Coeur de Christal

forum d'entraides et d'échanges
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sonologie et Alpha...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lancelot de Fohet
modérateurs
modérateurs


Masculin
Nombre de messages : 2156
Age : 62
Localisation : L'Auvergne, Coeur du Massif Central.
Date d'inscription : 03/03/2009

MessageSujet: Sonologie et Alpha...   Sam 30 Juil - 20:02

Sonologie : découvrir le codage 3G avec Audacity

...
a- Historique

Peu de temps après la découverte des ondes cérébrales Alpha (autour de 10-12 battements par seconde soit 10-12 Hz) par Hans Berger en 1929, des chercheurs ont constaté que l'on pouvait induire cette fréquence liée à la relaxation profonde avec des lumières clignotantes. En 1942, Dempsey et Morison ont découvert que la stimulation tactile répétitive pouvait aussi induire la production d'ondes alpha (et bien sûr son état relaxant associé). Ensuite, en 1959, c'est le Dr Chatrian qui observa une réponse positive à des clics d'une fréquence de 10 par seconde (Alpha).
Dès 1960 ces observations sont devenues des outils en anesthésie, ainsi M.S. Sadove, par une stimulation lumineuse Alpha peut réduire de moitié la dose d'anesthésie pour certaines opérations chirurgicales. En dentisterie, Bernard Margolis nota également que la stimulation Alpha permettait de diminuer la dose d'anesthésie mais réduisait également les saignements et l'anxiété.

C'est en 1973 que le Dr Gerald Oster a appliqué la découverte de 1839 de Heinrich Wilhelm Dove : la combinaison de deux sons ayant un battement de 12Hz entre eux provoquait aussi la mise en Alpha du sujet. Il nomma ce procédé "Binaural" ou battements binauraux, c'est la base des applications Hemi-Sync de l'institut Monroe.

A partir des années 80 de nombreuses études et expérimentations furent menées afin de valider l'impact positif de la stimulation Alpha sur les maux de tête, la sérotonine, la relaxation, la méditation, l'apprentissage....

C'est en 1981, qu'Arturo Manns publia une étude montrant l'efficacité supérieure des sons isochroniques par rapport aux sons binauraux. Son étude fut rapidement confirmée par David Siever (qui travaille encore aujourd'hui sur le sujet avec le Dr Thomas Budzynski et le psychologue Michael Joyce).

La disponibilité d'EEG de plus en plus portable a bien sûr joué de façon favorable sur le nombre d'expériences pouvant être faites. Le spectre Alpha c'est progressivement élargi pour aller visiter les ondes Thêta puis Delta.
Les 4 ondes cérébrales de référence

Dès 1993, en utilisant le procédé isochronique, C. Drake et M.C. Botte mettaient en évidence l'hyper-sensibilité aux ondes Delta de l'homme qu'il soit adulte ou nourrisson.
La dernière étude reconnue sur les sons isochroniques fut publiée par Thomas Budzynski, Ph.D, en 1999 dans le "Journal of Neurotherapy".

Concernant la Médiation-3G de Claude Cléret, c'est en 2006 qu'il s'est intéressé à la technologie "BrainWav" comme aide à la méditation. Rapidement il a remarqué, comme il le dit lui-même, que "la technologie c'est un peu comme utiliser une casserole, ce n'est pas parce qu'on a le bon outil qu'on fera forcément de bons petits plats". Le "vrai secret" n'étant pas que dans les sons isochrones en eux-mêmes, mais dans la façon de les utiliser, il a alors travaillé à développer une série de fréquences permettant de créer un effet véritable d'entraînement cérébral méditatif. En 2008, il expérimenta ses travaux et en 2009 les diffusa sur le Net.

b- Principe

Isochrone signifie "qui se produit à intervalles de temps égaux". Par exemple, un balancier de pendule à l'ancienne change de direction régulièrement, son Tic-Tac est isochronique. Les battements réguliers du tambour sont, eux aussi, des sons isochrones. Pour rester dans le domaine Delta, les battements ne doivent jamais être plus rapides que 3-4 à la seconde (4Hz). Au tambour shâman par exemple, 2 coups par seconde (2Hz) est un rythme très rapide, 1 coup par seconde (1Hz) un rythme classique et 1 coup toutes les deux secondes (0,5Hz) un rythme lent. Toutes les civilisations shâmaniques ont donc utilisé le tambour pour induire des états modifiés de conscience "Delta", propres à porter le shâman ou son groupe vers des voyages intérieurs.
Tambour Shâman

En dehors de toute musicalité, la façon la plus simple de produire des sons isochrones est tout simplement de "switcher le On/Off" toutes les 500 ms par exemple pour du codage isochronique Delta de 2Hz :
Delta 2Hz en sons isochrones

Sur le graphique, on note 410 millisecondes de son puis 90ms de silence. Le battement (le switch) se produit donc toutes les 500ms (410+90) soit toutes les 0,5 secondes, soit 2 fois par seconde, soit une fréquence de 2 hertz (2Hz). Bien sûr un son de base agréable et adapté peut-être choisi, mais le codage Delta se fait par l'absence de ce son au rythme Delta. Cela donne d'ailleurs une écoute altérée puisque, pour le 2Hz pris en exemple, le son s'arrête 2 fois par seconde. On notera qu'afin d'éviter un choc auditif désagréable, les On/Off sont progressifs, il y a ce que l'on nomme un fondu à l'ouverture pour le On et un fondu à la fermeture pour le Off (fading en anglais).

L'énorme avantage du codage isochrone par ajout de silence est de ne pas nécessiter d'écoute au casque comme le demande le procédé binaural tout en conservant, bien sûr, tous les avantages des sons binauraux. Une simple écoute à un volume confortable induit l'état voulu (Alpha, Thêta ou Delta) : on ne peut pas faire plus simple tout en se rapprochant du battement originel du tambour (évidemment, rien ne remplace le tambour mis en oeuvre par un authentique shâman).

Avant d'aborder l'aspect purement technique, retraçons les principaux avantages reconnus de l'état Delta (0,5 à 4 Hz). Le site EnRouteVersLeSommet.com dresse un beau panorama des caractéristiques associées à chaque onde :

"Je sens comme si je lisais dans l'esprit des gens. Je sais ce qu'ils s'apprêtent à dire."
Vous savez que le téléphone va sonner avant qu'il ne sonne. Vous savez ce que votre ami/amant/épouse/enfant ressent car vous le ressentez aussi... lire la suite...

On peut aussi dire que l'état Delta est associé à : Pas de notion de temps - Pas de forme - Méditation - Régénération physiologique & mentale abstraite - Sommeil profond - Perception & connaissance directe - Unité avec l'Universel... Voilà pourquoi l'état Delta est très performant si on arrive à le produire... sans dormir, ce qui est le but de la méditation 3G.

c- Faire ses sons isochrones.

Nous abordons maintenant le côté technique et informatique afin que, ceux qui le désirent, puissent expérimenter eux-mêmes le processus âlchimique lié à "faire ses sons". Pour les non-techniciens, non-informaticiens, le simple survol du reste de l'article vous convaincra que l'achat d'une progression toute faite et calibrée vaut largement les 37 euros demandés ;o)

Tout d'abord, comme dans tout processus, dans la sonologie, il y aura trois phases de soutien et d'induction de la méditation. L'étape "1" sera l'introduction, il faudra une musique support agréable, relaxante et les ondes alpha seront induites. Puis progressivement les ondes thêta pour déboucher sur l'étape "2" ou les ondes delta seront pleinement en action, plongeant l'écoutant dans un état méditatif. Enfin, à la fin, viendra fort logiquement une étape "3" de sortie de transe, avec une remontée progressive vers les ondes thêta, puis alpha pour terminer sur des ondes bêta.

Dans le cadre de cet article, nous allons nous limiter à la procédure pour l'étape "2", en ondes delta pures sans support musical. Pour les personnes à l'aise avec l'aspect technique et informatique et qui possède bien le biotest, sachez qu'il n'y a pas de pièges pour établir les étapes "1" et "3", juste il vous faudra du temps et de la patience.

Pour l'étape "2", voici le train d'ondes delta que nous allons prendre comme exemple :
Train d'ondes delta

Comme vu précédemment il s'agit d'un son de base, ici une sinusoïde de 110Hz (ou note La1 sur une flûte), entrelacer de silence au rythme Delta, 3Hz ici (3 silences par seconde).

Nous allons réalisé ceci avec le logiciel gratuit et performant Audacity v1.3 disponible sur Audacity.sourceforge.net . L'avantage de la toute nouvelle version 1.3.9 est d'intégrer un générateur d'ondes ce qui nous évitera de recourir à ceux vus précédemment dans les newsletters de 2009 : PVM, VA ou FREX par exemple :o).

Une fois le logiciel téléchargé et installé, vous le lancez et dans le menu "Générer" vous choisissez l'option "Son" :
Réglage du son de base

Saisir 110Hz pour la fréquence, 0,5 pour l'amplitude, passer en mode millisecondes pour la durée et saisir 333ms soit 00.333s. En effet 3Hz c'est 3 battements par seconde, donc un battement dure 1/3 secondes soit 0,333s.
Audacity : Mettre le silence

A la souris, sélectionner la moitié droite du son soit environ de 0,170 à la fin (0,17 à 0,33). Mettre cette zone en silence par le menu "Edition" option "Silence Audio" (ou Ctrl-L). Cet ajout de silence est le point clef du codage isochronique : nous avons maintenant notre onde de base, reste à arrondir les transitions.

A la souris toujours, sélectionner les 30 premières millisecondes (de 0 à 0,030) et par le menu "Effets" activer l'option "Fondre en ouverture". De même sélectionner les 30 dernières millisecondes du son (0,140 à 0,170) et dans le menu "Effets" valider "Fondre en fermeture". Notre premier cycle est maintenant prêt.

Avec 3 cycles par secondes, il faut donc 180 cycles pour faire une minute. Cliquez sur le menu "Effets" option "Répéter" et saisir 180 comme nombre de répétitions. Vous pouvez déjà écouter, mais, avant de sauvegarder, il est préférable de donner la bonne durée. Si nous voulons 15 minutes, il suffit de retourner dans le menu "Effets > Répéter" et choisir 15 répétitions.

Par le menu Fichier>Exporter>OK vous créez ainsi le fichier MP3 de votre travail :o)

d- Plus loin dans le protocole

Voici, à titre d'exemple, les questions qui pourraient formaliser le protocole de création d'une bande son isochronique :

- La solution isochronique est-elle bonne pour moi ?
- Quelle fréquence de base, au milieu de l'accompagnement, dois-je choisir ici et maintenant (entre 0,5 et 15Hz) ?
- Quel support doit servir de matériaux sonores (son/bruit/bruitage/musique/...) ?
- Si c'est un son, quelle est sa fréquence (entre 100 et 1000 Hz) et avec quelle forme d'ondes (sinus, dents de scie, pulse, ...) ?
- La proportion de silence dans le support (20% à 60%) ?
- Quelle est la durée de la période centrale (entre 3 et 30 minutes) ?
- Quelle est la durée de l'introduction ? ...

puis vont venir toutes les caractéristiques de l'introduction, ce qui est tout un travail en soi, par exemple : 30 secondes en ondes alpha codées sur un bruit de vent et d'eau puis 60 secondes en thêta avec bruit rose et une fréquence porteuse de 700Hz en dent de scie. Et bien sûr, idem pour la sortie de transe !

e- Conclusion

Voilà, j'espère que la découverte en détail de ce qu'est une sonologie basée sur les sons isochrones aura enrichi votre champ cognitif et prospectif. Il est bien évident qu'il est bien plus facile et efficace d'acheter les sons "tout fait" pour méditer, mais la démarche consistant à produire soi-même son accompagnement sonologique apporte d'autres vécus et d'autres repères qui tiennent plus du processus âlchimique que du processus méditatif.


http://radiesthesia.free.fr/rq_arc_072.html
Revenir en haut Aller en bas
http://le-seuil.forumzen.com
 
Sonologie et Alpha...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sonologie et Alpha...
» Parcours alpha (test)
» Les parcours "ALPHA"
» inhibiteurs de la 5 alpha réductase.
» petit lien solaire pour h alpha

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coeur de Christal :: Documents coups de coeur-
Sauter vers: