Coeur de Christal

forum d'entraides et d'échanges
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LE COLLEGE INITIATIQUE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lancelot de Fohet
modérateurs
modérateurs
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2156
Age : 62
Localisation : L'Auvergne, Coeur du Massif Central.
Date d'inscription : 03/03/2009

MessageSujet: LE COLLEGE INITIATIQUE    Mer 8 Juin - 21:24


Vous connaissez plus ou moins l'existence du Collège Initiatique dans l’astral. Il est formé de Guides d'une inégale importance, qui ont vécu de nombreuses expériences dans leurs vies antérieures et ont tous retrouvé et réalisé la Sagesse millénaire, immuable, qui forme la Connaissance. C'est une véritable assemblée, soumise à un "Grand Guide" qui est le Conseilleur.
Les buts de ce Collège sont très variés, mais le principal est de faire progresser les êtres, désincarnés ou non, qui le désirent.
Les Guides ont des missions très différentes qu'ils adaptent au degré d’évolution de ceux qui leur sont confiés. Le Collège que je fréquente comporte, à quelques exceptions près, très peu de vivants en "voyage". Pour ceux-là, dont je suis, après un temps d’instruction donnée en vue de certains buts, pendant lequel ils sont "élèves" du Collège, c'est-à-dire "disciples", ils deviennent "Instructeurs" à leur tour. Ne confondez pas, ils ne deviennent pas Guides... Ils ont le droit d'émettre un avis dans une discussion... On leur confie des désincarnés pour parfaire leur éducation et leur permettre d'agir par eux-mêmes dans les cas qui leur seront soumis.
Si j'ose m’exprimer ainsi, je dirai que le "travail" est divisé en de nombreuses catégories. Par exemple l'éveil des morts et suivant les cas, les méthodes à suivre... autoriser des vivants à être un certain temps des intermédiaires entre désincarnés et vivants... Pour d’autres ce sera le développement de leur intuition ou de leurs dons, afin qu'ils accélèrent leur progression. Ce serait trop long d’énumérer tous les travaux qui se font dans ce Collège.
Là, comme toujours dans l'occulte, il n'y a pas "imposition", et ne deviennent élèves de ce Collège que ceux qui acceptent la responsabilité que cela fera naître dans leur vie. La majorité de ces disciples est constituée par des âmes désincarnées qui forment leur futur. Mais il y a des êtres bien vivants ayant subi des initiations majeures qui ont été disciples un certain temps et qui, maintenant enseignent à leur tour. Les Guides donnent un enseignement pour tous, dont le but est d’apprendre à rechercher la lumière de l'esprit pour accomplir dans le monde le devoir d'homme dans la Justice et dans l’Amour. Il est développé sous bien des formes... Parfois l'homme ne se sent pas libre et traduit cela par "être mal dans sa peau". Mais il n'atteindra sa libération intérieure que lorsqu'il aura trouvé la conscience intégrale de sa réalité... que lorsqu'il aura accepté la vie telle qu'elle est et la mort. Alors il saura que dans l’éternel cosmos il est éternel ! La mort est une naissance à une vie nouvelle... Notre forme de vie passe d'un état à un autre... Ce que nous appelons le passé et le futur n’existent que par rapport au présent.
Combien de fois dans la vie, lorsque nous ne sommes pas satisfaits, que nous nous sentons déséquilibrés, nous faisons un appel au secours à l'extérieur, pensant ainsi résoudre nos problèmes, au lieu de faire notre propre analyse... de rechercher la source dans notre propre cœur par l’observation intérieur... Pour cela, il faut se détacher de soi-même... se dire que notre corps et sa vie personnelle ne sont pas notre "moi"... Nos pensées agissent dans l'intellect, elles peuvent être réfléchies ou spontanées... mais l’intellect n’est que l'enveloppe du moi... Ce que nous appelons le "je", le "moi" est fondamental dans l'état de veille... mais il agit aussi dans le rêve ou le profond sommeil... Ce moi, ce je, doit être dépassé pour arriver à l’essence de l’être qui est pure connaissance... Nous devons rejoindre le "Soi" et, pour cela, nous devons rejeter tout ce qui forme le "moi"... La recherche du "soi" implique une forte activité de l’esprit pour qu’il ne s’évade pas. La Tradition repose sur le macrocosme, le microcosme, et le Principe Divin, et forme la Sagesse... C’est par son approche que l'on éveille le véritable Soi... Celui qui recherche le Soi vit à l’intérieur de lui-même... Il vit son silence intérieur tout en étant dans la vie matérielle... Il n’est point besoin de s'en remettre à une méthode, qui peut n’être que simple imagerie mentale, pour faire la quête du Soi... mais bien à la perception directe par les sens et par le mental... Il faut absorber en soi la Sagesse... ne pas en faire un domaine intellectuel, mais une fusion entre l’Univers et nous-même... trouver le cheminement de nos pensées et sensations spirituelles par la voie de l'Amour, et notre recherche sera facilitée... Nous rejoindrons notre propre sens intérieur, réalisateur de tout. Car le Soi est la réalisation intérieure de l’être... la seule vraie... Il est immortel mais relié d'une façon indissoluble au Moi. Il ne faut s’appuyer sur les données d’aucune religion, cela fausse le problème... C’est très difficile, car, la force de l'habitude ramène souvent nos pensées à ce que nous avons appris et nous voile la Vérité qui est en nous-même. Lorsqu’on aperçoit notre véritable Soi, quelque chose venu du fond de notre être nous possède tout entier et nous délivre de l'incertitude et de l’angoisse... Quand vous réalisez la parole de la Bible "Je suis celui qui suis" vous découvrez l'Être absolu qui est en vous, le Dieu qui est en vous... Le Soi infini peut être ressenti dans les vibrations d’un mantra... car, dans le mantra la magie des mots agit sur les ondes. Le mantra n'a pas besoin d’être long, il suffit parfois de répéter 7 ou 12 fois un Nom Sacré dans sa langue. Il est des mots ou des noms que l’on ne doit prononcer qu’en les pensant profondément comme par exemple le "Schema Mamphorasch" car ils ont un pouvoir.
Tout ce qui existe est basé sur la vibration des sons et suivant le plan sur lequel vous serez la note changera. D’ailleurs chaque plan a sa note qui correspond à sa vibration. Les plans principaux sont le physique, l'émotionnel et le mental. Pour ceux qui comprennent la musique, je dirai que la vibration du plan physique correspond à celle du "fa" de la gamme... Pour le plan émotionnel il y a une tierce d’écart et pour le plan mental nous arrivons à la quinte. Chaque plan correspond à une note différente et il est très intéressant de psalmodier dans certains cas un mot ou un mantra sur le même ton qui correspondra à son plan. Il faut amener le disciple à franchir ces plans et à atteindre le plan de l'intuition, puis les plans supérieurs où il trouvera l'Amour total et se réalisera. La méditation sur un mot ou un mantra aide à l'évolution du disciple et développera son mental supérieur. Ce sera pour lui la préparation du futur. Dans la méditation occulte ce n'est pas seulement le mot qui compte, mais la résonance de ce mot, à condition qu'elle soit perçue et qu'elle atteigne sa concentration le rythme et la musique, le son, mettent en contact nos consciences avec la conscience universelle.
Tout travail mental est lent car il faut faire un transfert de la conscience vers les plans supérieurs. Parfois la conscience est inhibée et freine le développement. Il faut le reconnaître et lutter.
Le but profond du disciple est d’aider l’humanité. C'est pour cela qu'il est bon de travailler dans un groupe sous la direction légère d’un Maître. Celui-ci expliquera sans imposer. Mais il devra développer chez le disciple l’activité, l'Amour, et le préparer à recevoir la transmission du pouvoir qui peut lui être donné. Pour cela, la qualité primordiale est d’être fraternel et tolérant, d’arriver à créer la forme-pensée de la Fraternité.
Le plus souvent, le Maître - le Guide, j’aime mieux ce nom - est un mystique qui va vers la vie évolutive en travaillant avec son Soi intérieur, avec l’harmonie et l’amour intérieur. Il a développé en lui l'intuition et le plan émotionnel. Il ne doit plus avoir ni orgueil, ni égoïsme... Tandis que le disciple, au début, travaille dans le plan de l'activité extérieure, va du physique au mental.
Le Guide vivant dans la vie est un être qui connaît la signification de la conscience, de la vie et de l’esprit. Il a subi des initiations successives allant jusqu’à résorber sa propre personnalité au profit des autres, de ses élèves disciples dont il voit le mental. Il aura trouvé ses racines au cœur de la puissance Divine. S'il le peut il animera un groupe pour l'amener à l'initiation. Chaque initiation acquise en révèle bien sûr d’autres plus supérieurs désincarnés. Il aura en lui le feu brûlant du mystique qui soutiendra dans l’épreuve de la responsabilité. Épreuve parfois décevante et demandant de gros efforts, mais quelle récompense lorsqu'il atteint un résultat, si faible soit-il. Il arrive que le Guide soit chargé par ses Supérieurs de préparer spécialement un être du groupe ou hors groupe pour que celui-ci prêt pour une certaine mission. Si cet être accepte la discipline qui en découlera et qui lui sera proposée, il arrivera très vite à franchir les trois initiations mineures pour continuer son instruction sur un plan supérieur. Il doit arriver à une fusion entre son esprit et celui de son Guide. Il doit se sentir relié à lui, car il fera corps avec ses vibrations. Sa conscience s’intégrera dans celle de son Guide. Pour cela, il doit avoir une confiance totale en son Guide et ressentir un parfait Amour-Sagesse pour être sur mêmes vibrations.
Le Guide doit amener le disciple à une élévation de son taux de vibration qui devra être d’une valeur de plus en plus grande. Pour le disciple, ce sera une expansion de conscience. S'il est dans un groupe, celui-ci le ressentira car la vie intérieure du disciple ayant changé, cela se répercutera sur tous. S'il est hors d’un groupe, la sensation sera la même pour ceux qui l’entourent. Le Guide fera un véritable effort soutenu pour que la vie intérieure de son disciple se libère. Mais tout cela ne sera obtenu qu'après une longue pratique de nature d’ailleurs variable.
Je ne puis vous en expliquer le processus car c’est un véritable secret initiatique.
Le jour où le disciple aura atteint son but, verra et entendra par lui-même, il n’aura plus besoin de son Guide. Mais il lui gardera au fond de lui, dans son cœur humain, une affectueuse reconnaissance. Les Guides qui appartiennent au collège ne choisissent pas n’importe qui pour cette expérience. Il faut que les deux partenaires réunissent certaines qualités. Ils ont d’ailleurs toujours un passé Karmique plus ou moins lointain qui les a réunis.
La langue symbolique des Guides du collège s'exprime par des figures géométriques. Pour la percevoir les rites d'appel de force pratiqués dans un groupe nécessitent une grande concentration. Les gestes eux-mêmes doivent être "pensés" pour donner une force à leur réalisation. Car, pensées, paroles ou gestes ne sont que formes différentes de la vibration qui nous relie au cosmos. Les Guides du collège sont très près de nous et de nos problèmes... Ils pensent que nous, les humains qui sommes dans et la vie par la volonté du Seigneur et de nos Maîtres, nous ne devons pas négliger tout ce qui forme cette vie matérielle, ni les petites joies, ni les petits plaisirs, ni l'amour dans toutes ses expressions. L’amour est un élan de l’âme sous toutes ses formes. Il s’adresse aussi bien à la Divinité qu'à un être humain. L’amour qui réunit deux êtres ne doit pas être égoïste, sinon il peut être une source de souffrance... Ne pas rechercher sa propre image dans l’autre... Ne pas vouloir posséder exclusivement l’âme de l’autre, ce qui entraînerait pour celui-ci un étouffement de sa personnalité, de sa liberté spirituelle. C’est un équilibre difficile à construire au milieu des exigences grandes et petites de la vie de tous les jours. Il doit être fondé sur le respect de la personnalité de l’un et de l'autre et la confiance réciproque. Une fois trouvé, cet équilibre permet l’épanouissement du couple dans tous les domaines.
Chez certains l'amour comporte la notion du pêché... Cela fait naître des contraintes. L'homme oublie que c’est une loi naturelle et qu’elle ne devient faute, ou ce qu'on appelle pêché, que lorsqu’il y a déviation voulue, entraînant des conséquences regrettables.
Lorsqu’un être adresse son amour à la Divinité, il ressent la compassion profonde envers ses frères, envers l'humanité souffrante... Il développera en lui le renoncement pour mieux aider... Il partagera mentalement les épreuves de tous... Aucun appel ne restera vain...
Les Guides nous disent que tout enseignement que nous répandons doit cadrer avec la personnalité des uns et des autres, qu’on doit les aider à mieux comprendre leurs problèmes, et à développer leur maturité, qu’ils doivent réaliser que leur volonté individuelle entre dans la conscience cosmique... Les Guides nous enseignent au fur et à mesure tout ce qui touche à la vie des humains, ce qu'il est souhaitable que nous voulions ou devrions faire pour suivre une ligne dans laquelle nous éviterions de faire souffrir... Mais ce ne sont que des indications jamais imposées, chacun devant suivre sa nature et trouver en lui sa voie.
Le plus important est de bâtir son Temple intérieur... de nous libérer... car, libérés, nous amènerons dans le monde humain la manifestation du Divin.
Revenir en haut Aller en bas
http://le-seuil.forumzen.com
Lancelot de Fohet
modérateurs
modérateurs
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2156
Age : 62
Localisation : L'Auvergne, Coeur du Massif Central.
Date d'inscription : 03/03/2009

MessageSujet: Le collège...suite   Mer 8 Juin - 21:25

Je vais vous parler plus longuement du collège initiatique de l'au-delà. Ce collège n'est pas unique. Nous sommes si nombreux sur terre que je pense qu'il en existe beaucoup. Nous sommes rattachés à un Collège par groupes d'êtres.
Celui que je fréquente est formé par 12 désincarnés. Ce sont des guides : qui ont chacun leur attribution. Ils ont un chef. Je l'ai vu mais je ne le connais pas .... Il agit comme un proviseur de lycée. Il se montre de temps en temps pour discuter d'un problème. Lui et un confrère - si j'ose m'exprimer ainsi - sont rattachés au grand guide que je vois lors des initiations importantes. Dans ce collège, on apprend et on enseigne, comme des élèves qui s'instruisent tout en instruisant.
Lorsque vous atteindrez ce collège, vous retrouverez parmi les guides des êtres qui vous sont connus. St vous serez encore plus étonnés de rencontrer des vivants en voyage.
Les guides ne sont pas tous semblables. Certains se réincarneront pour des missions précises. D'autres parce que leur cycle terrien n'est pas terminé ou encore ne se réincarneront plus.
Comment choisissent-ils les êtres qui en font partie, je ne sais.
Même comme élève, on ne peut accéder au collège que lorsqu'on a atteint un certain degré d'évolution. Cela peut se faire sans que vous n'en rameniez pas le souvenir, vous n'en ressentirez que les conséquences. Au collège, vous êtes pris en mains successivement par des guides différents qui vous forment. En somme, vous êtes testés pour savoir qu'elle est la mission dont vous serez chargés, qui sera la plus apte à votre nature ou même tout simplement pour faciliter votre progression.
Avant de faire partie de ce collège, un guide m'avait appris à éveiller les morts qui ne se rendaient pas compte de leur état. Il s'agissait de leur expliquer la mort, de les amener à réaliser leur nouvel état. On leur parle avec notre langage habituel de vivant encore si proche d'eux. J'ai rencontré Patrice… Je l'ai initié, développé, appris à s'approfondir, à trouver son subconscient, à accepter la séparation d'avec ses parents, et bien d'autres choses. Il a évolué très vite, ce qui lui a permis de voir ses parents et surtout de sentir ce qui se passait en eux. Bref, d'établir un contact même sans réciprocité au début.
Il a voulu aider à son tour et a choisi l'éveil des morts en mer car il s’est souvenu de son angoisse quand il est mort d'un accident de plongée. Maintenant il éveille aussi ceux qui sont morts de mort brutale. Depuis, quand il a un problème dans son travail ou quand j'ai besoin de lui pour un désincarné récalcitrant, nous nous appelons. Il a été mon premier élève et une intimité est née entre nous. Nous nous rencontrons souvent dans le travail. A ce moment-là, il n'est pas question de parler famille. Par contre, nous avons parfois des moments de détente ... et nous philosophons.
D'autres guides sont chargés de dévoiler à certains les fautes ou les erreurs de leur dernière vie afin qu'ils réalisent ce qu'ils doivent faire plus tard pour comprendre leur Karma et pour admettre leur souffrance d'être séparés des vivants qu'ils aimeraient revoir pour converser avec eux. Il y a bien d'autres genres de travail à accomplir et chacun a son utilité. Cela permet aux guides de préparer en partie l'avenir des êtres suivant leurs réactions. Par exemple, certains guides discutent du moment d'une naissance, des raisons du choix de la famille dans laquelle l’être reviendra sur terre. Bien entendu il s'agit de cas particuliers. Normalement, un être suit une voie tracée qui l'amènera à naître dans une famille ou une autre, le plus souvent compte tenu du choix d'épreuves qu'il aura émis et suivant sa progression.
Pour les âmes que j’appelle neuves, en formation, qui sont encore au début de leur règne, elles renaîtront à 8O % dans un milieu correspondant à leur formation. Cela ne les empêchera pas de progresser ainsi que leur entourage. Il y a aussi l'exception, le génie qui naît dans une famille toute simple et cela sera une grosse épreuve pour lui s'il est incompris. C'est là que l’on agite les pourquoi ? Pourquoi certaines morts ou naissances nous paraissent injustes et incompréhensibles ? Pourquoi ne pas converser automatiquement avec nos désincarnés ? Pourquoi, malgré mes prières, nos méditations, nous n’aboutissons pas à ce que nous souhaitons ? Bref, les pourquoi peuvent se multiplier... Nous devons nous incliner devant les faits qui nous dépassent et dont nous ne connaîtrons jamais la raison. C'est pour cela que je vous dis que nos guides n’ont pas la même optique que nous.
Si on demande à un guide le pourquoi de certaines épreuves que traverseront parents ou amis, il nous répond : "c'est leur épreuve, nous n'avons pas à intervenir".
Ils sont souvent durs avec nous, mais nous ne nous doutons pas combien nous sommes suivis. Cela nous fait comprendre que nous devons être conscients que nous bâtissons en partie, journellement, notre vie future. Aucun de nous, j'en suis certaine n'est parfait ou sans défaut, Mais chacun doit s’efforcer de faire le maximum pour garder la voie droite et progresser, Nous devons apprendre à contrôler nos pensées. La force de nos pensées, de nos prières et de nos méditations, aide nos désincarnés.
Il y a des décisions des guides qui peuvent surprendre, mais il ne faut pas perdre de vue que nous sommes des humains vivant sur cette terre. Notre façon de raisonner n'est pas la leur. Ils ne nous disent pas tout bien entendu. Il faut nous garder d'interpréter, nous pourrions faire de grandes erreurs. Mais soyons toujours confiants un eux. Il nous semble qu'il y a certaines pensées, certains actes que nous faisons qui nous étonnent. Le plus souvent c'est le résultat de nos conversations nocturnes avec nos guides dont nous ne gardons pas le souvenir. Ce n'est pas nécessaire d'appartenir à un collège initiatique pour rencontrer nos désincarnés. Hélas, nous avons tous le même défaut... nous voudrions les voir, leur parler à volonté... et tout de suite ! Il y a dans certains cas des contradictions dans les propos de certains guides et cela nous surprend. Ce n'est certes pas un hasard mais voulu par la haute autorité qui régit les guides et cela nous étonne. Les guides qui sont ses représentants ont une vie très active. Les guerres, les catastrophes de toutes sortes créent des problèmes divers et leur travail devient multiple auprès des morts et des survivants.
Mais le plus important, à mon sens, est le guide des "initiations". Il se prénomme ainsi lui-même. Sa tâche est double. L'une part, il doit choisir parmi les vivants ceux qu'il pourra charger de mission dans cette vie et l'intermédiaire qui les instruira. Je m'explique. Devant les événements qui se précipitent, les guides ont décidé de développer plus vite que convenu les futurs missionnés, ou même ceux qui feront de grandes choses pour aider l'humanité par les dons qui sommeillaient en eux. Cela a toujours existé mais la période actuelle donne à cette décision une plus grande ampleur.
Pour cela, ils ont besoin d'être aidés par des vivants. Ceux-ci sont choisis dans bien des cas par un être qui vit dans l'entourage du futur missionné ou par un être qui a une certaine affinité avec celui qui a été choisi, ou parfois par un être qui ne connaît pas celui qui a été choisi. Cet instructeur sera l'intermédiaire entre le guide et le choisi.
C'est un travail de longue baleine, très difficile dans les débuts, qui demande de la patience et de la persévérance. L'intermédiaire prendra ses directives auprès du guide initiatique qui ne lui cachera pas les embûches, les déceptions qu'il rencontrera et qui peuvent se répercuter dans sa propre vie de tous les jours. On lui donne un temps de réflexion pour accepter ou refuser. Mais dès qu'il accepte, c'est un engagement qu'il ne pourra plus rompre.
La première condition demandée est le secret parce que tout ce qui est initiatique ne doit appartenir qu'à celui qui donne et à celui qui reçoit.
C'est pour cela que la "méthode" entre guillemets ne peut être dévoilée. Quant au futur missionné, l'instructeur initié le contactera à ce moment là. Il devra lui expliquer le but et lui demander, à lui aussi le secret absolu. Il lui donnera aussi un temps de réflexion pour accepter ou refuser. Refuser n'est pas considéré comme une faute mais c'est regrettable s'il n'accepte pas, car il sera retardé dans son évolution. S'il accepte 1'expérience peut commencer et doit se poursuivre, même quand il y a des périodes chaotiques ou des périodes de doute. C'est toujours lent et cela demande de la patience de part et d'autre, surtout de l'initiateur.
Ce même genre de travail peut être fait sur un désincarné, sous une autre forme, pour préparer sa future vie. L'intermédiaire n'emploiera pas le même langage que celui usité pour un vivant.
Quand le missionné vivant est prêt ou presque, il sera contacté par un être qu'il ne connaissait pas avant ou s'il le connaissait, il ignorait son côté assez spécial dans l'ésotérisme. Le candidat sera mis devant la réalité et après acceptation, je dirai que la "machine" est en marche... mais ce ne sera pas immédiat, toujours pour des raisons qui nous échappent.
Parfois, on confie à un intermédiaire, un être qu'il ne connaîtra jamais mais choisi pour cet instructeur pour leurs affinités réciproques. Cela se produit dans les Massenies où il y a toujours un ou plusieurs instructeurs en puissance. Ils ne se distingueront pas particulièrement extérieurement mais leur force intérieure est profonde. Ils sont en contact avec des êtres appartenant à des phases supérieures.
Certains le ressentent au moment de l'appel de force et de la bénédiction, si celle-ci est pensée et sentie, elle portera ses fruits.
Il est bon aussi d'avoir introduit la musique dans la Massenie. Elle est liée à la vibration des corps sonores qui nous entourent et de nos propres corps.
Le son fondamental d'une œuvre est accompagné de ses harmoniques qui réagissent sur nous. Il correspond au chiffre « 1 » car il est l'élément générateur. Le chiffre « 2 » donne la notion de pluralité, étant l'octave du son fondamental. Il est l'écho du son générateur. Je ne veux pas vous faire un cours de musique car cela peut ne pas intéresser tout le monde, mais seulement vous montrer la correspondance qu'elle a en nous. Par exemple, la tierce - chiffre 3 - représente le divin et la quarte - chiffre 4 - à l'humain qui s'apparente à l'empire terrestre, à la vision de Daniel et celle d'Ézéchiel et ces 2 chiffres relient l'humain au divin. Je n'irai pas jusqu'au bout des notes et des chiffres mais je vous dirai seulement qu'en musique, la quinte - chiffre 5 est le symbole de l'homme, du microcosme. Ceci pour vous démontrer que certaines œuvres musicales conçues sur ces 4 chiffres pénètrent plus profondément en nous. Mon but est de vous faire réaliser que la musique est en rapport avec nous-mêmes et s'adapte à notre nature. Chaque note vibre en nous suivant notre correspondance. Cela nous permet en Massenie de ressentir les méditations.
Les Templiers avaient un amour particulier pour le chant vocal, base de tout chant religieux.
Je vous ai parlé de certaines grottes qui sont encore imprégnées du chant de leurs initiés.
Ces initiés Templiers faisaient partie d'un centre suprême où l'autorité spirituelle et le pouvoir temporel étaient réunis.
Prisonniers, la solitude leur était chère. C'est dans le silence qu'ils perfectionnaient leur démarche intérieure, le chemin le plus direct pour se trouver soi-même. Ils me sentaient plus leurs souffrances mais et celles des autres. Ils vivaient en eux-mêmes pour se rapprocher de Dieu. Ils obéissaient à la Loi. Lorsqu'ils ont compris qu'ils seraient sacrifiés, ils ont accepté leur mort physique sachant qu'après, la vie continuerait.
Il en est de même pour ceux qui meurent avec la Foi. Ils partent pour une autre vie sans problème mental, sans le doute car ils ont atteint la certitude.
Pour répondre à la question que peuvent se poser les uns et les autres concernant leur propre degré d’initiation, je vous avais dit que c’est le nouvel initié qui doit le ressentir en lui-même.
Il y a déjà pas mal de temps, Jean de Rampillon m’avait entretenu de ce sujet. Je crois Ie moment venu de vous informer de sa communication dont je vous cite ici l'essentiel :
"Lorsque j’ai créé la première Massenie, je voulais que mes compagnons aient déjà reçu une initiation, au minimum celle du second degré, pour qu’ils soient capables d’instruire les novices. A ce moment là le Frère qui avait la responsabilité des jeunes qui apprenaient un métier les instruisait, leur donnait les premiers rudiments des lois de l’occulte.
Au fur et à mesure que la Massenie s'est agrandie et enrichie d’éléments valables, il y a eu une diversité dans les degrés initiatiques des uns et des autres. Les temps n’étant pas comme maintenant, des Frères instruisaient à part ceux qui étaient moins avancés que d'autres, pour arriver non pas à une égalité de leur savoir, mais pour éviter une trop grande différence.
Pour notre Massenie il m'a recommandé de ne pas tomber dans l’erreur concernant des grades que je pourrais être amenée à conférer, reconnus par moi, suivant mon jugement. Il pense que chacun doit s’efforcer d’évoluer et doit ressentir en lui son don initiatique. Il ne s’agit pas d’une somme de savoir qui ferait passer un être d’un grade à un autre. Et puis, cela pourrait éveiller le sentiment d’orgueil. Le Magister doit arriver à comprendre le degré initiatique de chacun mais ne doit pas le dire. Même quand le Magister "accompagne'' un Frère dans un initiation, il ne doit pas le dire pour ne pas fausser l’épreuve. Il faut que le Frère arrive seul à la certitude.
C’est plus difficile pour tous, mais cela ne découragera que celui qui ne s’attacherait qu’à une certitude confirmée par un grade. "
Je pense que ce qui précède vous aidera à mieux comprendre mon attitude. Celle-ci reste dans la ligne qui m'a été fixée par Jean de Rampillon, ligne différente de celle suivie par la plupart des groupements spiritualistes. L'essentiel pour nous est d’arriver à nous fondre dans une Fraternité spirituelle dans laquelle chacun garde sa propre identité. Gabrielle
Revenir en haut Aller en bas
http://le-seuil.forumzen.com
 
LE COLLEGE INITIATIQUE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Intervention auteur de romans policiers college
» [Autorité Héraldique] Russian College of Heraldry
» [Autorité Héraldique] Heraldisch College, Belgique.
» [Autorité Héraldique] The London College of Arms
» Arcanorium College

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coeur de Christal :: Documents coups de coeur-
Sauter vers: