’il n’est pas le seul, et que tout homme est appelé à devenir Fils de Dieu, à réaliser la Conscience Divine. En disant cela, nous ne faisons que nous appuyer sur la parole de Jésus Lui-même, qui en une simple phrase a résumé tout l’enseignement:
«Que celui qui veut devenir comme Moi, qu’il se renonce lui-même.».
C’est le plus pur Vedanta : «Que celui qui veut devenir Fils de Dieu, qu’il abandonne son ego.»
Jésus était un sannyasi hindou qui a prêché le Vedanta.
Si nous prenons les Evangiles dit ‘canoniques’, nous pouvons suivre la vie de Jésus jusqu’à l’âge de 12 ans. Et tout à coup, plus rien ! Rien ! A la phrase suivante, nous le trouvons âgé de 30 ans sur les rives du Jourdain ! Cette période de 12 à 30 ans, c’est à dire la période la plus importante pour un être humain en ce sens que c’est la période durant laquelle il forme toute sa personnalité, la période où il retrouve son être, est totalement absente. Nous ne trouvons que cette phrase de Luc (II,52) : «Et il avançait en force et en stature et en faveur auprès de Dieu et des hommes». Comme information pour résumer la période la plus longue de sa vie, çà fait tout de même peu.
Alors qu’on nous explique : ou bien cette partie est totalement manquante, et nous nous demandons pourquoi, ou bien elle a été volontairement ôtée du récit de sa vie et, si tel est le cas, la question demeure la même : «Pourquoi ?»
Mais avant que de voir ce que l‘Eglise de Rome a fait de la vie et de l’enseignement de Jésus, voyons les sources de renseignements qu’elle n’a pu dissimuler.
Lorsque dans les années1880 le voyageur russe Nicolas Notovich fit le récit de son voyage au monastère d’Hemis au Ladhak dans un livre où il donnait la traduction de rouleaux écrits en pali et contemporains de Jésus qui relataient la vie de celui-ci en Inde, des forces ont tout fait pour que ce livre passe inaperçu, de même que ces mêmes forces ont récemment tout fait pour retarder la publication des rouleaux de la Mer Morte qui remettent en cause l’historicité même de Jésus. Mais Notovich n’est pas le seul à relater «la vie inconnue de Jésus» , et cette vie est maintenant connue bien qu’elle n’ait pas atteint le grand public ni surtout les chrétiens qui, curieusement sans se poser aucune question à ce sujet, demeurent dans l’ignorance. Reconnaître que Jésus a été enseigné en Inde, ce serait pour l’Eglise, déjà en très fâcheuse posture en Occident et qui essaie de se redresser à coup de conversions en Orient, se faire hara-kiri. Ce serait reconnaître qu’il est vrai qu’il ne faut pas confondre Christianisme et Eglise ! Ce serait reconnaître que Jésus était en vérité un sannyasi hindou ! Ce serait reconnaître la parole de Swami Vivekananda : «Un véritable hindou est un pur chrétien et un véritable chrétien est un pur hindou».
Bien entendu, nombre spéculations ont jailli pour tenter d’expliquer cette bizarre disparition de Jésus pendant tant d’années, la plus connue étant celle de Jésus résidant parmi les Esseniens dont Jean (le baptiste) aurait lui aussi été membre.
Quelle fut donc, brièvement et sans entrer dans les détails, la vie de Jésus entre 12 et 30 ans ?
A l’âge de 12-13 ans, le jeune ISSA partit avec une caravane du prince indien Ravanna d’Orissa pour le Sindh où il parvint à l’âge de 14 ans. Poursuivant son chemin, il traversa «le pays des 5 rivières» pour parvenir au Rajputana (Rajasthan) où les Jaïns lui demandèrent de rester avec eux. Mais il les quitta et parvint en Orissa à Djagerat où les brahmanes l’accueillirent et où il étudia. Il avait là un grand ami : Lamaas. Sa renommée, partout où il se trouvait, était grande. Il étudia les Vedas et l’art de guérir. Il passa 6 années à Djagerat, Katak, Rajagriha, Varanasi où l’un de ses gurus était Udraka, au Bihar et dans d’autres villes saintes. C’est sur les bords du Gange qu’il apprend la mort de son père Joseph.
Il est à noter qu’Issa rejetait le brahmanisme et la main mise des prêtres sur l’enseignement, ainsi que tout système établi par les hommes. Il rejetait donc, comme tous les sages, le système de la caste par naissance. Il préférait être parmi les vaishyas et les sudras auxquels il apprenait les Saintes Ecritures. Il est important de noter cela car nous retrouverons le même Jésus rejeter le même système en Palestine et s’emporter contre les Pharisiens et les scribes, et bien entendu il s’emporterait actuellement de la même manière contre les prêtres soi-disant chrétiens d’aujour-d’hui. Inutile de dire que, comme plus tard en Palestine, cela lui attira un certain nombre d’ennuis et qu’il dut quelquefois quitter précipitemment l’endroit où il se trouvait. «Il s’exprimait fortement contre l’homme qui s’arrogeait l’autorité de dépouiller ses semblables de leurs droits humains et spirituels. «En vérité, disait-il, Dieu n’a fait aucune différence entre Ses enfants qui Lui sont tous également chers.» Jésus était un Vedantin pur. Il dut partir et alla «dans le pays des Gautamides» où vint au monde le grand Buddha Sakyamuni. Jésus se rendit donc au Népal et au Tibet. Il y apprit le pali et étudia encore pendant 6 ans. Puis il quitta l’Himalaya pour le Rajputana en passant par le Ladhak puis Lahore et il dirigea ses pas vers l’Ouest. Retraversant le Sindh, il demeura quelque temps en Perse parmi les suivants de Zarathustra. Il tenait partout le même langage, disant notamment : «Dieu ne se soucie pas des temples bâtis de la main humaine, mais les coeurs humains sont les véritables temples de Dieu.» Après avoir traversé d’autres pays, Jésus parvint en Palestine où il retrouva Jean. Et c’est alors que nous le retrouvons avec ce dernier, tous deux sannyasis, au bord du Jourdain et que reprend le récit des Evangiles.
Jésus connaissait les écritures hindoues, les écritures bouddhistes, le Zend Avesta et les écritures hébraïques. Partout il fut reconnu comme un Maître et un véritable «Fils de Dieu». Mais partout il s’est heurté à l’ordre établi par les prêtres de chaque confession dont il dérangeait très fortement les ‘intérêts’.
Il faut savoir aussi qu’alors que l’Eglise prêche la résurrection et la montée de Jésus aux cieux, les autres récits diffèrent amplement dans lesquels on retrouve Jésus au Cachemire où il aurait terminé sa vie terrestre. Mais cela est encore une autre histoire.
Le nom de Issa vient du sanscrit ISHA, le Seigneur, qui a donné plus tard Ieshua, Ieshou et plus tard Jésus en français.
Une des conclusions que l’on peut tirer de la véritable histoire de Jésus est que l ‘Eglise ne peut en aucun cas avoir le monopole de Jésus comme elle semble le penser. Les hindous ont tout autant, sinon plus, de raisons de le faire leur, d’une part parce qu’il a passé plus de temps parmi eux qu’en Palestine, de l’autre parce qu’ils n’ont pas défiguré son message. Jésus n’a par ailleurs jamais été chrétien et n’a jamais fondé ni demandé de fonder de nouvelle religion. La religion qu’il prêchait était le sanatana dharma. Comme tous les sages, il est universel. En vérité, l’histoire de l’Eglise ne commence véritablement qu’avec l’Empereur romain Constantin, c’est à dire 325 ans après la naissance de Jésus ! Il est vraiment regrettable que nos frères chrétiens ne connaissent ni ne cherchent à connaître l’histoire véritable et se contentent d’avaler tout cru les dogmes que depuis près de 2000 ans une secte ne cesse de leur faire ingurgiter.
Revenir en haut Aller en bas
Elfy

avatar

Féminin
Nombre de messages : 151
Age : 53
Localisation : universelle
Humeur : Spirituelle et romantique
Date d'inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: Jésus: un homme, un Dieu... Les deux?   Jeu 23 Sep - 11:48

Tous vos écrits sont plausibles, et je serais plus proche de cette réalité.
Encore une question ou réflexion qui me vient :

Est-il possible que Jésus eut plusieurs vies en une à cette époque, qu'il se soit matérialisé en plusieurs êtres?

Ainsi il pouvait assimiler et choisir la meilleure des philosophies religieuses et spirituelles.

boufff, ca chauffe dans le cerveau mais vraiment passionnant!

Car nous nous basons hélas, tous sur des récits, des écrits, des pensées ....

J'ai vu aussi le Reportage hier soir, et j'ai eu aussi la même réflexion, bien sûr tout est relatif mais tout n'est pas faux non plus.

Idem pour les vidéos que j'ai regardé, très intéressant!

Je mets celle-ci :

Le tombeau de Jésus en Inde:



Donc pour revenir au sujet jésus homme Dieu, Il était L'âme du CHRIST, se matérialisant en différents être mais le qualifier de DIEU .....

Attends la suite de vos réflexions !

bisous
Revenir en haut Aller en bas
Ghislaine
modérateurs
modérateurs
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1196
Age : 71
Localisation : Magog, Estrie
Date d'inscription : 25/01/2010

MessageSujet: Re: Jésus: un homme, un Dieu... Les deux?   Lun 8 Aoû - 16:33



Ce n'est que ce matin que je découvre ces posts. N'ayant pas l'habitude de lire les posts trop longs je l'avais passé.


J'y suis venue grâce à un autre post et je suis reconnaissant à la synchro qui m'y a mené.

C'est un régal. Merci aux posteurs.

Ghislaine
Revenir en haut Aller en bas
Chouette

avatar

Féminin
Nombre de messages : 4135
Age : 62
Localisation : Au Pays des Merveilles !!!!!!
Humeur : Toujours dans la Bonne Humeur !!!!!!
Date d'inscription : 13/11/2008

MessageSujet: Re: Jésus: un homme, un Dieu... Les deux?   Lun 8 Aoû - 20:57

l'Essentiel est de "rester dans ses pas " !!!
Tout en nous adaptant à l'époque où nous vivons !!!!
De temps en temps sommes "poussé(e)s !!!!
Sommes "guidé(e)s" !!!
Tout simplement !!!
Juste au moment où il faut !!!!
En fait, au bon moment !!!!
Merci Dumar !!!!
Au delà des Mers !!!!
Redressons nos têtes à l'envers !!!

Revenir en haut Aller en bas
Phénix
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6694
Age : 51
Localisation : montpellier
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus: un homme, un Dieu... Les deux?   Mar 9 Aoû - 6:28

tres belle réponse Chouette
Revenir en haut Aller en bas
avatar

avatar

Féminin
Nombre de messages : 3319
Age : 80
Localisation : au delà des nuages
Humeur : variable comme le temps
Date d'inscription : 05/01/2011

MessageSujet: Re: Jésus: un homme, un Dieu... Les deux?   Jeu 15 Nov - 13:39



merci à tous. plus que passionnant.

On a beaucoup écrit, beaucoup de films dessus et
pas mal d'émissions.

Mais je ne me souviens pas de ce que j'ai vécu
il y a quelques années, qu'a-t-il pu se passer il y a 2000 ans ?.

Tout est, parait-il, bien caché au Vatican.
Quand nous passerons la porte, nous saurons.

Mais le principal est de bien vivre notre vie actuelle
et de suivre notre coeur. Tout est en lui. Laissons le
nous parler et croyons ce que nous dit notre coeur.
Ah oui, Jacques le Majeur est bien le frère de Jésus
Mais quel rang dans la famille, je ne sais pas.
Revenir en haut Aller en bas
Chouette

avatar

Féminin
Nombre de messages : 4135
Age : 62
Localisation : Au Pays des Merveilles !!!!!!
Humeur : Toujours dans la Bonne Humeur !!!!!!
Date d'inscription : 13/11/2008

MessageSujet: Re: Jésus: un homme, un Dieu... Les deux?   Jeu 15 Nov - 20:18

[b] Comment se fait-il Avatar que tu fasses ressortir ce Post !!!!! ll date de quand ??? Et dire, qua pas plus tard que ce matin, j'ai parlé avec une personne ( que je ne connais pas ) des fameuses têtes à l'envers !!!!! Quelle coïncidence !!!!!!?????!!!!!!! :noel18:
Revenir en haut Aller en bas
septimus
modérateurs
modérateurs
avatar

Masculin
Nombre de messages : 887
Age : 70
Localisation : Univers
Date d'inscription : 11/01/2012

MessageSujet: Re: Jésus: un homme, un Dieu... Les deux?   Ven 16 Nov - 8:01



Citation :
Comme tous les sages, il est universel. En vérité, l’histoire de l’Eglise ne commence véritablement qu’avec l’Empereur romain Constantin, c’est à dire 325 ans après la naissance de Jésus ! Il est vraiment regrettable que nos frères chrétiens ne connaissent ni ne cherchent à connaître l’histoire véritable et se contentent d’avaler tout cru les dogmes que depuis près de 2000 ans une secte ne cesse de leur faire ingurgiter.


Très intéressant de ressortir ce sujet Avatar, car que n'a-t-on pas écrit sur Yeshua (Jésus)!...

Ses "miracles" furent vite oubliés, ses enseignements déformés et l'humanité demeura "enchaînée" aux dogmes religieux et aux règles gouvernementales. Et au cours des siècles à venir, de sanglantes guerres de religion allaient couvrir notre monde et des innocents allaient être mutilés et massacrés au nom de Jésus fils de Joseph, le grand Christ venu sur ce plan favoriser l'Amour entre tous les peuples.

Mais Jésus, en abolissant les lois de jéhovah et en créant la Loi du Un, la loi de "l'unité intérieure" qui signifie que "le Père et nous ne faîtes qu'un", a véritablement accompli la prophétie. Il a vécu comme homme, est mort d'une mort horrible et a ressuscité son corps afin de prouver ce qu'il prêchait - et il l'a bien prouvé. Il n'est pas mort pour les péchés du monde, mais pour libérer l'Humanité de la grande supercherie: la peur.

Il n'a jamais parlé de l'enfer, de Lucifer ou d'un Dieu redoutable. Il n"a pas prêché les inégalités et les divisions entre les peuples. Il n'a pas fondé l'Eglise ou parlé de dogmes, de règles ni de rituels. Il a uniquement parlé, ouvertement et clairement, du Père qui vit en l'homme, cette intelligence, cette puissance, cette beauté et cet Amour infini.

Même si l'Histoire et la faiblesse des hommes ont considérablement altéré l'enseignement de Jésus, celui-ci n"en garde pas moins toute sa simplicité. C'est nous permettre d'être nous-même. Quand nous sommes notre propre Etat d'Être, le principe du JE SUIS, la joie et la paix du Père s'accomplissent en nous. Et quand nous savons que nous sommes éternel, que le Père est en nous éternellement, rien ne peut jamais nous empêcher de nous accomplir. Car qui pourrait réduire à l'esclavage, intimider ou dominer une entité qui ne craint rien, pas même la mort? Cela, en effet, est le salut. C'est l'Amour s'échappant par chacune des fibres de notre Être.

Plusieurs d'entre nous vénèrent Jésus et l'agonie qu'il endura. Nous le crucifions continuellement, le suspendons sur nos murs et le portons à notre cou. Pourquoi? Pourquoi tenons-nous tant à le voir souffrir? Pour justifier notre propre souffrance? Jésus a eu sa part de souffrances, il a déjà été crucifié. Ne le maintenons pas sur la croix; là n'est pas sa place. Ne vénérons pas son agonie; c'est un symbole d'esclavage. N'exaltons pas sa mort, embrassons sa vie!

Cette entité toute simple était un humain, comme nous. Ce qu'il devint, nous le deviendrons "éventuellement"; ce qu'il a désiré accomplir, nous le désirerons aussi. Mais nous ne le pourrons pas si nous mettons la responsabilité de notre hypocrisie et de nos illusions sur ses épaules. Ce n'est pas sa responsabilité, c'est la nôtre!

Jésus n'est pas responsable de notre salut ou de celui du monde. Il a été son propre sauveur, par la "connaissance". Et ce qu'il savait, il ne l'a appris ni des autres ni des écritures ni par des pratiques rituelles ni par une intelligence dogmatique, mais l'a appris du Dieu-Force personnifié en lui. Il a acquis tout son savoir en écoutant attentivement sa Voix Intérieure et en s'y fiant malgré le ridicule, les critiques et la mort même.

N'adorons pas Jésus, aimons-le! Aimons l'idéal qu'il représente et devenons nous-même cet idéal. Si d'autres nous demande: "Où est votre royaume?" disons-leur clairement: " mon royaume n'est pas de ce monde. Il est en moi." Et s'ils s'informaient: "Qui est votre Dieu?", ayons le courage de dire: "Je suis le seigneur-dieu de mon être, car le Père et moi ne sommes qu'un." Ainsi nous ne ferons qu'un avec ce grand Maître. Nous serons alors une entité éclairée capable d'affronter la peur, lui faire échec; ce qui dans les temps prochains nous aurons justement à faire!...





Revenir en haut Aller en bas
childéric

avatar

Masculin
Nombre de messages : 112
Age : 53
Localisation : Sainte Baume
Date d'inscription : 21/09/2010

MessageSujet: Quel est le message essentiel de Jésus ?   Ven 16 Nov - 16:00

Deux montagnes sont décrites dans l’Évangile comme étant les deux actes d’un drame : le mont des Béatitudes et celui du Calvaire. Celui qui monta sur la première montagne pour enseigner les Béatitudes, devait nécessairement monter sur la seconde pour aller jusqu’au bout de ce qu’il avait prêché.
On dit souvent que le Sermon sur la Montagne constitue l’essence du Christianisme, et c’est vrai : qu’un homme mette en pratique ces béatitudes dans sa vie et il attirera vite sur lui les foudres du monde ! Le Sermon sur la Montagne ne peut être séparé de la Crucifixion, pas plus que le jour ne peut être séparé de la nuit. Le jour où le Christ enseigna les Béatitudes, il signa sa condamnation à mort. Le bruit des clous et des marteaux continue de résonner depuis la colline où il a enseigné aux hommes le chemin du bonheur et de la perfection.
Tout homme veut être heureux, mais pour y parvenir, les voies qu’il nous indique ne sont pas celles du monde. Le monde est gouverné par un certain nombre de grands principes tels que : « Il faut être riche », « Profitons de la vie avant d’être vieux ! », « Vengeance ! », etc. Dans les Béatitudes, Jésus reprend chacun de ces principes et les contredit tous, l’un après l’autre. Par exemple, à ceux qui affirment : « On ne peut pas être heureux si on n’est pas riche. » il proclame : « Bienheureux les pauvres ! » ; A ceux qui crient vengeance, il répond : « Aimez vos ennemis ! » ; A ceux qui pensent que l’on peut tout faire avec la sexualité, il enseigne : « bienheureux les cœurs purs ! »
Jésus résume plus tard l’ensemble de son enseignement en deux préceptes, qui se valent l’un l’autre : « Aimer Dieu de tout son cœur, de toute son âme et de tout son esprit » et « Aimer son prochain comme soi-même » (Mt 22, 37-39).
Le commandement principal de Jésus est donc l’AMOUR. Tous les commandements de Dieu -ne pas voler, ne pas tuer, ne pas mentir, etc. - sont compris dans ce commandement que nous a donné Jésus. En cela, le christianisme est la doctrine la plus simple du monde : nous valons ce que vaut notre cœur.
Revenir en haut Aller en bas
septimus
modérateurs
modérateurs
avatar

Masculin
Nombre de messages : 887
Age : 70
Localisation : Univers
Date d'inscription : 11/01/2012

MessageSujet: Re: Jésus: un homme, un Dieu... Les deux?   Ven 16 Nov - 18:39

Citation :
Le commandement principal de Jésus est donc l’AMOUR.

Là je te suis... childéric! Ce qui m'interpelle c'est le mot "commandement"?



Citation :
Tous les commandements de Dieu -ne pas voler, ne pas tuer, ne pas mentir, etc. - sont compris dans ce commandement que nous a donné Jésus. En cela, le christianisme est la "doctrine"...

Là, le mot "doctrine" me gène! Quant au début de la phrase, tu devrais nous en dire plus! Car mon point de vue diverge et je serais heureux d'en débattre avec toi...

TOUT EST AMOUR
Revenir en haut Aller en bas
Sylvia F.

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1298
Age : 64
Localisation : Estrie, Québec.
Humeur : Vi-vre à la Vie!
Date d'inscription : 13/12/2009

MessageSujet: Re: Jésus: un homme, un Dieu... Les deux?   Ven 16 Nov - 19:15

En ce qui me concerne je pense qu'à la place du mot "commandement" on devrait dire "Enseignement", donc plus doux à l'oreille, donc on entend en même temps le mot amour...donc moins drastique.

Car l'amour ne se commande pas...on le ressent tout simplement.



Sylvia
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artplumeetpierre.com
Chouette

avatar

Féminin
Nombre de messages : 4135
Age : 62
Localisation : Au Pays des Merveilles !!!!!!
Humeur : Toujours dans la Bonne Humeur !!!!!!
Date d'inscription : 13/11/2008

MessageSujet: Re: Jésus: un homme, un Dieu... Les deux?   Ven 16 Nov - 20:34

Pourquoi de ne pas remplacer "Commandement" par "Invitation", tout simplement !!!
Gros Bisous à tous et toutes !!!!
Suggestion de Chouette !!!!!
:noel18:
Revenir en haut Aller en bas
childéric

avatar

Masculin
Nombre de messages : 112
Age : 53
Localisation : Sainte Baume
Date d'inscription : 21/09/2010

MessageSujet: Sémantique...   Sam 17 Nov - 9:22

Bonjour !
Je suis, bien sur, d’accord avec vous ! J’ai simplement voulu faire un parallèle entre la doctrine « officielle » des « saintes écritures » et ce qui est à mon sens, le vrai enseignement de Jésus !
A partir de là tout est affaire de sémantique ! Et il est évident que les mots « invitation» et « enseignement » prennent ici tout leur sens !
Revenir en haut Aller en bas
childéric

avatar

Masculin
Nombre de messages : 112
Age : 53
Localisation : Sainte Baume
Date d'inscription : 21/09/2010

MessageSujet: Aimer Dieu de tout son cœur   Sam 17 Nov - 9:45

Septimus !
Je pense que tu « accroches» sur « Aimer Dieu de tout son cœur, de toute son âme et de tout son esprit » et « Aimer son prochain comme soi-même » ! Ce ne sont que des paroles d’évangile…
Bien sur qu’aimer Dieu, c’est d’abord comprendre que ce Dieu est en nous, que nous sommes un !! A partir de là la phrase prend tout son sens : lorsque l’on a compris ce que l’on est et ce que chaque être humain est, nous ne pouvons plus que nous aimer les uns les autres !
J’ai tendance à écrire des « posts » trop longs, alors quand je me limite je laisse forcément la porte ouverte aux interprétations !!! Mais aussi aux débats d’idées !! Et c’est en définitive une merveilleuse occasion d’avancer !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

avatar

Féminin
Nombre de messages : 3319
Age : 80
Localisation : au delà des nuages
Humeur : variable comme le temps
Date d'inscription : 05/01/2011

MessageSujet: Re: Jésus: un homme, un Dieu... Les deux?   Sam 17 Nov - 9:49



Tu comprends Chouette pourquoi j'ai du ressortir
ce post. N'oublie pas, nous approchons de Noël.
Et pour Pâques ou à Noël, Jésus me fait toujours
ressortir ces deux périodes de sa Vie. Nous
devons approcher d'un grand changement !!!!!
Alors soyez vigilants et ouvrez et écoutez votre coeur.

Revenir en haut Aller en bas
septimus
modérateurs
modérateurs
avatar

Masculin
Nombre de messages : 887
Age : 70
Localisation : Univers
Date d'inscription : 11/01/2012

MessageSujet: Re: Jésus: un homme, un Dieu... Les deux?   Dim 18 Nov - 7:58



Citation :
Je pense que tu « accroches» sur « Aimer Dieu de tout son cœur, de toute son âme et de tout son esprit » et « Aimer son prochain comme soi-même » ! Ce ne sont que des paroles d’évangile…

Non childéric, je ne m'accroche pas sur le Verbe "Aimer"! Pour moi, l'Amour est le ciment de l'Univers et sans cet Amour Universel, nous ne serions pas là pour en parler!!

Childéric, tant de mots définissent l'Amour qui devraient pourtant nous en faciliter l'approche. Nous pourrions énumérer ses synonymes: Principe, Loi, Tout, Connaissance, Dieu, Fondement, Etat, Vie, Sentiment, Essentiel, Conscience, Coeur, Force, Lumière, Vérité...

Alors, qu'est-ce qui fait que nous sommes si maladroits, si gauches, en définitive si "ignorants de l'Amour? C'est qu'il reste la "suprême conquête de l'aventure humaine", la clé du devenir de l'Homme, le but ultime de son cheminement. Ille jalonne, aussi paradoxalement que ce soit, de ses mille et un visages pour celui qui le cherche dans la "forme", (ce que nous faisons "fatalement" en raison de notre inconscience), ou le parfume de son essence la plus pure pour celui qui le cherche dans le fond.

L'AMOUR est sans contexte la plus haute manifestation divine, immanente et intarissable.

Nous courons après l'amour alors que l'amour est là, toujours sous différents aspects, car TOUT EST AMOUR. L'ennui est que nous ne savons pas écouter et nous ne savons pas regarder. Tout va trop vite et nous en sommes responsables. Nous qui voulons apprendre, nous qui désirons vivre très justement et dans l'Amour, prenons le temps de reconnaître l'Amour que Dieu nous envoie à tout moment.

Sachons que cette "vibration" est là depuis toujours, amplifiée à chaque fois qu'un Avatar vient pour aider l'être à s'élever. Ainsi l'Amour se trouve dans notre Vie, dans toutes nos Vies, depuis toujours et restera jusqu'à la fin...

L'Amour, c'est TOUT, c'est la raison de notre existence et l'objet de notre expérience, c'est l'idéal de notre Âme, mais si nous le détournons de sa fonction "sacrée", si nous le réduisons à une sentimentalité "passionnelle", à un rapport de force avec l'autre, nous ne récolterons qu'illusion, déception, conflit et toute unepléiade d'épreuves douloureuses jusqu'à l'aliénation.

L'Âme ne peut grandir, s'élever qu'en se nourrissant d'Amour. Alors il se pourrait bien que là aussi nous devions apprendre à aimer, à réveiller l'Amour qui se trouve endormi au plus profond de notre être; l'Amour ressenti par l'Âme, par le Christ intérieur épanoui, et non asservi par l'ego.

Beaucoup pensent qu'ils peuvent aimer, avoir le même amour que l'Amour du Christ. Ils ne savent pas ce qu'ils pensent. Ils ne connaissent pas ce qu'ils disent. L'Amour du Christ est un "état" et nous devons toutes et tous l'acquérir.

"Il existe plusieurs Lois divines; une seule est importante... c'est l'Amour. L'Amour construit et éclaire. Il apaise, il permet de recevoir et cela a son importance. Il ne faut pas aimer POUR être aimé, il faut que cela soit un sentiment gratuit, vraiment un acte divin. Et je ne le répéterais jamais assez: La vérité de la puissance divine se tient en ce mot: AMOUR."

Paroles d'évangile, oui suivons cet apôtre de l'Amour que fut Jean, lui-même réceptacle et offrande d'Amour, non seulement parce qu'il est héritier de cette seule et inéluctable vérité du Christ:

"Aimez-vous les uns les autres"


Revenir en haut Aller en bas
Chouette

avatar

Féminin
Nombre de messages : 4135
Age : 62
Localisation : Au Pays des Merveilles !!!!!!
Humeur : Toujours dans la Bonne Humeur !!!!!!
Date d'inscription : 13/11/2008

MessageSujet: Re: Jésus: un homme, un Dieu... Les deux?   Dim 18 Nov - 10:53

[b]Que cela fait du BIEN de vous lire !!!!

En attendant, nous pouvons nous rendre compte que nous avons encore à apprendre et à comprendre !!!!

L'égo est un "fouteur de pagaille" !!!!

Pas besoin de "désespérer", il nous faut "avancer" !!!

Et mille Mercis pour ce partage !!!!!

Dommage que nous ne puissions pas "organiser des Tables Rondes" car les discussions seraient fort enrichissantes !!!!!

Bon Dimanche à tous et toutes !!!!!

:noel18:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jésus: un homme, un Dieu... Les deux?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jésus: un homme, un Dieu... Les deux?
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Jésus: un homme, un Dieu... Les deux?
» Notre DIEU s'est fait homme (chant, audio)
» Ce qui est sagesse de Dieu est folie pour l'homme
» Psaume 6, Prière de l’homme que Dieu châtie
» La vie de l’homme – connaître et aimer Dieu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coeur de Christal :: RELIGIONS, CULTURES ET CIVILISATIONS :: Christ - Christianisme-
Sauter vers: