Coeur de Christal

forum d'entraides et d'échanges
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'histoire des Templiers

Aller en bas 
AuteurMessage
aigle d'or
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7765
Age : 52
Localisation : Terra
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: L'histoire des Templiers   Dim 7 Aoû - 18:48

bonjour à tous

Nous avons eu de nombreux échanges sur des descendant d'une doctrine des templiers et suivant les dirigeants de Massenies de nombreuses interprétations.
Mais à travers ces posts instructifs il est ressorti l'Histoire et l’origine grâce en parti à Childéric et je suis guidé a mettre son post dans cette rubrique.
Nous ne garderons que l'aspect historique dans cette rubrique pour ceux qui veulent lire tout les échanges qui sont fort instructif voilà le lien

http://coeurdechristal.forum-actif.net/t3440-templiers-et-massenie

Lancelot
"Par leur amour pour « Notre-Dame » et la foi qui les animait pour combattre l'Infidèle et reprendre le tombeau du Christ, les Templiers ont été le fleuron de la Chevalerie.

Par leur contact, au moment des Croisades, avec les religions et sectes de l'Orient, ils ont compris et apprécié la valeur de certaines idées ou doctrines différentes de celles admises par l'Eglise catholique romaine. Ils ont connu d'autres philosophies et des sciences hermétiques.

A leur initiation chevaleresque s'est ajoutée, pour certains d'entre eux, l'initiation spirituelle.

Ils ont découvert que l'Eglise catholique romaine s'était éloignée de la Tradition Primordiale, car la langue originelle dans laquelle avaient été écrits les textes sacrés s'était perdue.

Ils ont renoué avec cette Tradition Primordiale et ont voulu la transmettre. C'est celle du Temple de Jérusalem dont l'idéal n'a pas varié. Ce Temple unique fusionnant toutes religions dans une même pensée, une même force. Ils se sont dépouillés de tout sentiment vil ou égoïste et ont rejoint dans l'Amour le Dieu Unique, le « Un » source de toutes vies, « l'Absolu », la force cosmique dont les lois agissantes sont immuables. Peu de temps avant la dissolution de l'Ordre, certains Maîtres sentant venir la menace ont enfoui dans des endroits différents des documents qui, parfois, sont retrouvés et nous confirment leur conception du monde. Depuis cette dissolution, un certain nombre de groupes spiritualistes se sont efforcés, comme les Massenies du Saint-Graal, de préserver la tradition retrouvée. Les plus sérieux sont ceux dont on ne parle pas.

Bien des chemins sont possibles. L'important est d'admettre que la voie des uns peut être aussi bonne que la voie des autres. L'essentiel est que, dans chacune de ces voies, soit pratiquée la « vraie tolérance » sans laquelle aucun groupement ne peut se réclamer du Temple : tolérance raciale, sociale, spirituelle, religieuse. Les Massenies en ont toujours fait preuve. De tout temps, elles oeuvrent dans la discrétion et le silence. Elles refusent les hiérarchies tapageuses qui flattent la vanité et l'orgueil. Elles poursuivent dans l'ombre leurs recherches occultes en vue d'un devenir meilleur. Elles approfondissent les valeurs spirituelles du passé, valeurs ésotériques que certaines religions, certains modes de pensée, refusent ou négligent.

C'est, par la volonté, la patience et la recherche, que la poursuite de l'idéal chevaleresque a été mis en valeur par les Ordres militaires et religieux du Moyen Age.



Entre l'époque où fut créé l'Ordre secret de la Massenie du Saint-Graal et celle à laquelle j'ai évoqué la vie d'une Massenie de Provence, près de deux siècles s'étaient écoulés.

Et, depuis, cinq autres siècles ont rejoint le passé. Ainsi va la vie au fil des ans.

Les générations se transmettent le flambeau, pour que vive et se développe la fraternité dans l'amour du prochain, le respect et la liberté des hommes par la tolérance, la spiritualité par la connaissance de l'occulte. C'est la vie des Massenies du Saint-Graal.

Dans notre époque matérialiste, elles apporteront aux hommes de bonne volonté leur message d'espérance en une vie meilleure.



Hermé, 15 août 1975.


Gabrielle Carmi..."

Childéric

C’est une société secrète qui date de la fin des croisades.

Des templiers fréquentaient en Palestine un centre initiatique fondé par des ismaéliens où se retrouvaient aussi bien des juifs, des musulmans, des persans que des égyptiens. Ces templiers participaient aux recherches menées par ces groupes et ils désiraient entreprendre une grande œuvre de vivification de l’Occident grâce aux connaissances qu’ils avaient acquises.
Après la condamnation du Temple, ils décidèrent de « créer un ordre réunissant ceux qui voulaient que l’esprit du Temple vive ». Cet ordre fut nommé « Massénie du Saint Graal ». Il était composé au départ de vingt-six membres et formé « d’anciens templiers, d’anciens croisés, ou des sémites ayant œuvré avec eux, tous initiés… ».
Devant la porte des maisons de l’ordre, on plantait un rosier blanc et un rosier rouge comme signe de reconnaissance.
Au début du XVIIe siècle les membres de la Massénie se séparèrent en faisant le serment de « passer leur vie avec le signe sacré » (un scarabée reposant sur un soleil d’or), de taire les secrets, de « cultiver leur vie intérieure » et d’enseigner quelques êtres pour les amener à la connaissance...


Ce Temple prend le nom de Loge, comme le définit sa Charte :
Une Loge est considérée comme un symbole du monde, du Cosmos. C'est le lieu éclairé et régulier, le "Yomar" : mot hébraïque de la Genèse.

Une Loge est le point de départ substantiel de la manifestation de ce monde où l'être qui le désire et qui n'est pas encore initié pourra le devenir par la suite, par la révélation de ses possibilités.

Une Loge est, pour les êtres qui s'engagent sur la voie, le passage qui les amènera à l'illumination intérieure. C'est pour l'être à l'état brut le moyen de ciseler la pierre. Dans certaines Massenies, une Bible était placée sur une table ouverte à la première page de l'Évangile de St Jean.

Toujours selon cette Charte

Les Frères et Sœurs de la Massenie s'engagent à :

Sauvegarder l'esprit du Temple, de la Tradition.

Être tolérants avant toute chose, admettre que si certains membres sont différents d'eux, ils n'en sont pas moins des Frères en l'Humanité.

Développer l'Amour du prochain et à avoir l'esprit de service.

Apprendre à se dominer et à se perfectionner.

Estimer un être pour sa valeur profonde, sans considération de contingences matérielles.

Faire naître en chacun la prise de conscience.

Ouvrir le chemin de la connaissance à ceux qui le désirent, et les mener à l'initiation.

Poser la première pierre de l’Église Universelle.

La Massénie du st Graal est une organisation tout à fait respectable, mais méfions nous des formations sectaires qui en revendiquent leur appartenance... elle sont nombreuses et dangereuses.
et toujours de Childéric

Aigle d'or pourra te le confirmer, je porte une affection toute particulière à Marie Madeleine et à la place qu'elle devrait occuper de nos jours si l'église de Rome n'avait pas travesti son histoire.
Les templiers bien avant moi connaissaient la vérité.
Les Templiers portaient une vénération particulière à "MARIE-MADELEINE". Dans leur règle, ils devaient allégeance à Béthanie, le Château de MARIE et de MARTHE. L'absolution Templière disait ceci : "Je prie Dieu qu'il pardonne vos péchés, comme il les a pardonné à Sainte Marie-Madeleine et au larron sur la croix".

Autre particularité, durant son premier siècle d'existence, l'Ordre acceptait des femmes qui prêtaient serment, surtout dans le Languedoc, alors qu'une modification ultérieure de la Règle interdisait spécifiquement aux Templiers de les accepter dans leurs rangs, afin de respecter le code chevaleresque et le célibat imposé aux moines soldats.

Ce qui est le plus étonnant, c'est que les Templiers marchèrent vers l'abattoir comme des agneaux, lors de leur arrestation, sans demander de renforts à l'étranger et sans vraiment se défendre contre les inquisiteurs, ce qui n'était pas coutumier dans la pratique de leur règle.

Certains, comme le Trésorier de l'Ordre, glissèrent à travers les mailles du filet, comme s'ils avaient bénéficié de complicités. Même la célèbre flotte Templière disparut et ne fut pas mentionnée lors des confiscations infligées par le Roi de France. Sans doute existait-il un complot prévu par le Pape et certains Templiers, afin d'éviter les débordements de l'Ordre et le rendre clandestin. Il n'existe à ce jour aucune trace de ces éventuels accords secrets, sauf peut-être dans les archives du Vatican.

Les Templiers avaient des connaissances secrètes et employaient un Code connu sous le nom d'ATBASH, qui, appliqué au nom de la mystérieuse idole templière à tête coupée appelée "BAPHOMET", on obtient le terme grec "SOPHIA", qui signifie "sagesse", en hébreu on dit "HOKMAH". La Sophia a été présentée par les Juifs et les chrétiens comme la "compagne de DIEU", qu'elle influence et conseille.

La Sophia se situait au centre de la cosmologie gnostique. Dans le texte de NAG HAMMADI, découvert en 1947 en Egypte, intitulé "PISTIS SOPHIA", elle est intimement associée à Marie Madeleine. En tant que HOKMAH, elle est la clé de la compréhension gnostique de la KABBALE, système occulte influent à la base de la magie médiévale et renaissante. Chez les gnostiques, elle correspondait à la déesse grecque ATHENA et à l'égyptienne ISIS, parfois appelée SOPHIA. Ce qui fait dire que les Templiers croyaient fermement en un principe féminin.

Les églises bâties par les Templiers étaient le plus souvent circulaires, parce qu'ils croyaient que tel était le Temple de Salomon. Peut-être le symbole d'un univers rond, mais plus probablement celui de la féminité. Cercles et cycles sont toujours associés aux déesses et au principe féminin, tant en ésotérisme qu'en biologie.

L’Eglise de l’Empire Romain ne contient qu’un pale reflet de la flamme qui vient de la Lumière émanant de la sagesse et des techniques spirituelles du Vrai Jésus. Toutefois, même un reflet est suffisant pour que les gens vraiment orienté spirituellement atteignent l’Illumination ; mais, pour atteindre l’Illumination, on doit abandonner les désirs, alimentés par l’ego, de reconnaissance, d’argent, de pouvoir et de conforts excessifs dans la vie.

On pourrait dire que les Papes du 12ème siècle qui ouvrirent leurs cœurs et leurs esprits à la richesse spirituelle sans prix des Templiers étaient les bons Papes. Ensuite virent les mauvais Papes du 13ème siècle qui essayèrent désespérément de détruire les vérités des Templiers en massacrant des millions d’hommes, femmes et enfants innocents avec leurs Inquisitions qui commencèrent officiellement en 1233 et officieusement en 1209.

Toutes les choses changent et avec le 13ème siècle l’Eglise de l’Empire romain devient très préoccupée par la diffusion de la vérité par les Templiers. Ceci car le Vrai Jésus décrit par les Templiers, et soutenu par des documents ainsi que des objets comme le Calice de Mariage de Jésus et Marie, était en complète contradiction avec la version de la vie de Jésus donnée par l’Empereur romain Constantin quand il créa l’Eglise de l’Empire Romain en 325 P.N.C.
Des descendants de Jésus et Marie Madeleine, dont les ancêtres faisait aussi partie du Cercle Intérieur des Templiers, ont permis d’offrir aux gens les mêmes techniques spirituelles qui étaient autrefois enseignées par Jésus et Marie-Madeleine.

Il existe 4 niveaux de techniques, enseignées il y a longtemps par Jésus et Marie Madeleine, qui ont été utilisés pendant des siècles en secret par le Cercle Intérieur des Templiers.

1. Les Techniques de Base sont enseignées à tout les gens. Les Techniques de Base incluent une méditation/prière assise, un mantra/prière d’activité et des techniques spéciales pour permettre à une personne d’équilibrer ses énergies spirituelles émotionnelles/mentales.
2. Le premier niveau des Techniques Intermédiaires inclut les activations de ses propres Esprits Saints ou Corps de Lumière Angélique et Archangélique. Avec le second niveau, on apprend les Techniques de Guérison par Énergie Spirituelle qui permettent et donne le pouvoir de guérir les autres, en travaillant au sein des énergies de son propre Saint Esprit ou Corps de Lumière Angélique.
3. Les Techniques Avancées travaillent avec des énergies spirituelles de très haute fréquence. Ces Techniques Avancées mènent au-delà de l’Illumination et sont accessibles pour ces individus qui souhaitent enseigner correctement les Techniques Intermédiaires aux autres.
4. Les Techniques Adepte sont les mêmes techniques qui étaient utilisées par le Cercle Intérieur des disciples de Jésus.

Ce serait Godefroy de Bouillon qui aurait été fondé l’Ordre de Sion en 1099 au moment de la prise de Jérusalem par les croisés. Il aurait été averti d'une éventuelle relation entre la descendance de Jésus et les Mérovingiens. D’autres documents pourtant donnent 1090 comme étant l’année de fondation de l’Ordre de Sion. Suite à cette victoire, Godefroy de Bouillon aurait fait construire l’abbaye de Notre-Dame du Mont-de-Sion qui devint par la suite l’église du Saint Sépulcre.

Après la prise de Jérusalem en 1099, un conclave eut lieu ayant pour but d’élire le Roi de Jérusalem. Godefroy fut proposé pour ce titre mais il refusa. Son frère Baudouin accepta et fut couronné roi de Jérusalem le jour de Noël 1100.

L’Ordre du Temple (Templiers) quant à lui fut fondé en 1118. En 1120, une milice destinée à protéger les pèlerins se rendant à Jérusalem est organisée. Cette milice s’installe à Jérusalem dans la mosquée al Aqsa construite sur les fondations du temple de Salomon. Ce ne serait donc pas des richesses matérielles que les Templiers auraient découvert dans le Temple de Salomon, mais bien une preuve que, de la relation entre Jésus et Marie-Madeleine, une fille prénommée Sarah serait née de cette union. Ce grand secret que l'Église Catholique ne veut surtout pas voir révélé afin de préserver la foi de ses fidèles fait partie des attributions de protection du Prieuré de Sion.

En 1149, après la seconde croisade Louis VII rentra en France à l’abbaye de Saint Samson à Orléans. Certains de ses compagnons de croisade furent affectés au petit prieuré du Mont-de-Sion. L’Ordre de Sion débuta donc officiellement à Orléans et devint par la suite le Prieuré de Sion.

Dans les archives de la ville d’Orléans, on a retrouvée une bulle papale d’Alexandre III datant de 1179 et confirmant l’Ordre de Sion ainsi que ses richesses en France, Lombardie, Calabre et Espagne.

Les deux ordres cohabitèrent pendant une quarantaine d’années, jusqu’à leur séparation complète en 1188: l’Ordre de Sion (qui demeurera secret et sera connu par la suite sous le nom de Prieuré de Sion) se chargeait du côté spirituel tandis que l’Ordre du Temple (beaucoup moins secret et qui deviendra les Templiers) quant à lui, s’occupait plutôt du domaine exécutif.

En 1187, Jérusalem, alors entre les mains des Templiers fut reprise par les Sarrasins et en 1188, un rituel appelé « La coupure de l’orme » marqua la scission des deux Ordres : celui de Sion et celui du Temple.

Etrangement, l’histoire nous apprend qu’à Gisors en 1188, une réunion importante eut lieu pour préparer la troisième croisade. Philippe Auguste II, Roi de France; Guillaume de Tyr; Henri II Plantagenêt, Roi d’Angleterre; le Duc de Normandie, le Comte de Flandres et sans doute aussi les Chevaliers du Temple assistèrent à cette réunion.

Donc, en 1188, selon des légendes populaires, Philippe Auguste II et Henry II entamèrent une discussion, installés sous un orme vieux de quelque 800 ans dans « le champ sacré » de Gisors mais un différend les séparant, une bataille homérique aurait eu lieu et l’orme fut coupé. Selon une autre légende, c’est Richard Cœur de Lion, fils de Henry II qui aurait engagé la bataille et Henry II aurait protégé l’arbre en entourant son tronc de lames de fer (origine de son nom d’ormeteau ferré) mais l’orme aurait été finalement abattu. D’où le nom du rituel de « La coupure de l’orme ».

Nous n’avons aucune preuve de cet événement historique, ni de trace de la bataille livrée par Richard Cœur de Lion mais l’histoire nous confirme quand même que les Chevaliers du Temple se tenaient souvent au côté de Richard Cœur de Lion, que Philippe II et Henry II étaient bien en réel conflit, qu’une bataille eut lieu à Gisors en 1188 et eut pour conséquence l’abattage d’un orme. Ce dernier détail est d’ailleurs représenté dans l’église Saint Gervais – Saint Protais de Gisors et il existe une Avenue de l’ormeteau ferré à Gisors.
Aujourd'hui, le Prieuré de Sion existerait toujours sous une forme active et tout aussi discrète. Il répandrait le vrai ou le faux selon le contexte politique dans le but de manipuler l’opinion ou les médias. Il aurait été dirigé par des « Grands Maîtres » qui se seraient succédé tout au long de l’histoire. Derrières ces Grands Maîtres, appelés aussi « Nautoniers » se cacheraient des noms historique très célèbres.
le Prieuré de Sion a pour objet la constitution d'un ordre catholique, destiné à restituer sous une forme moderne, en lui conservant son caractère traditionaliste, l'antique chevalerie, qui fut par son action, la promotrice d'un idéal hautement moralisateur et l'élément d'une amélioration constante des règles de vie de la personnalité humaine.
A cet effet, le Prieuré de Sion , par une coopération active de ses membres, portera aide et protection, tant morale que matérielle, à tous ceux qui se trouvent dans un état de nécessité, particulièrement les vieillards, les infirmes, etc...

L'association est ouverte à tous les catholiques âgés de vingt et un ans… et c’est un peu trop proche de l’église de Rome pour moi !

Bonjour à tous!

Au IXème siècle, l'Eglise de Rome a condamné l'Eglise celte. Les constructeurs d'Ecosse et d'Irlande, qui représentaient la majorité des Jomsvikings, ont dû émigrer sur le continent. Ils se sont regroupés en sociétés secrètes. En construisant des églises, ils ont mélangé leurs symboles celtes aux symboles chrétiens pour que leur tradition ne se perde pas. Si vous allez dans le duché de Bretagne, vous verrez ces symboles dans certaines églises. Vous verrez aussi, sur les piliers, la feuille de saule qui, pour eux, représentait le rameau d'or, et signifiait innocence et pureté. Dans les lieux où les descendants des Jomvikings ont travaillé avec des bâtisseurs chrétiens, ils ont dressé de grandes croix celtiques en pierre, souvent engranit, au centre desquelles il y a la croix chrétienne.

Au moment où fut créé l'Ordre du Temple, de nombreux constructeurs celtes y sont entrés, parmi lesquels se trouvaient les initiés. Les Templiers, déjà dépositaires du mystère du Graal qui leur était propre, le sont donc aussi devenus de la Tradition Primordiale.

De plus, à l'occasion des Croisades, certains Templiers ont eu des échanges spirituels avec des Arabes, des juifs et les ismaéliens qui fréquentaient la « Maison des Sciences » fondée par ces derniers, ainsi qu'avec des chrétiens johannistes.

D'après une certaine tradition, le patriarche Théoclès de Jérusalem, chef de l'Eglise johanniste primitive, aurait transmis ses pouvoirs en 1118 au fondateur de l'Ordre du Temple, Hugues de Payns ; et un de ses compagnons, Geoffroy de Saint-Omer, aurait reçu une initiation musulmane dans la secte ismaélienne des Assassins. L'ismaélisme secret était une communauté gnostique détenant la connaissance occulte des lois cachées de l'Univers. C'était la plus haute forme de savoir qui ne pouvait être révélée qu'à de rares initiés. Dans la bibliothèque de la Maison des Sciences, on pouvait lire les enseignements de Simon le Magicien, philosophe juif, de Basilide d'Egypte, philosophe de l'école alexandrine, qui vivait deux siècles avant Jésus-Christ, et de bien d'autres encore.

On apprenait les sept degrés initiatiques de l'Islam, et il est intéressant de savoir que les Templiers avaient aussi sept degrés d'initiation qu'ils ont réunis en trois grades.

Les chevaliers croisés se rendirent plusieurs fois dans la forteresse isolée d'Alamout, véritable nid d'aigle, où ils furent reçus par le Seigneur de la Montagne, successeur du « Vieux de la Montagne », fondateur de la secte cachée des ismaéliens à la fin du XIème siècle.

Ce dernier était iranien et avait fait des études très poussées à la célèbre université de Nichapour, dans le Khorassan. C'était un visionnaire qui avait eu dès son adolescence accès à la science occulte iranienne, elle-même imbue du message de Zoroastre et enrichi par des apports des anciennes civilisations de l'Asie centrale et orientale, grecques, arabes et égyptiennes.

Dans la Maison des Sciences, les Templiers ont connu des « Harodim », qui étaient des Hébreux consacrant leur vie à l'étude de la Kabbale.

Ils s'efforçaient aussi de retrouver le sens primitif, caché et cependant réel, de la Genèse de Moïse. Ils recherchaient Dieu dans la matière. A travers l'arithmétique, et par la correspondance des valeurs des chiffres et des lettres, ils arrivaient à trouver et à traduire le sens caché des lois universelles. La traduction des symboles et de leurs correspondances forme un langage invisible, mais l'aspect du visible est le reflet de l'invisible.

Les harodim pensaient que le propre de l'homme à l'image de la nature est de se renouveler lui-même en s'améliorant sur tous les plans. Certains croisés mais surtout les Templiers ont étudié avec eux la Kabbale et avec les ismaéliens, leurs doctrines. Tous ceux-ci avaient une foi différente, mais ils étaient unis dans le même idéal spirituel. Cela vous explique pourquoi, à la suite de ces contacts, les Templiers ont voulu réunir les trois religions monothéistes. Certains Templiers ont reçu, en Orient, l'initiation de maîtres instruits dans la tradition d'Ephèse.

Et puis, ce fut l'arrestation brutale des Templiers. Un jeune Templier provençal est venu se réfugier chez Jean de Rampillon qui le considérait comme son fils spirituel. Ils étaient tous deux bouleversés par les dures épreuves que subissaient les Templiers, et ont assisté, impuissants, aux procès et à la suppression de l'Ordre.

En accord avec les enseignements reçus en Orient, il a décidé que l'Ordre aurait parmi ses membres des kabbalistes et des alchimistes. Il choisit vingt-quatre personnes sûres ayant reçu une initiation du second degré qui s'engageaient à le seconder dans sa tâche. Ils aideraient ceux qui sont désemparés à ne pas s'abandonner et à rechercher la voie de la connaissance. Ce serait pour chacun une « queste », et c'est dans cet esprit qu'il a appelé la Massenie « Massenie du Saint-Graal ».

Une Massenie est en effet, un groupe, une loge, ou encore une « kahaba », terme hébreu signifiant un lieu non consacré dans lequel le culte pouvait être pratiqué.

C'est l'occasion de tenter de rétablir la vérité sur les Rose-Croix, thème ayant suscité une littérature nombreuse où trop souvent hélas un folklore aguicheur côtoie la pire escroquerie intellectuelle pouvant même entrainer de véritables catastrophes comme le montre l'actualité récente de certaines sectes. Au dela de l'histoire « légendaire » des Rose Croix, il faut attacher en effet beaucoup plus d'importance à leur symbolisme et à sa signification doctrinale dans le domaine de la réalisation de l'être. Le courant Rose-Croix à été véhiculé, semble-t-il en Occident, par la Chevalerie de Terre sainte et par les « Fidèles d'Amour ».

On décèle également, dans cette tradition rosicrucienne authentique, une veine ésotérique qui prend sa source symbolique, dans les récits et dans la « queste » du Saint Graal. Il s’établit en outre un rapprochement entre ce qu'implique l'état de Rose Croix et la fonction dévolue aux « Gardiens de la Terre sainte » dont on sait qu'ils assuraient la « garde du centre » et qu'ils auraient été représentés, en particulier à Jérusalem, par les Templiers. Or, pour remplir le rôle qui leur était assigné à l'égard de leur propre tradition, ils devaient être capables de communiquer avec les représentants des autres traditions, ce que l'on a appelé symboliquement le « don des langues » ce qui est une des caractéristiques essentielles du charisme rosicrucien.
Grâce à l'étude des origines: contact entre initiés musulmans et chrétiens en Terre sainte, « Massénie du Saint Graal », Gardiens de la Terre sainte, Fidèles d'Amour. On découvre, un lien entre ces organisations ou initiations, toutes héritières de l'Ordre du Temple et, pour la plupart rattachées à lui par une filiation plus ou moins directe. Et ce sont les Rose- Croix qui inspirèrent ces organisations sans jamais se constituer eux-mêmes en aucun groupement.

Mais le plus important dans tout ceci n'est il pas ce que nous vivons dans notre coeur, notre intime conviction à défaut de preuve historique (puisque je vous le rapelle pour l'anecdote, rien depuis l'histoire officielle des Templiers n'est vérifiable...), notre désir profond de nous élever dans la spiritualité?
Alors on peut toujours se poser en donneur de leçons, en grand maitre de la vérité (quelle vérité d'ailleurs...), ce que je m'interdit à chaque instant car les textes que je propose sont critiquables et à critiquer et je ne poursuit qu'un seul but: enrichir mes connaissances et m'approcher de la vérité.

Beaucoup prétendent être des descendants des templiers, mais c'est pour donner une légitimité à leur secte ou mouvement.

Les Templiers étaient un ordre religieux qui oeuvrait principalement à la protection des pélerins qui allaient à jérusalem, et qui participait aussi activement aux croisades. Ils ont été dissous sous Philippe le Bel le 13 octobre 1307 pour des raisons assez complexes (conflit avec le pape notament ) Mais vu qu'il n'y avait plus de territoires chrétiens en palestine, et qu'il n'y a plus eu de croisades par la suite, ils n'avaient plus non plus de raisons d'être.

Il y eut par la suite de nombreuses légendes ésotériques au sujet d'activités secrêtes des templiers, mais elles ne sont pas fondées.

Ce qui reste se sont des hurluberlus qui singent des pratiques qu'ils ignorent en grande partie

Si l'ordre existait à nouveau il ne s'encombrerait pas du folklore ésotérique qu'on leur prête
Ils constitueraient une multinationale financières comme tant d'autres ...

Le vrai secret de leur puissance c'est d'avoir compris avant les autres que la monnaie est une marchandise et qu'elle peut s'acheter et se vendre avec des profits

Les hommes du moyenne âge ne pouvaient comprendre ça, et pour eux fortune = trésor , or le trésor c'était l'organisation, supprimer l'organisation, le trésor disparaît. et oui c'était ça aussi les Templiers!!!!

Dernière précision: ce que j'aime ici c'est la liberté qui est laissée à chacun de donner son avis sans porter de jugement, ne nous éloignons pas de ça!

Merci à vous tous ce sera un peu long mais tellement génial que je relirai d'autres fois.
Par contre faudra que je fasse pareil avec le Graal ou Saint Graal.
Et il faudra mettre la charte en entier à la suite Un cherchant si tu lis ces lignes au boulot merci.

bisous à tous
Que la Lumière guide nos pas dans l'Amour et la Fraternité puisque nous sommes tous fils et filles de la Lumière

Kiss
Revenir en haut Aller en bas
 
L'histoire des Templiers
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coeur de Christal :: RELIGIONS, CULTURES ET CIVILISATIONS :: Christ - Christianisme-
Sauter vers: