Coeur de Christal

forum d'entraides et d'échanges
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Prière à la Mère divine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Ghislaine
modérateurs
modérateurs
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1196
Age : 71
Localisation : Magog, Estrie
Date d'inscription : 25/01/2010

MessageSujet: Re: Prière à la Mère divine   Dim 20 Mai - 13:42

C'est vrai Septimus que c'est toujours un grand bonheur de te lire!



Ghislaine
Revenir en haut Aller en bas
aigle d'or
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7765
Age : 51
Localisation : Terra
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: Prière à la Mère divine   Dim 20 Mai - 18:30

Bénie soit l'écrit de Septimus

Car c'est valable pour tout les membres .

gros bisous


Revenir en haut Aller en bas
kris

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1058
Age : 49
Localisation : alpes haute provence
Date d'inscription : 06/01/2011

MessageSujet: Re: Prière à la Mère divine   Dim 20 Mai - 20:28

C'est vrai que souvent on n'écoute pas les messages, et ils n'ont pas besoin d'être spirituels, ce matin je toastais ma tartine et quelque chose me dit attention regarde ton pain, bien sûr je n'en ai pas tenu compte et pof c'était brulé à l'éjection.
Et je me suis dit j'aurai du écouter....
OK je suis loin du spirituel mais c'est déjà un message reçu !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

avatar

Féminin
Nombre de messages : 3315
Age : 79
Localisation : au delà des nuages
Humeur : variable comme le temps
Date d'inscription : 05/01/2011

MessageSujet: Re: Prière à la Mère divine   Dim 20 Mai - 21:02

coucou Kris.

La plupart du temps ce sont comme des avertissements
tellement terre/terre, qu'on n'y fait pas attention.
Et pourtant, là est le début.
Il faut savoir s'écouter

Revenir en haut Aller en bas
septimus
modérateurs
modérateurs
avatar

Masculin
Nombre de messages : 885
Age : 70
Localisation : Univers
Date d'inscription : 11/01/2012

MessageSujet: Re: Prière à la Mère divine   Jeu 16 Aoû - 14:58



"La Vierge Marie était une fille d’Isis. Isis est la mère des hommes, c’est elle qui, avec beaucoup d’amour, a créé les Ecoles de Dieu, les écoles des mystères et qui a ouvert un chemin pour tous les hommes afin que de générations en générations les hommes puissent trouver un chemin tracé sur la terre, un chemin qui conduit vers l’évolution harmonieuse et pour aller à la rencontre de la lumière et du savoir.

Dans le nom de Dieu de 4 lettres il y a le Père, la première lettre : Osiris, le feu. Il y a la Mère, la deuxième lettre : Isis, l’air. Puis c’est le Fils, la troisième lettre : Horus, l’eau. Enfin vient Seth, la quatrième lettre, la terre, la réalisation, le corps physique, la matière. Seth, c’est la matière, Horus c’est l’eau, la vie, les pensées, les sentiments, la volonté, le moi, la conscience d’exister, l’eau qui imprègne le corps physique et le fait vivre, le modèle. Isis représente l’atmosphère, l’ambiance, l’air, c’est l’air qui unit l’homme à la grandeur ou à la petitesse. Le feu c’est Osiris.

Seth est le frère d’Osiris mais il est jaloux de lui, alors il le tue. Osiris meurt. Isis veut reconstituer le corps de son mari. Qu’est-ce qui est mort ? C’est l’union avec Dieu, l’homme a perdu l’union avec Dieu. L’homme a été prisonnier dans un sarcophage, dans un corps physique. Et il n’a pas vu le Divin dans l’arbre, dans la pierre, dans la montagne, dans la parole, il a perdu la fécondité. Le membre viril, le sexe d’Osiris, le sexe masculin a disparu. Isis est stérile, elle ne peut pas mettre au monde un enfant. C’est-à-dire, l’homme a perdu la sagesse, il a perdu son pouvoir. Isis et Osiris c’est la sagesse. Et Isis c’est l’Ecole de Dieu, l’école des mystères. Alors Isis parcourt le monde pour reconstituer le corps de son époux, c’est-à-dire pour donner du sens à tout ce que l’on voit, non pas un sens dans la lumière trompeuse mais la profonde sagesse qui peut illuminer le monde. Et Seth s’oppose à cela parce qu’il veut le pouvoir pour lui, c’est-à-dire le corps physique de l’homme qui accapare toutes les énergies de l’homme, toutes les pensées. Il s’oppose à ce que Horus apparaisse c’est-à-dire la vie intérieure de l’homme parce que quand cette vie jaillit dans les pensées telle la source, dans les sentiments, dans le ventre, alors l’homme comprend qu’il n’est pas le corps, que le corps c’est la fille. Le père, la mère, le fils et la fille. La fille c’est ce qui est convoité par le monde extérieur parce que c’est elle qui enfante, qui est la matrice pour enfanter. En fin de compte l’homme est un créateur d’énergie par son corps et le corps peut être habité par des forces qui ne sont pas divines, alors c’est le noir qui vit en lui et il n’y a plus rien à l’intérieur de lui. Et Isis c’est l’école de Dieu, c’est cette volonté de l’homme de retrouver la sagesse. Or, Osiris est un Dieu noir. La sagesse s’est cachée et Isis va chercher la sagesse dans le noir et du noir jaillit Horus, la lumière qui vient du noir. Alors Horus combat Seth et triomphe de Seth et Seth devient pharaon. Car pour être initié, pharaon, fils de Dieu, incarnation du Verbe sur la terre, manifestation de Dieu sur la terre, il faut que l’homme, Seth (les chrétiens en ont fait Satan), soit initié par Horus. Alors Seth triomphe du serpent de l’illusion et devient le protecteur et l’incarnation du verbe. Isis triomphe, elle parvient à se faire féconder. Elle met au monde Horus qui est le faucon. Et la Vierge Marie, des milliers d’années après, est fécondée par le Saint Esprit, c’est-à-dire le faucon Horus. Elle met au monde la lumière, c’est de nouveau la même histoire. Il y a un rapport étroit entre ces deux histoires d’Isis et de la Vierge Marie."





Revenir en haut Aller en bas
avatar

avatar

Féminin
Nombre de messages : 3315
Age : 79
Localisation : au delà des nuages
Humeur : variable comme le temps
Date d'inscription : 05/01/2011

MessageSujet: Re: Prière à la Mère divine   Jeu 16 Aoû - 19:45



merci Septimus pour cette très belle explication.

demain matin, je vais essayer de mettre
mes dernières visions et mes derniers
ressentis.

Je pense que çà rejoint tes explications.
Je connaissais déjà l'histoire
mais tes explications sont ..........
je n'ai pas de mots pour dire l'admiration
que j'ai pour tes écrits.
Tu es vraiment un être exceptionnel.

Revenir en haut Aller en bas
Dauphin

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1554
Age : 45
Localisation : Lorraine
Date d'inscription : 25/05/2009

MessageSujet: Re: Prière à la Mère divine   Jeu 16 Aoû - 22:37

Septimus
Revenir en haut Aller en bas
aigle d'or
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7765
Age : 51
Localisation : Terra
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: Prière à la Mère divine   Jeu 16 Aoû - 23:18

Merci Septimus

La vie des hommes est divinisée par les hommes et à travers elle un idéal que tu as su si bien décrire.
Horus fut le premier Pharaon des deux terre et l'infâme Seth voué à l'exil.
Je ne crois pas que Seth soit devenu pharaon ce doit être une erreur de clavier.
J'ai souvent entendu dire que Marie aurait été Isis mais je n'ai jamais accroché à cette idée j'y arrive pas.
Il est surement vrai que j'ai tort mais non je peux pas par contre la description que tu en as faite lui va a ravir.
Je voyais pas la famille d'Egypte en rapport avec les quatre élément c'est une approche que j'apprécie et lorsque je me replongerai dans cette époque (en Septembre ) j'y jetterai un coup d'oeil.
A mes yeux la Mère divine et le Père divin sont là depuis l'origine de la Terre .
J'ai eu plusieurs fois des contacts mais plus avec la Mère Divine aucun mot pour décrire ce que j'ai ressenti peut trouver un mots ,des mots, des phrases pour décrire L'Amour Absolu c'est la quintessence de la quintessence de L'Amour des Amours.
un de Mes meilleurs souvenir était à la plage j'étais avec Marie-Madeleine et je me souviens plus qui il y avait d'autre et je me souviens que nous travaillions sur le chakra du coeur . Une énergie incommensurable est venu j'ai senti Marie-Madeleine s’effacer et moi m'incliner.
Je me souvient plus des paroles mais c'était du style c'est quoi ça c'est pas un coeur ouvert elle fit comme deux ou trois passe et dit ça c'est un coeur ouvert.
c'est comme si j'avais plus qu'un chakra en moi qui regroupait tout moi .
Comme si la tere était le coeur et notre univers en moi.
Je pense avoir décrit cette histoire dans le forum.
Autant vous dire que je n'y suis jamais arrivé depuis.
Mais pas évident de trouver les mots.
Je ne pense pas que ce soit la Même personne actuellement mon sentiment est qque la Mère Divine est montée avec le Père divin c'est bizarre d'écrire cela.
Et que c'est Sananda qui depuis trois ans prend "l'interim" en tout cas depuis ce moment je n'ai plus eu ni Lady Nada ni Marie-Madeleine.
Mais en vérité que comprenons nous réellement des affaires divines?
je pense comme Avatar nous y comprendrons mieux de l'autre coté du voile.
Notre mental a besoin d'explication à tout alors nous avons nos propres réponses.
Une chose est sur je les Aime et je peux m'avancer en écrivant nous les aimons.

gros bisous à tous


Revenir en haut Aller en bas
septimus
modérateurs
modérateurs
avatar

Masculin
Nombre de messages : 885
Age : 70
Localisation : Univers
Date d'inscription : 11/01/2012

MessageSujet: Re: Prière à la Mère divine   Ven 17 Aoû - 6:15



Voila une réponse (éventuelle) à ton questionnement.

Citation :
Horus fut le premier Pharaon des deux terre et l'infâme Seth voué à l'exil.
Je ne crois pas que Seth soit devenu pharaon ce doit être une erreur de clavier.

La légende d'Horus
Horus est l'héritier du trône d'Égypte, mais Seth son oncle est jaloux, et veut s'emparer du pouvoir royal.
Afin de prendre le pouvoir, Seth assassine Osiris. Isis s'enfuit avec son fils Horus, accompagnée du dieu Thot et de la déesse Ouadjet, ils se réfugient dans les marais du Delta.
A l'abris de Seth, Horus grandit en préparant la vengeance de son père Osiris. Puis Horus réclamât son dû; le trône d'Égypte.
Après un long procès divin présidé par Rê et conduit par Thot qui durât 80 ans.
C'est donc à Neith, déesse de Saïs, réputée pour son infinie sagesse, que Thot s'adresse. Sa réponse est sans ambiguïté : la couronne revient à Horus. Cependant pour ne pas pénaliser Seth, elle propose de lui offrir les déesses Anat et Astarté comme épouses en compensation.
Seth défiât Horus en combat. Le duel fut sanglant et violant, durant lequel Horus émasculât Seth afin qui ne puisse plus avoir de descendance, et Seth arrachât l'œil d'Horus (reconstitué par Thot, il devient "Oudjat", un talisman porte bonheur dans la culture égyptienne).
Alors qu'Horus dominait Seth dans ce combat sans merci, Isis intervient et demande à Horus d'épargner Seth. Horus dans un excès de colère tranchât quand même la tête de sa mère Isis.
Thot intervient et rendit la tête de Isis, mais il ne lui rendit pas sa tête humaine, il lui rendit une tête animale, plus précisément un tête de vache. Isis fut ensuite souvent assimilé à la déesse Hathor, avec des cornes entourant le disque solaire.
Horus vainqueur reçoit le trône de l'Égypte en héritage. D'ou son surnom "le vengeur de son père".
On raconte aussi que Ptah stoppa un combat entre Horus et Seth : il les jugea et mit fin à leur querelle. Seth reçut la Haute-Egypte et Horus la Basse-Egypte.

Mais ce n'est qu'une légende parmi tant d'autres...


Revenir en haut Aller en bas
Chouette

avatar

Féminin
Nombre de messages : 4135
Age : 62
Localisation : Au Pays des Merveilles !!!!!!
Humeur : Toujours dans la Bonne Humeur !!!!!!
Date d'inscription : 13/11/2008

MessageSujet: Re: Prière à la Mère divine   Ven 17 Aoû - 7:23

Coucou rapidos car je dois aller bosser !!!
Comment se fait-il que ce matin, au lever,
je me suis surprise de réciter la prière de Marie?
Et bien, voilà, qu'en tombant,
encore une fois, par hasard,
sur ce post !!!
j'ai comme l'impression que je trouve une clé !!!

Septimus !!!
Je ne doute plus que plus rien ne m'étonne !!!

Est-ce Providence qui t'a envoyé dans ce Forum ?

Revenir en haut Aller en bas
septimus
modérateurs
modérateurs
avatar

Masculin
Nombre de messages : 885
Age : 70
Localisation : Univers
Date d'inscription : 11/01/2012

MessageSujet: Re: Prière à la Mère divine   Ven 17 Aoû - 9:40



Citation :
A mes yeux la Mère divine et le Père divin sont là depuis l'origine de la Terre .
J'ai eu plusieurs fois des contacts mais plus avec la Mère Divine aucun mot pour décrire ce que j'ai ressenti peut trouver un mots ,des mots, des phrases pour décrire L'Amour Absolu c'est la quintessence de la quintessence de L'Amour des Amours.
un de Mes meilleurs souvenir était à la plage j'étais avec Marie-Madeleine et je me souviens plus qui il y avait d'autre et je me souviens que nous travaillions sur le chakra du coeur . Une énergie incommensurable est venu j'ai senti Marie-Madeleine s’effacer et moi m'incliner.

A Lourdes, il y a la grotte, bien sûr, la source, et le message de Marie qui parlait au nom de la Mère divine qui expliquait que la grotte est tout simplement nous-mêmes et la source éternelle qui en jaillit correspond à la Lumière de l'être divin qui l'habite.

La Mère a fait de Lourdes avant tout un lieu de rassemblement et de prière. Et lorsqu'Elle a demandé à Bernadette, par l'intermédiaire de Marie, (Comme le Christ parlait au nom du Père) de creuser la terre pour trouver de l'eau et de s'en nettoyer le visage, n'était-ce pas plutôt lui demander de se nettoyer les yeux pour purifier sa vision et apprendre à regarder? N'était-ce pas plutôt lui demander de faire des ablutions?

A Lourdes des milliers de pélerins se rejoignent, tous beaux, même ceux qui ne visitent quepour pouvoir dire: "Je suis allé à Lourdes" qui ne savent pas ce qu'ils font mais qui pourtant se signent devant la statue de laVierge. C'est toujours une marque de respect et c'est déjà un miracle que tant d'êtres soient présents, de toutes races, de toutes confessions, certains avec l'espoir de vivre quelque chose sans trop savoir quoi. Oui, ce lieu est béni, sanctifié.

Dès qu'on arrive on sent que l'atmosphère y est tout à fait particulière. Bien sûr les êtres sensibles ressentent mieux cette "vibration" douce et légère qui caresse alors que la plupart des gens y sont étrangers, trop préoccupés par tous les souvenirs de ces marchands du temple qui sont décidément partout.

A chaque fois que j'y suis allé, j'ai senti que la Mère s'est éveillé en moi, comme la vibration christique qui est en nous depuis toujours mais ce n'est pas chose évidente que d'en prendre conscience. J'ai vraiment été béni, il n'y a pas d'autre mot. Nous sommes même bénis en chaque instant, dans la joie, dans le bien-être ou dans l'effort car nous sommes "accompagnés. Il nous suffirait simplement pour en être persuadés de sentir qu'Elle est là.

Elle peut à tout instant nous prendre dans ses bras et nous étreindre sur son Coeur de mère qui ne souhaite qu'une chose, que ses enfants s'aiment et qui les invite par son infinie douceur à faire le premier pas vers l'autre...








:bisous46:
Revenir en haut Aller en bas
Lancelot de Fohet
modérateurs
modérateurs
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2156
Age : 62
Localisation : L'Auvergne, Coeur du Massif Central.
Date d'inscription : 03/03/2009

MessageSujet: je vis là bas   Ven 17 Aoû - 10:11

la même chose à chaque fois que j'y vais je m'imprègne de cette vibration , j'ai pu m'y rendre en d es moments de grand calme quasi seul devant la grotte et je suis aussi monter sur toutes le s pics montagneux tout autour le petit et grand jers etc je vous assure que le souffle de l'esprit est là qui apporte dans la vallée à cette grotte ce souffle d'Amour. paysage de toute beauté assuré tout en haut .
Revenir en haut Aller en bas
http://le-seuil.forumzen.com
Lancelot de Fohet
modérateurs
modérateurs
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2156
Age : 62
Localisation : L'Auvergne, Coeur du Massif Central.
Date d'inscription : 03/03/2009

MessageSujet: LE JE VOUS SALUE MARIE; HISTORIQUE;;   Ven 17 Aoû - 11:33

En français

Je vous salue, Marie pleine de grâces ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous, pauvres pécheurs,
Maintenant, et à l'heure de notre mort.
Amen.


En latin
Notre-Dame du Rosaire à Atzwang dans le Tyrol

Ave Maria, gratia plena,
Dominus tecum,
benedicta tu in mulieribus,
et benedictus fructus ventris tui Jesus.
Sancta Maria mater Dei,
ora pro nobis peccatoribus,
nunc, et in hora mortis nostrae.
Amen.

Plenus commandant soit le génitif, soit l'ablatif, Gratiæ plena ou Gratia plena sont tous les deux corrects. Le pluriel, que l'on peut rencontrer en français, n'est pas usité dans sa version latine. Ce serait : Gratiarum plena, ou bien Gratiis plena.


En araméen

Shlom lékh Maryam
Malyat taybouto
Moran a’mèk
Mbarakto at bnéché
Wambarakou firo dkarshèk Moran Yéshou mshîho

Môrte maryam émé d'aloho etkachf hlofani hnan hatoyé hocho wab cho'to dmawtân amin

Ceci est la première partie du Je vous salue Marie, dans la langue originelle.
Origine

Le Je vous salue Marie est une prière composée de deux parties définies à des époques différentes.

La première partie est l’antienne Ave Maria, paroles de l'ange lors de l'Annonciation (Luc 1,28) et d'Élisabeth au moment de la Visitation (Luc 1,42), en usage depuis le Ve siècle.

La seconde partie comporte le titre de Théotokôs ("Mère de Dieu"), défini au IIIe concile oecuménique, le concile d'Éphèse, en 431. Cette seconde partie du Je vous salue, Marie sont les ultimes paroles prononcées sur son lit de mort par saint Simon Stock, supérieur de l'Ordre du Carmel, en 1265 : "Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amen." L'Église joignit ces paroles à cette prière, ce qui donna sa forme définitive à l'Ave Maria.


Revenir en haut Aller en bas
http://le-seuil.forumzen.com
Lancelot de Fohet
modérateurs
modérateurs
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2156
Age : 62
Localisation : L'Auvergne, Coeur du Massif Central.
Date d'inscription : 03/03/2009

MessageSujet: Je vous salue, Marie : une longue histoire   Ven 17 Aoû - 11:36

Je vous salue, Marie : une longue histoire

Mgr Paul-Marie Guillaume

Comparée à l’histoire du « Notre Père », celle du « Je vous salue, Marie » est beaucoup plus complexe. Pour le Pater, il n’y a pas de problème, même si les Évangiles de Luc et de Matthieu nous en donnent deux expressions un peu différentes, reflets probables des diverses façons dont les communautés chrétiennes primitives l’ont récité.

L’histoire de l’Ave Maria dure quinze siècles environ, et nous ne pouvons la suivre pas à pas car nous la connaissons mal. Mais nous avons assez de points de repère pour nous en faire une idée exacte, même si elle reste incomplète.

Il nous faut d’abord distinguer nettement les deux parties de la prière : la première sous forme de louange et la deuxième sous forme de supplication. La première a existé longtemps toute seule. C’est d’elle qu’il va d’abord être question.
La première partie de l’Ave Maria : sa genèse

À première vue, elle se compose de deux petits extraits de l’Évangile de Luc : la salutation de l’ange (1, 28) et la réponse d’Élisabeth à Marie (1, 42). Seuls les noms de Marie et de Jésus ont été ajoutés. À y regarder de plus près, les références semblent plus complexes !

Vous êtes bénie entre toutes les femmes : qui parle ?

Ces mots sont-ils à mettre dans la bouche d’Élisabeth ou dans celle de l’ange, ou dans l’une et l’autre ?

La plupart des éditions actuelles de l’Évangile les attribuent à Élisabeth. Mais l’édition du Nouveau Testament du Père Merk les introduit en Lc 1, 28, en les mettant toutefois entre parenthèses. Dans son commentaire de saint Luc, le Père Lagrange écrivait que l’attribution à Gabriel avait « d’excellentes autorités, mais qui sont suspectes d’avoir harmonisé avec v. 42. »1

Quelles sont ces autorités qui mettent la bénédiction dans la bouche de l’ange ? Dès le milieu du IIe siècle, le Protévangile de Jacques (11,1) et le Diatessaron de Tatien. Au tournant des IIe et IIIe siècles, Tertullien dans Le Voile des vierges2, puis, au IVe siècle, Eusèbe de Césarée3. Au IVe siècle, en commentant Tatien, Ephrem le Syrien souligne la double bénédiction de l’ange et d’Élisabeth : « Et Élisabeth confirma cette parole, disant une nouvelle fois : Tu es bénie parmi les femmes. »4 Saint Ambroise connaît lui aussi l’attribution à l’ange.5 Cette leçon (= version) se trouve aussi dans le Codex Ephraemi du Ve siècle, dans le Codex Bezae des Ve–VIe siècles, ainsi que dans le Syriaque et la Vulgate. On la retrouve plus tard dans la liturgie en usage à Sainte-Marie Antique à Rome (en 650), ainsi que dans la liturgie byzantine.6

Que conclure ? Il est certain que, même si cette leçon n’est pas originale, elle est « très ancienne ».7 On a souligné que « ce mécanisme de mémoire traduit l’ancienneté plus grande encore du rapprochement de versets évangéliques pour la construction d’une formule de prière ». 8
Le nom de Marie : des usages variables

Dans le salut de l’ange, le nom de Marie n’est pas mentionné. C’est « pleine de grâce » qui est le nom de Marie sur les lèvres de Dieu. Il est bien difficile de saisir à quel moment de l’histoire ce nom a été introduit. Il est probable que, dès l’instant où l’on a utilisé le salut de l’ange comme prière, l’on a ajouté « Marie ».

Le premier témoignage semble être le graffito « Salut, Marie », écrit en grec sur un mur auprès de la grotte de l’Annonciation à Nazareth et datant du IIIe–IVe siècles. Le nom de Marie se trouve aussi sur deux ostraca égyptiens des VIe–VIIe siècles, chez Ildefonse de Tolède au VIIe siècle et chez Pierre Damien au XIe siècle. En revanche, au VIIIe siècle, Jean Damascène prêche longuement sur l’Annonciation en répétant sans cesse : « Salut, pleine de grâce », mais sans jamais y ajouter « Marie ». De même, l’Hymne acathiste (= à chanter sans s’asseoir), si important dans la liturgie byzantine à partir du VIIIe siècle au moins, qui chante plus de cent cinquante fois « Salut », suivi d’un titre marial – une véritable litanie –, ne dit jamais : « Salut, Marie », ni d’ailleurs : « Salut, pleine de grâce », même si toute la prière est un développement de la salutation de Gabriel. Le nom de Marie apparaît une seule fois dans une antienne d’introduction.
L’usage liturgique précoce

C’est dans la liturgie que l’on décèle les premières formules annonciatrices de la première partie de l’Ave Maria.

En Orient, la Liturgie de saint Jacques des IVe–Ve siècles chante « Salut, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi, tu es bénie parmi les femmes et béni le fruit de ton sein, car tu as engendré le sauveur de nos âmes » (même texte dans la Liturgie de saint Marc).

Les deux ostraca égyptiens sont les humbles témoins de ce qui devait être entendu dans les liturgies. L’un d’eux commence par « Salut, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi » et porte, dans les dernières lignes, « Salut, Marie ». Le second commence par « Salut, Marie, pleine de grâce » et porte au verso « Salut, pleine de grâce, Marie; le Seigneur avec toi; tu es bénie parmi les femmes et béni est le fruit de ton sein, car tu as conçu le Christ, le Fils de Dieu, le rédempteur de nos âmes ».

La fête byzantine de l’Annonciation (aux VIe–VIIe siècles), « qui nous fait sans aucun doute entrer le plus avant dans la grande mariologie byzantine » (L. Bouyer9), contient plusieurs textes qui expriment la foi de l’Église dans le rôle de Marie :

« Salut, toute bénie et remplie de la grâce de Dieu. Béni soit le fruit divin et immortel de vos entrailles, Lui qui par vous accorde au monde entier sa grande pitié.

« Salut, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous; vous enfanterez le Fils qui procède du Père avant les siècles et qui sauvera son peuple de ses offenses.

« Salut, toute pleine de grâce, le Seigneur est avec vous; salut, pure Vierge; salut, épouse non épousée; salut, Mère de vie; béni est le fruit de vos entrailles ! »10

Au VIIIe siècle, Jean Damascène a la formule liturgique : « Salut, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi. Tu es béni entre les femmes et le fruit de tes entrailles est béni. »11 Il ne manque plus que les noms de Marie et de Jésus.

En Occident, la première partie de l’Ave Maria est introduite dans la liturgie latine aux VIe–VIIe siècles, par le pape saint Grégoire le Grand, ou par quelqu’autre personnage moins célèbre. On la trouve en effet au chant d’offertoire du IVe dimanche de l’Avent : Ave Maria, gratia plena : Dominus tecum : benedicta tu in mulieribus, et benedictus fructus ventris tui. Il peut s’agir d’un remploi de l’antienne d’offertoire du mercredi des Quatre-Temps d’hiver, le jour où l’on lisait l’Évangile de l’Annonciation (les Messes des Quatre-Temps sont parmi les plus anciennes de la liturgie romaine). Quelle qu’en soit l’origine, il convient de remarquer que cette antienne ne s’est jamais terminée par « Jésus ».12
La première partie de l’Ave Maria devient une prière usuelle au Moyen-Âge

Malgré son introduction précoce dans la liturgie, l’Ave Maria met du temps à se populariser13. Certes, au VIIe siècle, Ildefonse, évêque de Tolède, récite plusieurs fois l’Ave Maria lors d’une vision, en se mettant à genoux. Mais il s’agit d’un témoignage exceptionnel. En fait, il faut attendre le XIe siècle pour être assuré, avec le témoignage de saint Pierre Damien († 1072), que l’Ave Maria devient une prière populaire en faveur. Il rapporte d’un clerc qu’il récitait chaque jour l’Ave Maria jusqu’à benedicta tu in mulieribus14.

Au XIIe siècle, qui connaît un grand essor de la piété mariale, Amédée de Lausanne, abbé de l’abbaye cistercienne de Hautecombe († vers 1159), est, semble-t-il, le premier à ajouter le nom de « Jésus ». Cette addition est peut-être due à l’intention d’introduire la doxologie finale de l’homélie qui s’achève ainsi : « Je te salue, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi, tu es bénie entre toutes les femmes, et béni le fruit de ton sein, Jésus Christ, qui est par dessus toutes choses le Dieu béni dans les siècles des siècles. »15 À la même époque, un ermite du Hainaut, saint Albert, disait l’Ave Maria en faisant cent fois par jour des génuflexions.

C’est à Paris que la Salutation angélique est prescrite pour la première fois : en 1198, l’évêque exhorte à la récitation de l’Ave Maria avec le Pater et le Credo. Vers 1210, les statuts synodaux de Paris – qui préparent les décisions du grand concile de Latran IV de 1215 – invitent tous les chrétiens à apprendre et à réciter l’Ave Maria.

Désormais, à partir du XIIIe siècle donc, les points de repère se multiplient. En voici quelques exemples. Vers 1230, un chapitre général des Chartreux demande aux prieurs d’apprendre aux novices convers l’Ave Maria, en plus du Pater et du Credo. En 1261, un chartreux du diocèse de Nevers « avait résolu au fond de son cœur d’offrir à la Vierge, le jour comme la nuit, cent fois l’Ave angélique suivi de la béatification du fruit de son sein. »16 C’est dans un bréviaire des Chartreux de la première moitié du XIVe siècle qu’on aura la première apparition de la récitation de l’Ave Maria avant les Heures.

Un compagnon de saint Dominique était mort en tenant en main une cordelette de nœuds qui lui servait à compter ses Ave. Il en récitait des milliers par jour17. En 1266, le chapitre général des Dominicains demande aux frères convers de dire chaque jour l’Ave Maria en nombre égal à celui du Pater dans leur office. Saint Thomas d’Aquin († 1274) compose un court commentaire de l’Ave Maria jusqu’à benedictus fructus ventris tui. Il n’est donc pas étonnant que, dès 1277, les béguines de Gand, dirigées par les Dominicains, récitent chaque jour trois fois cinquante Ave Maria18. Sainte Mechtilde de Magdebourg († 1280), profondément attachée à l’Ordre dominicain, récite chaque jour trois Ave Maria en l’honneur du Père, du Fils et du Saint Esprit. Au même moment, entre 1200 et 1250, dans les pays du nord de l’Europe, certaines cloches portaient des inscriptions comme celle-ci : « Maître Jacques m’a faite. Il m’a donnée à ... pour l’âme de sa chère épouse... Que Dieu bénisse celui qui m’a érigée. Je te salue, Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi. Tu es bénie entre toutes les femmes. »19

Le témoignage de sainte Gertrude d’Helfta (1256–1302/3) est particulièrement intéressant, car on voit comment la dévotion à la Vierge Marie prépare l’usage du Rosaire et inclut déjà la supplication de la seconde partie de l’Ave Maria.

À la fête de l’Annonciation, au cours de la récitation de l’Invitatoire Ave Maria, « Gertrude vit trois ruisseaux impétueux jaillir de leur source du Père, du Fils et du Saint Esprit, et couler dans le cœur de la Vierge-Mère pour remonter avec la même rapidité à leur source divine (...) À chaque Ave Maria récité dévotement par les fidèles, ces trois ruisseaux venaient cerner de toutes parts la bienheureuse Vierge, traverser son cœur très saint et remonter vers leur source première en produisant d’admirables effets (...) Les fidèles, en répétant cette salutation, sentent se renouveler en eux tout le bien qui leur est venu par le mystère de l’Incarnation. »20 Gertrude apprend de Marie à réciter chaque jour de l’octave de l’Annonciation quarante-cinq Ave Maria, « en mémoire des jours que le Seigneur mit à croître dans son sein. » (p. 143)

Déjà, en récitant cette première partie de l’Ave Maria, Gertrude comprend qu’il faut prier pour les souffrants, pour la persévérance des pénitents, pour le pardon des pécheurs (p. 143). À chaque Ave Maria, il fallait ajouter ces mots, tirés de la Lettre aux Hébreux (1, 3) : « Jésus splendeur de la clarté paternelle et figure de sa substance ». (p. 145)

À la fête de l’Assomption, Gertrude, malade, « ne pouvait malgré son désir réciter autant d’Ave Maria que la bienheureuse Vierge avait passé d’années sur la terre. »21 Pour la Nativité de Marie, elle récite autant d’Ave Maria que de jours de la présence de Marie dans le sein de sa Mère22. À Complies, « elle offrit à la bienheureuse Vierge 150 Ave Maria (...) lui demandant de daigner l’assister à l’heure de la mort avec toute sa tendresse maternelle. » (p. 431) Pour une jeune fille défunte, toutes les Sœurs récitent le Psautier en ajoutant après chaque psaume un Ave Maria.23

La récitation de la première partie de l’Ave Maria s’est donc généralisée en Occident à partir du XIe siècle. Au XIVe siècle, plusieurs synodes des pays nordiques prennent la même mesure que le synode parisien de 1210. Il s’agit peut-être de contraindre des récalcitrants; il s’agit plus sûrement d’entériner une pratique bien enracinée. On avait l’habitude d’entendre les prédicateurs la réciter avant le sermon, on la gravait sur les pierres et sur les cloches des églises, surtout celle destinée à sonner le glas, tout particulièrement dans les pays nordiques.24

Sauf exception (on a vu celle d’Amédée de Lausanne), la prière s’arrête à ventris tui. Le nom de Jésus est omis. Selon de vieux documents, c’est le pape Urbain IV (1261–1264) qui a accordé une indulgence pour l’addition du nom de Jésus Christ. Ensuite cette clausule se répandra assez vite, à la fin du XIVe et au XVe siècle.25
La seconde partie de l’Ave Maria : le cri de la supplication

Dom Capelle écrit : « Incoerciblement, vers la toute-puissance suppliante le peuple chrétien pousse son cri lorsqu’il s’adresse à Marie. Il ne saurait se contenter de la louer. C’est lui qui a fait de l’Ave Maria l’appel des pécheurs. »26

Dès le IIIe siècle, le Sub tuum, découvert en grec sur un papyrus, est une prière de supplication à Marie, Mère de Dieu. Au IVe siècle, saint Augustin achève un sermon en priant Marie pour les différentes catégories de chrétiens.27

Dans la liturgie byzantine de l’Annonciation, louange et supplication se mêlent : « Salut, pleine de grâce ! C’est de vous que nous vient le salut, le Christ notre Dieu qui, ayant assumé notre nature, l’a élevée à la hauteur de la sienne. Priez-le de sauver nos âmes. »28 Au VIIIe siècle, saint André de Crète parle de Marie « par laquelle, pécheurs, nous recevons la faveur de la divinité. »29

Dans la Divine Comédie, Dante († 1321) écrit : « …et le fruit de vos entrailles que je prie de nous garder du mal, Jésus-Christ (...) Priez Dieu pour nous de nous pardonner et de nous donner la grâce de vivre de telle sorte ici-bas qu’il nous donne le paradis à notre mort. » Un peu plus tard, un bréviaire cartusien de 1350 porte : Sancta Maria, ora pro nobis peccatoribus, nunc et in hora mortis, Amen30 et, au siècle suivant, saint Bernardin de Sienne, dans un sermon sur la Passion, est le témoin de la formule : « Sainte Marie, priez pour nous pécheurs. »31

Vers la fin du XIVe siècle on récite donc l’Ave Maria dans sa version longue, au moins dans certaines régions de l’Europe.32 Ce sont les bréviaires du XVIe siècle (celui des Trinitaires de 1514, des Franciscains de 1525, des Chartreux de 1562) qui donnent la formule complète encore en usage aujourd’hui. Elle est introduite dans le bréviaire romain révisé, édité par le pape saint Pie V en 1568.

Entre la salutation de l’ange Gabriel et la consécration officielle de l’Ave Maria, il y a donc une longue histoire de plus de 1500 ans. C’est le lent développement de la prière mariale que nous exprimons lorsque, à longueur de vie, nous égrenons nos « Je vous salue, Marie ». Un mot de saint Grégoire de Nysse (IVe siècle) peut servir de conclusion. Dans une homélie de Noël, il définit la salutation de l’ange comme « les paroles de la mystagogie », c’est-à-dire de l’initiation au mystère de Dieu.33 C’est dire combien la prière de l’Ave Maria n’est pas simplement un acte de piété mais un acte de foi dans le mystère de Dieu avec les hommes, inauguré au jour de l’Annonciation.

Évangile selon saint Luc, Gabalda, 1948, p. 29.
S.C., no 424, p. 151.
Démonstration évangélique VII, 1; P.G. 22, 517.
S.C., no 121, p. 102.
Traité sur l’Évangile de saint Luc 2, 8 – S.C., no 45, p. 75.
Cf. E. Mercenier, La prière des Églises de rite byzantin, II/1, 1953, p. 344, 348, 364.
E. Amman, Le protévangile de Jacques, 1910, p. 222, note.
Dictionnaire de Spiritualité, A. Duval, art. « Rosaire », t. 13, 940.
La Maison-Dieu, no 38, 1954, p. 90.
E. Mercenier, op. cit., II/1, p. 344–348.
P.G. 96, 650.
Sur ces questions : H. Leclercq, D.A.C.L., art. « Marie (Je vous salue) », t. X/2, col. 2050 et Dom Capelle, Maria I, p. 237.
Cf. Dom Capelle, Maria I, 238.
D.A.C.L., art. cité, 2052 et J.A. Jungmann, Histoire de la prière chrétienne : évolution et permanence, trad. fr. Fayard, 1972, p. 105.
Homélie 3 – col « Pain de Cîteaux », série 3/2, p. 174.
Maria II, 635.
Maria II, 747 s.
Maria II, 758.
Maria IV, 438, n. 84.
Le Héraut de l’amour divin, IV, 12 – S.C. 255, p. 137.
IV, 48, p. 357.
IV, 51, p. 419.
V, 3, S.C. 331, p. 69.
Cf. Maria IV, 415.
Cf. F.-M. William, L’histoire du Rosaire, 28.
Maria I, 238.
Cf. antienne à l’office marial du samedi; Sermo 194, P.L. 39, 2104.
E. Mercenier, op. cit., p. 353.
P.G. 97, 1108.
Maria II, 635 s.
D.A.C.L., art. cit., col. 2059.
Maria IV, 415.
P.G. 46, 1140.

Revenir en haut Aller en bas
http://le-seuil.forumzen.com
Lancelot de Fohet
modérateurs
modérateurs
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2156
Age : 62
Localisation : L'Auvergne, Coeur du Massif Central.
Date d'inscription : 03/03/2009

MessageSujet: Et pour finir.   Ven 17 Aoû - 11:50

Je te salue Marie comblée de Grâce,
Le Seigneur est avec Toi.
Tu es bénie entre toutes les Femmes
Et Jésus ton Fils est glorifié...

Voici ce qui pour Nous, Chevalier de Notre Dame en ces jours récitons par 4 fois.
4 versets récités 4 Fois...
chiffre de la Matière chiffre de l'incarnation, que Notre Dame incarnée par Marie incarnant la Mère Universelle incarne comme la Femme génératrice de la Vie, permettant aux âmes l'incarnation dans un corps de Chair et d'Os pour expérimenter la Vie incarnée justement.

Mais bien plus aussi la Mission dans le Ciel de Notre Dame Mère Universelle Parèrdre du Père, voire son coté Féminin, engendrant les âmes, nos âmes et celles de toute Vie.

Par elle nos âmes sont engendrées et ainsi l'Esprit Divin insufflé par le Père peut descendre en incarnation en la Matière afin de la glorifier c'est à dire la transmuter lui permettre l'Ascension à savoir l'infusion totale et intégrale de l'Esprit en cette matière spiritualisé afin de redevenir Un avec son Créateur.
bon à bientôt..

Revenir en haut Aller en bas
http://le-seuil.forumzen.com
aigle d'or
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7765
Age : 51
Localisation : Terra
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: Prière à la Mère divine   Ven 17 Aoû - 21:31

Merci à tous

Je connaissais l'histoire d'Isis et il y a plusieurs légende sur ce même passage qu'Horus aurait coupé la tête de sa mère.
Par contre c'est la première fois que j’entends qu'on lui aurait mis la tête d'une vache Hator.
Moi qui aime l'ancienne Egypte c'est un régal d'entendre ces légendes.
Après comment discerner le vrai du faux c'est aller dans les docs Akashiques.
Ou retrouver nos mémoires ...
Merci Lancelot pour ces belles prières.
Pour lourdes et la grotte j'y suis allé souvent j'ai aussi eu une "expérience mystique qu'il me semble avoir raconté dans le forum mais où.
En faisant de la spéléo nous nous sommes égaré et nous sommes sorti ou des pèlerins faisaient le chemin du clavaire j'étais pas à l'aise avec tout notre barda.
Petite anecdote.
Pour revenir à la Mère divine
Une chose est sur que ce soit Marie ou la Mère Divine et pour moi Marie-Madeleine elles ont toutes une place particulière dans nos coeurs.

Gros bisous à tous


Revenir en haut Aller en bas
Lancelot de Fohet
modérateurs
modérateurs
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2156
Age : 62
Localisation : L'Auvergne, Coeur du Massif Central.
Date d'inscription : 03/03/2009

MessageSujet: oui je vois ou c'est   Ven 17 Aoû - 21:41

sur la butte qui fait calvaire juste derrière la basilique..

l'essentiel est de se relier au coeur des êtres spirituels que représentent Jésus et Marie..

La dévotion au Cœur immaculé de Marie est fondée sur la théologie mariale de saint Bernard, les révélations privées à sainte Gertrude et à sainte Mechtilde, les visions de sainte Marguerite-Marie Alacoque au XVII° siècle, et elle fut largement répandue par saint Jean Eudes. Au XIX° siècle, l'ordre des Augustins puis le diocèse de Rome en célèbrent la fête. Et finalement, la fête entre dans le calendrier liturgique universel.



Revenir en haut Aller en bas
http://le-seuil.forumzen.com
aigle d'or
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7765
Age : 51
Localisation : Terra
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: Prière à la Mère divine   Ven 17 Aoû - 22:02

Kikou Lancelot

C'est possible que ce soit là je devais avoir dans les quatorze ans.
Un peu beaucoup casse coup à l'époque.
Y avait des grottes aux trois croix où j'ai eu plus que chaud et le copain qui était dessous encore plus.
Je me souviens d'avoir rattrapé la corde en plein vol dans le noir la lampe entre les dents pas la peine de raconter toutes les conn.... que j'ai faites.
En plus le copain dessous qui n'a pas eu le temps de bouger.
Avec du recul on était plus que bien protégé.
Heureusement mes parents ne le savaient pas.
Quand à l'histoire catholique à part les vies passées et dont j'ai fait des recherches ainsi que l'histoire des guides que je connais heu!
hihi
Je viens d'effacer une phrase qui parlait de toi et me suis dit ça t'appartient en tout cas ça t'a valut de bien connaitre l'histoire du catholicisme.

Bisous à tous
Revenir en haut Aller en bas
aigle d'or
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7765
Age : 51
Localisation : Terra
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: Prière à la Mère divine   Sam 18 Aoû - 11:42

Kikou à tous

Je vous met un lien que j'appelle synchro en lisant le dernier message de ce lien vous comprendrai.
Quel signe est à voir hier j'avais envie de me connecter avec le coeur mais vu le bruit d'une paillote j'ai loupé ma médit.

je vous laisse voir

bisous à tous

http://coeurdechristal.forum-actif.net/t1747-dimanche-10-janvier-benediction-de-mere-divine#59112
Revenir en haut Aller en bas
septimus
modérateurs
modérateurs
avatar

Masculin
Nombre de messages : 885
Age : 70
Localisation : Univers
Date d'inscription : 11/01/2012

MessageSujet: Re: Prière à la Mère divine   Sam 18 Aoû - 11:52

Ghislaine a écrit:

Citation :
Je pense que finalement tant qu'on est dans la 3 D on ne sait pas. Cela ne me déçois pas parce que malgré tout je cherche des réponses mais je me rends compte que ce sera toujours mes réponses à moi et qu'elles ne sont ni pires ni meilleures que les autres.

Tu y est plus souvent que tu ne le crois dans la 5D et QUAND TU Y EST, TU AS LES REPONSES A TES QUESTIONS!... Sois vigilante et laisse parler ton COEUR...

Je t'embrasse.

Revenir en haut Aller en bas
septimus
modérateurs
modérateurs
avatar

Masculin
Nombre de messages : 885
Age : 70
Localisation : Univers
Date d'inscription : 11/01/2012

MessageSujet: Re: Prière à la Mère divine   Ven 20 Mar - 19:27


[img][/img]

Je vous offre une prière de notre Mère divine:






Je suis Marie la douce, Marie la pure, je viens à vous aujourd’hui vous donner ceci :


En ces jours de grands changements, vous tous ressentez la présence difficile de vos anges gardiens ou de nous-mêmes. Nous ne sommes pas absents, mais nous ne descendons pas à votre niveau de conscience de la même façon que d’habitude.
Nous vous avons toujours demandé, de nous sentir en vous et non pas à l’extérieur de vous, c’est ce que nous vous forçons à faire aujourd’hui ; Nous sommes là, mais il vous est plus difficile de nous atteindre en ce moment, nous venons en vous pour vous ouvrir davantage, pour vous faire prendre conscience de l’importance de prier, d’ouvrir vos cœurs et vos esprits. Ils doivent ne faire qu’un.


Et voilà, ce qu’il faut répéter pendant vingt-deux jours une seule fois au matin :


Dans mon cœur rayonne une énergie d’amour
Dans mon cœur se trouve la clé de demain
Celle qui m’ouvrira la voie vers le père, vers l’attendu
Mon esprit s’éveil à de nouveau monde, à de nouvelles énergies
Mon cœur et mon esprit sont ma conscience divine,
Mon essence
Mon Moi infini retrouve la lumière
Et la lumière est sur la vérité de mon cœur allié à mon esprit
Ma toute puissante lumière rayonne en moi et tournoie de milles feux
Ma conscience du cœur est unifiée.


Récitez cette prière et méditez la.
Votre élévation se fera par ce biais aussi.
Cette prière permet d’ouvrir son cœur à son esprit et inversement. Vous vous comprendrez mieux car vous vous accepterez mieux.
Et n’oubliez nullement que l’amour est là, même si l’on ne le voit pas.
Je suis Marie la douce, Marie la pure et vous remercie.
Soyez lumière !


Marie





Dernière édition par septimus le Sam 21 Mar - 10:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Christal2012

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1245
Age : 60
Localisation : Paris
Humeur : Ici et Maintenant
Date d'inscription : 30/05/2012

MessageSujet: Re: Prière à la Mère divine   Ven 20 Mar - 22:21

Septimus
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prière à la Mère divine   

Revenir en haut Aller en bas
 
Prière à la Mère divine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Prière à la Mère divine
» Prière à la Divine Volonté !
» Marie Mère Divine
» Prière d'une Mère pour ses Enfants à Sainte Anne
» Prière à la Trinité !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coeur de Christal :: Prières du coeur-
Sauter vers: