Coeur de Christal

forum d'entraides et d'échanges
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'AVENTURE INITIATIQUE DU LION ET DU VERSEAU

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
septimus
modérateurs
modérateurs


Masculin
Nombre de messages : 867
Age : 69
Localisation : Univers
Date d'inscription : 11/01/2012

MessageSujet: L'AVENTURE INITIATIQUE DU LION ET DU VERSEAU   Mar 3 Mar - 20:00



C'est un peu long, mais intéressant (vous saurez me le dire)! Prenez le temps de le lire! Merci






L’AVENTURE INITIATIQUE DU LION ET DU VERSEAU





Cela faisait un bon moment que je marchais dans cette forêt que j’observais, sans cesser de me poser des tas de questions

« Que suis-je venue faire ? » « Quel est ma place ? » « Quel rôle ai-je à tenir ? » « Quel est le but de ma vie ? »

Perdue dans les méandres mentaux qui ressemblaient à un labyrinthe sans fin, j’arrivai à un nouveau carrefour. Fatiguée, et ne sachant plus quelle direction prendre, je m’assis au pied d’un arbre, face à la mer, et laissai le film de ma vie se dérouler sur mon écran mental,

La petite fille que j’avais été, s’était, au fil du temps et des obstacles, transformée en guerrière. Certes, j’avais réussi à les surmonter mais à quel prix ! Comme bon nombre, j’avais eu ma part de souffrances, de douleurs mais était-ce la bonne voie ? Pourquoi les moments de bonheur et de joie s’envolaient-ils si vite ? Pourquoi était-ce si difficile de sentir pleinement la joie en moi alors que je n’aspirais qu’à cela ? La violence m’était devenue insupportable. Mes doutes m’exaspéraient considérablement. Certes, j’avais voulu des preuves et j’avais eu l’épreuve !

« Je ne peux pas croire que la Vie est cela ! Je ne veux plus continuer, venez me chercher»

A peine avais-je terminé de prononcer cette phrase que je m’assoupis

« Cesses de regarder derrière toi et respectes la Loi ! »

Je me réveillai en sursaut. Qui me parle ? Avais-je rêvé ? Non, j’en étais certaine ; la force et la puissance de cette voix résonnait encore en moi. On va me prendre pour une folle si je raconte ce que je viens d’entendre ! Je venais de faire connaissance avec ma voix intérieure.

Dans le silence revenu, je me questionnai

« Respectes la Loi » …  Mais qu’avais-je donc pu faire ?  Ai-je mal agi ? Je n’ai ni volé, ni tué, alors quoi ?  De quelle Loi s’agit-il ?

Je sentais un brin de colère monter. Je me sentais punie, accusée, jugée, c’en était trop, la coupe était pleine ! Mais pas question de laisser encore la colère décider. Une évidence fit jour. Je dus bien reconnaitre que mes actions n’avaient pas toujours été justes, tantôt pour faire plaisir par besoin de me sentir aimée, reconnue, tantôt par autoritarisme pour justifier ma place. Et l’Amour tant tout ça ? M’étais-je réellement aimée ? Je dus bien m’avouer que j’avais porté bien des masques et si je savais m’adapter, je ne savais toujours pas qui j’étais.  Etait-ce cela la Loi ?

Le temps n’existait plus. Le soleil était déjà haut dans le ciel. Je levai mes yeux vers lui lorsque j’entendis

« Je m’affirme ; Je cesse de laisser mon pouvoir entre les mains des autres et d’être la victime ; Je redeviens l’Etre Suprême ; Je m’exprime en toute liberté en étant toujours à l’écoute de mes réels besoins ; Je ne garde plus rien à l’intérieur et je n’ai plus peur de la réaction de l’autre ; Je retrouve ainsi toute l’essence de ma Lumière »

Ces paroles étaient bien faites pour moi ! C’est vrai que j’avais renié mon pouvoir d’affirmation, que j’avais laissé entre les mains des autres et étais devenue ma propre victime. Redevenir l’Etre suprême ? Comment ?

Puis encore,



« Par le travail que je fais pour l’élévation de mon être, je reconnais la présence du beau, du vrai et du bien en moi et en chacun. Je reconnais la Présence de cette Lumière qui éclaire mes pensées, purifie mes émotions et me garde en santé. Je reconnais mon pouvoir de la rayonner autour de moi en invitant chacun à faire grandir et à révéler sa propre Lumière. Ensemble, nous sommes la Lumière du monde et participons à implanter l’Amour sur terre »



Les yeux clos, je me mis à répéter ces affirmations intérieurement, en les diffusant dans toutes les parties de mon corps. J’étais à savourer leurs effets de calme et de sérénité jusque dans mes cellules, lorsque j’entendis



« Aurais-tu besoin d’aide ? »



Deux Etres étaient postés devant moi.



L’un était un magnifique Lion. Dans les rayons du soleil, sa crinière ressemblait à de l’or comme ses yeux, qui brillaient de mille feux.  Il me regardait fixement. Et malgré les crocs que je devinais puissants dans sa gueule, j’avais le sentiment qu’il m’offrait un sourire.



« Comme tu peux le voir, Je Suis le Lion et voici mon complice, le Verseau »



Un Homme se tenait à ses côtés, portant une amphore. Mon regard naviguait de l’un à l’autre.  Leur musculature m’impressionnait. Il dégageait d’eux une grande force. J’avais l’impression d’être minuscule à leurs côtés.



« Je Suis le Porteur de la Connaissance, et toi ? Qui Es-Tu ? »



« Je m’appelle … » mais avant même de lui délivrer mon identité, le Lion répéta une fois encore



« Qui Es-Tu ? »



« Qui suis-je ? En vérité, c’est une question que je me pose depuis bien longtemps, depuis que je suis toute petite », lui répondis-je timidement



« Et donc tu cherches encore ? »



« Pas comme tu pourrais l’imaginer, osais-je lui répondre. Je voudrais retrouver mon chemin, savoir d’où je viens, où je vais. Tu m’as demandé qui je suis et j’aimerais pouvoir répondre à ta question sans hésitation. Mais je ne sais pas comment faire. »



Le Lion jeta un coup d’œil complice à son ami Verseau.



« Comment faire pour savoir qui je suis ! Parce que tu crois qu’il existe une recette miracle ?? Moi, reprit le Lion, je ne te parlerai pas de Faire mais d’Etre !»



Ce fut le point de départ d’une longue conversation. Assis tel le Sphinx, il dessina à mes pieds la roue du zodiaque.



« Au départ, il y a l’eau et le feu, commença-t-il. Le feu est l’esprit ; il est la source de toute création. Et le feu correspond au monde des idées, au mental. C’est lui qui symbolise le dynamisme, la vitalité, le mouvement, les passions mais aussi les colères. Si le feu peut détruire, et tout brûler, il peut aussi réchauffer, éclairer, illuminer et surtout purifier. Tout ce qui n’a plus lieu d’être, tout ce qui sclérose, qui enferme, qui étouffe la progression, l’évolution, l’élévation, doit être éliminé, d’une façon ou d’une autre. Le but est de revenir à l’Essentiel, que tu retrouves l’Essence de ton être

Et, l’étincelle de Vie est feu ! C’est cette énergie qui te donne l’impulsion à Etre, à oser, à avoir de nouvelles idées, à créer. Nous sommes 3 amis à être reliés à cet élément : le 1er est le Bélier, et pour avoir des nouvelles idées et la volonté de les créer, il est le champion ! Quant au 3ème, c’est le Sagittaire. »



« Quel rôle a-t-il ? »



« C’est un peu ton explorateur, ton philosophe. Il t’aide à explorer de nouveaux chemins, voire mieux, à retrouver ton chemin, c’est ton guide en quelque sorte »



« Parce que je suis perdue ? »



« Perdue ? Ce n’est pas le terme que j’utiliserais. Je dirais plutôt égarée»



« Quelle différence fais-tu ? »



« Si tu te crois perdue, tu peux croire que tu ne peux pas être sauvée, comme si tu étais condamnée. Or, c’est l’énergie du Sagittaire qui agit lorsque tu sais prendre un autre chemin quand tu sens que tu en as assez de l’ancien ; voilà pour quoi je te dis égarée ; tu te diriges mais sans toujours savoir, consciemment, où tu vas »



« Est-ce parce que je n’avais pas envie de reproduire le schéma familial, que j’avais envie d’en sortir ? C’était ça le chemin ?  »



« Excellente question ! Mais pour autant, tu ignorais qui tu étais. Reprenons depuis le début si tu le veux bien avant d’aborder certains principes. La 1ère question que je t’ai posée était de savoir qui tu étais et d’emblée, tu étais prête à me dévoiler ton identité ? »



« En effet, et alors ? »



« C’est la question que pose le Lion, celle de l’identité »



« C’est bien pour ça que je voulais te répondre par mon identité civile ! »



« Mais selon toi, est-ce bien celle-là que je voulais entendre, me répondit le Lion avec ce sourire un peu narquois, le sourire que tiennent certaines gens quand ils connaissent la réponse et cette façon de me poser cette question m’agaçait un peu … Que voulait-il entendre en fin de compte ?



Observant mon silence, il me questionna

« Connais-tu ton histoire ? »



« Qui d’autre que moi pourrait mieux la connaître puisque c’est moi qui la vit !!! »



« Je ne te parle pas seulement de celle que tu vis actuellement, je te parle de toute ton histoire, de celle de tes racines, du clan dont tu es issue puisque le signe du Cancer, mon voisin, est le signe de la famille, de tes ancêtres et de leur histoire, du clan dont tu fais désormais partie. C’est aussi le signe de la maison dans laquelle tu es née, de l’endroit où tu as grandi, de l’éducation que tu as reçue.



Je restai muette et devant mon air hébété, il ajouta

« J’en conclus que tu ne te connais pas puisque tu ne sais pas d’où tu viens »



« Disons que je connais mon arbre généalogique puisque c’est moi qui l’ait construit mais je ne connais pas toute l’histoire familiale»



« J’entends dans tes propos que tu avais donc besoin de savoir qui étaient tes ascendants. Veux-tu en parler ? »



« J’ai commencé mon enquête, comme je l’appelle, il y a 32 ans, peut-être parce que je venais d’être mère. Les éléments que je possédais alors étaient très minces. Je savais seulement que mon père était né à l’étranger, ses parents étaient cousins germains. Il a rencontré ma mère pendant la guerre alors qu’il était militaire. Elle était couturière. Il hurlait si fort dans la rue où elle habitait avec ses parents, qu’elle est sortie et a été « éblouie » par cet homme qui portait si bien l’uniforme. C’est vrai qu’il était très séduisant ! Bref, ils sont tombés amoureux, et ce sont mariés un an après cette rencontre ; sans aucun doute par obligation, puisque ma mère était enceinte. Mais est-ce si important de connaitre l’histoire familiale ?



« Et comment crois-tu qu’un arbre puisse grandir comme il doit grandir s’il n’a pas de racines, s’il ignore ce qu’il possède déjà en lui ? Dis-moi comment il fait ! »



« Mais qu’est ce qui peut l’empêcher de pousser s’il arrive à construire ses propres racines ?  Il y a des tas de gens qui ne connaissent pas leurs ancêtres et ça ne les empêche pas de vivre ! Moi, j’ai fait cela parce que j’avais des manques, j’ai voulu comprendre le sens de ce que je vivais et trouver au moins une réponse à la question que je me posais depuis toute petite, « qu’est-ce que je suis venue faire sur cette terre ? », mais tout le monde n’est pas obligé de faire la même chose.»



« Certes ! Mais si tu restes dans l’ignorance, sur quelle terre crois-tu que tu vas grandir ?  

Lorsque tu as commencé tes recherches, sans le savoir, tu as écouté ce que le Lion te murmurait à l’oreille. Pour te connaitre, tu as eu besoin de passer par l’histoire de tes ascendants. Cette pulsion d’avancer vers cette connaissance répond à l’inspiration que tu as ressentie et tu as eu raison de la suivre. Il est vrai qu’il n’y a pas d’obligation à revisiter son histoire mais lorsque l’inspiration se présente, il est essentiel de l’écouter.

L’arbre, c’est toi et tu es le maillon d’une grande chaine. Cette chaine est celle de tous tes ancêtres, lesquels, chacun à leur tour, ont vécu des expériences, familiales, sociales, affectives, culturelles, religieuses, ou spirituelles. Tout comme toi, ils ont connu des moments de joie, et de tristesse ; ils ont aimé, sans doute aussi détesté voire peut-être même haï ; ils ont aussi connu la maladie, la guerre. Et je doute fort que la majorité d’entre eux se soit posé les justes questions quant à savoir pour quelles raisons tel ou tel événement revenait de façon récurrente dans leur vie, quant à chercher la cause d’une quelconque tristesse, ou encore la raison d’une mésentente familiale. Tout cela est resté, sur le plan énergétique, comme un bagage qui s’est, au fil des générations, alourdit.  Et tant que tu ne connais pas tes racines, tu ne te connais pas toi-même.  »



« Je ne peux pas te contredire ! »



« Je connais l’éducation que tu as reçue, celle qui t’a toujours fait croire que tu étais coupable, avec sa rigueur, ses dogmes, qui t’a poussée ostensiblement au perfectionnisme. Tu sais de quoi tu as été capable dans cette quête et jusqu’où cela t’a menée »



« Oui, ne te donnes pas la peine de me rafraichir la mémoire »



« Aurais-tu honte de ce que tu as fait, de qui tu as été jusqu’à maintenant?  Alors qu’as-tu appris en jouant, comme tu le dis, l’inspectrice? »



« En faisant mes recherches, j’ai fait les liens avec les dates de conceptions, de naissances, de mariages ou de décès. Par exemple, j’ai découvert que j’étais née sur la date, présumée, de conception de ma grand-mère paternelle et sur la date de naissance de sa mère, donc mon arrière-grand-mère, d’origine espagnole.  C’est ainsi que j’ai découvert mes racines étrangères. Pourquoi ont-ils quitté leur pays d’origine pour vivre dans un autre pays, je l’ignore, et je dois ajouter les ascendants alsaciens qui ont connu 2 nationalités pendant les guerres. J’ai fini par comprendre pour quoi je cherchais toujours à prouver que j’étais capable, le besoin de reconnaissance agissait en moi. Qui plus est lorsque j’ai découvert que l’un de mes ancêtres était un enfant naturel né hors mariage en 1815 et de père inconnu. »



« D’où ta quête d’identité ! »



« Pratiquement toutes les femmes du côté maternel étaient, soit mères avant d’être épouses comme ma grand-mère qui s’est mariée en plein milieu de la 1ère guerre mondiale alors que sa 1ère fille, ma tante, avait 4 ans, ou qu’elles devaient se marier parce qu’elles allaient devenir mères, comme la mienne. »



« Que t’a dit ton intuition lorsque tu en as eu connaissance ? »



« Que ma tante était une enfant naturelle mais je n’ai pas de preuves. Comme par hasard, mon grand-père maternel est le descendant de l’enfant naturel né en 1815 … il y avait répétition dans le fond, comme si l’homme se trouvait à un moment donné devant une histoire à réparer. En somme, mon grand-père en reconnaissant cet enfant au moment du mariage réparait la non reconnaissance de son ancêtre. Mon intuition me dit aussi, en regardant certaines dates de naissances et de mariages de la lignée ou les prénoms, que certaines relations ont une couleur incestueuse.

Par exemple, le frère ainé de ma grand-mère s’appelait Joseph et il était né un 4 avril. Comme « par hasard », ma grand-mère se marie avec « un » Joseph né un 3 avril.

Un autre exemple, l’enfant né en 1815 porte le même prénom d’un des frères de sa mère

Vue la carte astrologique du jour de ma naissance, le Scorpion occupe la maison qui représente la famille, ce qui me fait dire que je ne dois pas être loin de la vérité.

Par ailleurs, je ne crois pas qu’il y avait, dans la lignée des femmes, une volonté à procréer. La grossesse a obligé le mariage. D’où le sentiment de rejet pour l’enfant qui se prépare à naître. C’est sans doute pour cela qu’intuitivement, je pense que la femme se considérait ou se croyait être un objet de désir sexuel, bien souvent assouvi violemment. D’où la violence dont j’ai pu être témoin dans mon milieu familial, sans parler du refus de toute notion de plaisir, et pas uniquement sexuel. Pas de joie, pas de rires, pas de vacances, que du travail. Cela prenait certainement racines du fait des guerres ; les hommes partis, ces femmes se sont mises à croire qu’elles ne pouvaient pas compter sur eux».



« Quels comportements ont eu ces femmes dont tu parles ? »



« Elles ont été beaucoup plus mères qu’épouses ou femmes ; autoritaires, rigides, masculines, elles étaient aux commandes de leur maisonnée, de l’éducation des enfants, qu’elles dirigeaient sans laisser une quelconque place à l’homme, au père.  J’ai eu le sentiment que ces femmes se vengeaient, d’une certaine façon, de l’homme qui les avait fait devenir mères alors que ce n’était pas leur intention au départ.

Si je me remets dans le contexte de l’époque, c’est vrai que l’homme travaillait à l’extérieur pour nourrir sa famille. Tout ce qui se passait à l’intérieur de la famille était du ressort de la femme. Rien d’étonnant à ce qu’elles deviennent des castratrices. Avec une telle croyance, et de tels comportements, l’homme va chercher l’amour et la féminité ailleurs. D’où la trahison, l’abandon, le rejet et toutes formes de violence ; le cercle pouvait continuer à tourner longtemps ! Je leur ai ressemblé pendant un temps … »



« Mais tu as rompu avec la continuité des mariages obligés par les grossesses »



« Heureusement d’ailleurs ! Il n’empêche que j’ai quand même entendu des insultes parce que je prenais la pilule. C’était sans doute les paroles qu’avaient pu entendre ma grand-mère en 1912 ou les autres femmes de la lignée. Etre une fille-mère en 1912 n’a sûrement pas été vue d’un bon œil. Les ragots ont dû aller bon train dans le village alsacien !

De plus, je suis la 1ère fille née après 4 garçons, celle qu’on attendait depuis tellement de temps ! Mais être la 1ère ou le 1er est difficile. Ma mère a mis un certain temps avant de m’inscrire à l’école, tellement elle voulait me garder pour elle toute seule ! Ce qui a eu pour résultat d’aggraver la dépendance, la surprotection et a fortiori les peurs.  Dans de telles conditions, comment ne pas développer la peur de l’extérieur, des autres!

Et quand tu entends régulièrement que tu n’as aucune idée, que tu ne sais rien, que ton travail n’est jamais bien, que tu n’as pas de droits mais des devoirs, que ta parole n’est jamais écoutée, voire reniée, et je t’en passe, développer la confiance en soi relève du défi !   »



« J’entends bien que ta famille ne t’a pas apporté que du bon ; pour autant, tu as construit ton identité sur cette histoire familiale. Tu as donc compris les conséquences et le sens du mot « identité »

Si tu n’avais pas réalisé ce travail, tu aurais continué à reproduire inconsciemment les schémas puisque tout ce qui n’est pas exprimé s’imprime. Tant que tu restes dans l’ignorance de ce à quoi tu réponds inconsciemment, tu reproduis, comme une machine, tu continues à répondre aux injonctions de ton clan, et que tu le veuilles ou non, tu leur obéis. »



« C’est la même chose pour l’émotion, si je ne me permets pas de l’exprimer, je m’étouffes et à la moindre occasion, elle ressurgit et tant que je refuse de l’écouter, elle reste présente dans ma chair, dans mon corps. Je sais de quelle façon elle peut se transformer. »



« Et comment ? »



« En colère, en dépendance, en tristesse, en mélancolie, en dépression, jusqu’à l’épuisement ; je me suis même asphyxiée ! En réalité, de belles énergies mortifères ! Heureusement que je suis née coiffée, avec la poche d’eau collée sur le somment de la tête ! Il paraît que ça porte chance ! »



« Cette coiffe t’a protégée dans tes pérégrinations émotionnelles. Même si tu as failli te noyer à 9 ans, une main t’a aidée.  Et si tu la considérais comme une couronne, un pouvoir qui t’aurait été donné pour réaliser tout le travail que tu avais choisi ? Tu comprendrais alors le sens de ce que tu as réussi à transformer sur le plan émotionnel. Tu sais maintenant que si tu te permets d’exprimer ton émotion, tu reconnais son existence, tu lui permets de sortir de toi.

Et en la reconnaissant, tu peux savoir ce qu’elle attend de toi et du coup, tu reconnais ton besoin et tu y réponds avec ce que tu as en toi. Tu as le choix : ou tu la gardes, et l’histoire va se poursuivre ou tu en écris une autre. C’est ce que tu as fait  et que tu continues de faire parce que tu as eu ce désir de changer.»



« Donc, si je t’entends bien, pour toi le Lion, il est nécessaire de rompre avec les liens d’avec le clan ? »



« Non, ce n’est pas tout à fait cela. L’important est de prendre conscience, alors tu sauras qui tu es, quelles sont tes forces, tes qualités, tes potentiels. Tu es à la fois unique et multiple car tu ne peux omettre ce que t’a donné ton clan, en qualités comme en faiblesses. T’ai-je suffisamment éclairé ? »



« Pas tout à fait ! Donc, si je te comprends bien, tout dépend du clan dans lequel on naît ? Si ma famille est ouverte et consciente, j’aurai donc plus de chances de vivre une vie sereine ? »



« Rien n’est sûr ! répondit le Lion, car au bout du compte, tout dépend de toi. Ce sont comme des outils qu’on confie à un artisan, quel que soit l’état et le nombre d’outils, l’œuvre que l’artisan créera avec, dépendra avant tout de lui.

Toutes tes expériences t’ont permis de devenir celle que tu es aujourd’hui ! Il n’y a ni regrets, ni remords à avoir ! Et grâce à elles, et elles sont nombreuses, tu as su entendre une autre voix! Et tu peux être sûre que tu as écouté ce que le Sagittaire t’envoyait comme messages ! Reconnais que cette voix t’a poussée à te libérer.»



« J’ai parfois le sentiment d’avoir perdu beaucoup de temps »



« Qu’est-ce que le temps ? Une invention de l’homme pour ses repères, ses sécurités. Sur un Plan supérieur, tes mois, tes années ne sont que tes secondes … Ne laisses-tu pas le temps à tes gâteaux pour leur cuisson ? Ne laisses-tu pas le temps à tes graines de germer ? C’est la même chose pour toi. Alors avant de guider les autres, il t’était nécessaire de réviser tes leçons ! »



« Guider les autres ? Qu’est-ce que tu me racontes ? »



« C’est le Sagittaire qui te le dit. Tu vois désormais de quelle façon tu t’es ré-orientée, grâce à Lui. Tu as commencé, il y a quelques années maintenant, par reprendre conscience de ton corps »



« Oh que oui ! Si nous nous étions rencontrés à cette époque-là, je t’aurai dit que j’avais une tête et des jambes ; ce qu’il y avait entre les 2 n’existait pas pour moi »



« Remplir ta tête pour avancer mais pas question de parler d’émotions. Pourtant, elles étaient là et tu t’en étais coupée. Alors, tu as fait un travail de guérison sur tes blessures d’enfance et tu as poursuivi ta quête »



« C’est vrai, et c’était même presque facile. Maintenant que tu me rafraichis ma mémoire, je me souviens que je cherchais toujours à savoir qui j’étais, de quoi j’étais faite et que je cherchais à faire des ponts entre mes expériences et l’astrologie par exemple. Mais il y avait quelque chose qui manquait à ma palette »



« Que veux-tu dire ? »



« Quelqu’un m’a dit un jour que j’étais bien équipée pour étudier le karma. J’ai donc réalisé un travail sur le signe de la Balance et sur Saturne. Ce que j’avais entendu dire sur ce sujet jusqu’alors était plutôt négatif. Pour te donner un exemple, si j’avais des problèmes relationnels avec quelqu’un, cela voulait dire que je lui avais fait du mal dans une autre vie et que je le payais aujourd’hui. Mais ça n’allait pas plus loin, si ce n’est que renforcer ma culpabilité

J’ai donc appris que mon âme est une énergie, qui, à un moment donné, est attirée vers le monde terrestre pour continuer à se développer. Et pour ce faire, elle a choisi, non seulement son milieu, mais aussi certaines expériences. Si je garde l’exemple cité, dans cette vie, j’ai l’opportunité de prendre conscience, via la difficulté, de ma façon d’être vis-à-vis de l’autre et d’œuvrer au rééquilibre et cela, grâce à Saturne. C’est le fondement de la difficulté qui est essentiel, trouver le sens, la cause première, quelle que soit la forme sous laquelle elle se présente. Toutes les expériences de vie ont pour but de permettre à cette énergie, donc à nos âmes, de se déployer, de se développer au nom de l’énergie d’Amour, parce qu’en fait, c’était d’Amour dont j’avais toujours eu besoin et que je souhaitais voir autour de moi ».



« Ce sont aussi ces énergies qui t’ont permis de réaliser ce travail sur ton clan. Tu peux constater le bénéfice incommensurable de la Loi du Karma, tu sais que tu as aussi tes propres bagages à porter»



« Et par cette recherche, j’ai alors, je dirais même enfin, pris conscience que j’étais une âme incarnée, un être spirituel »



« Donc, tu sais que c’est toi qui as choisi ton clan parce que tu savais qu’il était le plus approprié pour poursuivre ton évolution. Mais dans la descente vers l’incarnation, tu as oublié d’où tu venais. Et voilà pourquoi tu refais le chemin en sens inverse : retrouver Ta Source. Il ne s’agit point d’incriminer tel ou telle au regard des obstacles que tu as à dépasser. Tu as peut-être aussi fait le choix de réaliser ce travail de conscience pour stopper certaines transmissions et évoluer vers ton autonomie, et gagner ta liberté. Le Verseau t’en parlera beaucoup mieux que moi, j’en suis sûr ! Le 1er modèle, la 1ère forme du monde relationnel donné à l’enfant est celui de sa famille »



Le Lion poursuivit



« J’habite la maison qui symbolise la maison de l’âme, c’est à la fois la maison des créations artistiques, des enfants, de l’éducation, de l’enseignement, de la créativité intellectuelle donc du travail. Dans cette maison, on aime le mouvement, la liberté qui permet de s’adapter à toutes sortes de situations, le jeu et tu l’auras bien compris, la créativité.

C’est la maison du cœur, parce que toute création vient du cœur !  Voilà pourquoi un enfant ou toute autre création doit naître de l’amour !

Tu comprends maintenant pour quelles raisons je te parlais, il y a peu, de la nécessité d’avoir conscience de soi, c’est-à-dire d’avoir conscience de ce pour quoi tu t’es incarnée, ce que tu as choisi comme expériences à vivre lesquelles te reconduiront, au fur et à mesure que tu cherches, réfléchis et que tu écoutes ton intuition, à la Cause première. C’est en cela que tu connaitras ton individualité et sortiras ainsi du troupeau »



« Du troupeau ?!!! Mais je ne fais pas partie d’un troupeau ! Je me suis toujours battue pour ne pas faire comme les autres, pour ne pas ressembler à un mouton de panurge, me faire mes propres idées, et toi, tu me parles de troupeau ! »



« J’entends bien ! Je sens en toi le parfum du Verseau : être originale, indépendante etc … mais nous en parlerons plus tard. Disons qu’avoir conscience de soi c’est sortir de la conscience d’ensemble (de masse), et comme je te parlais plus haut de tes liens à la famille, c’est également une réponse pour quitter les fidélités familiales qui n’ont plus lieu d’exister. Et ce chemin mène, à un moment donné, à la conscience de groupe, ce que symbolise le Verseau altruiste.

Maintenant, en regardant la roue du zodiaque à partir du signe des Poissons, tu constateras que je suis en 8ème position, en lien avec le signe du Scorpion.

Ce 8 représente l’équilibre entre le haut et le bas, entre l’esprit et la matière. C’est aussi l’ascenseur, celui qui permet de monter du monde des formes vers le monde de l’âme. C’est aussi le symbole de la justice, de l’équilibre, de la mort et de la renaissance, de la régénération, de la transformation et de la révélation, des épreuves, des tests et des crises appliqués en vu du triomphe de l’homme supérieur ou divin. Il est doté d’une grande puissance. Reste à savoir comment l’on utilise cette puissance. Mais ce 8 te montre aussi l’infini et te raconte que rien n’est jamais figé, que tout est toujours possible puisque l’impermanence est totale »



« C’est pour cela que l’on dit du Scorpion qu’il est tel le Phoenix, capable de renaître de ses cendres »



« Le Scorpion va chercher à révéler ce qui est caché. C’est pour cela que l’on dit qu’il est le signe du secret. Pourquoi le 5 et le 8 sont reliés à ton avis ? »



« Tu me dis que la 5ème maison est celle de l’âme, j’en déduis que la 8ème a pour rôle de la révéler »



« Continues encore !»



« Si je regarde mon parcours jusqu’à un certain moment, je vois que j’ai donné beaucoup d’importance à ma personnalité. J’ai voulu faire et j’ai aussi cherché à avoir, à posséder mais j’étais bien souvent insatisfaite et je cherchais encore plus. Jusqu’au jour où tout a basculé. J’ai tout perdu. C’est vrai que j’avais donné la priorité à mon mental. Il s’est bien amusé, d’ailleurs parce qu’il m’a fait croire des tas de choses complétement erronées. »



« Avais-tu oublié ton Cœur ou as-tu eu besoin de passer par là pour exister en tant qu’individu autonome, bataillant justement contre les fidélités familiales, cherchant qui tu étais et ce qui était vraiment important pour toi, puisque personne ne t’avait donné les bons outils ou ne te montrait la voie juste à suivre ?



« Je sentais bien qu’il y avait quelque chose d’autre en moi, quelque chose de plus fort mais je ne voulais pas en entendre parler parce que j’associais cela aux leçons religieuses que j’avais reçues. C’était complétement confus mais je ne voulais pas lâcher, je mélangeais tout … par ignorance  et surtout en me rebellant contre ce que je ne voulais pas reproduire ».  



« Et la Vie s’en est chargée ! »



« Eh oui ! Je reconnais que je ne voulais ni entendre, ni voir ; j’étais comme enfermée dans mon histoire passée d’où mon besoin de liberté. Mais j’avais peur de l’inconnu et mon besoin de sécurité était puissant. J’ai reporté l’absence de sécurité affective sur la sécurité matérielle. Alors même si je souffrais, je continuais à résister à accepter le changement ! »



« Ne juges point ta personnalité, elle t’a été grandement utile. Qu’as-tu compris aujourd’hui ? »



« Si je reprends ta leçon sur le Scorpion, je dois bien reconnaître qu’il m’a permis d’aller au fond des choses. C’est avec lui que j’ai pu mettre de la lumière sur le sens de mes émotions par exemple. Peut-être même que c’est lui qui m’a permis de voir la puissance de ma personnalité »



« Et de faire la lumière sur tes racines familiales et tes comportements. Continues »



« Peut-être que c’est encore lui qui a agi quand j’ai décidé de laisser toute la place à mon âme ? »



« Oui le Scorpion est le révélateur de l’âme lorsqu’elle supplante la personnalité. Voilà pour quoi il est dit que le Lion se meurt !

Mais reconnais que cela a pu se réaliser grâce la force, la puissance, la volonté, la vigueur, l’intelligence, le pouvoir et l’organisation que sont les qualités du Lion

Peux-tu faire la différence entre ta personnalité et tes réactions émotionnelles négatives? »



« Les réactions émotionnelles sont dues aux manques et aux traumatismes ; par exemple, si je ne me sens pas reconnue, je peux me sentir rejetée par les autres, et je vais croire que je n’ai aucune valeur, que je ne suis pas suffisamment intelligente, alors je vais chercher à accumuler des connaissances, histoire de me sentir égale aux autres. Si je ne me sens pas aimée, j’agirai pour faire plaisir à l’autre, en croyant ainsi qu’il m’aime, j’attendrai ses compliments qui seront pour moi des preuves de son amour et si j’ai peur d’être aimée, sans doute est-ce la peur du rejet ou de l’abandon qui agissent encore. Rien d’étonnant au vu de l’histoire familiale ! »



« Et ce sont bien les qualités du Lion qui t’ont permis  de purifier ton corps émotionnel. »



« Avec toutes ces qualités, le Lion est sûr de réussir tout ce qu’il entreprend !



« Le succès ! J’aurais dû m’y attendre ! Encore faut-il savoir comment se servir de ce potentiel !

Si je m’en sers pour mon profit personnel, parce que je veux prouver que je suis le meilleur, le plus fort, le plus compétitif, je pourrais rapidement me transformer en dictateur, égoïste, égocentrique et m’imaginer, croire que je suis effectivement le roi du monde, si je ne sais pas écouter mon cœur et si j’agis sans me sentir responsable! L’identité dont parle le Lion passe aussi par le fait d’être en capacité de réussir par soi-même et pour soi-même, en étant responsable de sa vie, de ses choix, de ses idées, de ses intérêts et d’être libre de les manifester comme il l’entend. Lorsque le Lion en a fait le tour, le sens de ses responsabilités va s’étendre, à ses proches, son environnement etc ; l’esprit de compétition laissera alors la place à la coopération. Ce ne sera plus un succès personnel mais un succès d’ensemble parce que le Lion sera dans le Cœur. »



« J’ai bien compris que si je n’écoute pas mon cœur, je ne pense qu’à moi, qu’à mes désirs, qu’à mes envies et je fais tout pour les satisfaire ! c’est du narcissisme … En somme, le travail à réaliser est de nous purifier de nos émotions perturbatrices, de nos croyances qui se servent de la personnalité pour remplir les manques, qui nous font jouer les justiciers et courir après des besoins personnels ».



« Très belle synthèse ! Mais je dois ajouter d’autres notions pour te permettre de mieux appréhender mon énergie Lion. Le Lion est effectivement sensible à tout ce qui l’entoure d’où l’importance de l’éducation et de l’amour qu’il va recevoir pendant son enfance. Il a besoin de se sentir aimé, d’être encouragé, valorisé, comme tout enfant mais pour l’enfant Lion, le regard qu’il porte sur tel ou tel aspect de lui-même est largement dépendant de l’attitude de ses proches à son égard. Si l’éducation qu’il reçoit donne une large priorité au monde extérieur qu’au monde intérieur, son départ est faussé. Car pour le Lion, ce n’est plus le paraître qui importe, c’est ETRE. Tu l’auras bien compris, au départ, je suis très dépendant des autres, du regard qu’ils portent sur moi.

L’accueil aimant d’un enfant, la valorisation, l’encouragement, la protection, l’écoute que lui offrent ses parents sont pour lui des racines sur lesquelles il s’appuiera toujours. Au départ, le seul modèle est celui du milieu dans lequel il naît. Ce sont ses 1ères empreintes vis-à-vis du monde extérieur et il en est dépendant. Puis il va se confronter à un autre monde extérieur, l’école par exemple, et il va « tester », expérimenter ce qu’il a retenu avec ce nouveau monde et apprendre de nouvelles règles. Ensuite, arrive le moment où il va vouloir imposer ses propres règles, le moment de l’adolescence, la confrontation entre ce qui existe et qui ne lui convient plus vraiment. C’est un moment important avant son entrée dans le monde dit adulte. C’est l’occasion pour lui d’exprimer ses idées, de les partager, et de les confronter avec ceux qui le précédent et donc, déjà, de prendre conscience de son identité jusqu’à ce qu’il quitte sa famille et s’assumer en toute indépendance ».



« Et moi qui te croyais fort ! En réalité, tu caches ta sensibilité et ton besoin d’amour derrière une carapace ! Donc si je viens à te dire que je ne t’aime pas, tu vas t’écrouler, ou  peut-être me montrer ta cruauté ? »



« Cela aurait pu être si tu m’avais connu plus tôt mais les expériences ont fait que je me suis transformé sur ce plan affectif. J’ai connu des Lions qui se montraient forts, puissants, vigoureux pour être reconnus. Ils parlaient haut et fort, ils avaient l’air solide et tous ceux qui les côtoyaient, croyaient fermement qu’ils n’avaient peur de rien. Ces Lions-là voulaient dominer. Leur intelligence faisait qu’ils étaient capables de deviner les failles chez les autres et d’en abuser, parce qu’ils croyaient détenir la vérité. Il est vrai que leur prestance engendrait une sorte d’intimidation. Personne n’osait les contrarier de peur d’éveiller en eux une puissante colère. On les croyait si sûrs d’eux que l’on se disait qu’il n’avait pas besoin des autres, qu’il n’avait pas besoin d’être aimés. Quelle tromperie !  Mais un jour, l’un d’eux fut rejeté. Il avait abusé de son pouvoir et avait été démasqué. Il reçut un tel choc qu’il en tomba malade. »



« Ce ne serait pas toi, par hasard ? »



« Non, c’était un Lion très proche de moi mais nous passons tous par là. Cet autre est qu’un reflet de moi-même, de mon histoire. Lorsque j’ai compris cela, il ne pouvait plus y avoir de jugement car j’ai su qu’il avait, lui aussi, manqué d’amour, de reconnaissance, et que ces manques l’avaient conduit à être cruel et orgueilleux. Comment lui en vouloir ? Et lorsque tu prends conscience de cela, je peux t’assurer que ton ego se dégonfle comme par magie !»



« Et que s’est-il passé alors ? »



« Sa maladie l’a beaucoup affaibli mais il n’a jamais su ou pu, me montrer qui il était réellement. Son autonomie affective était factice et ces peurs l’ont maintenu dans ses sécurités, dans ses croyances, dans ses complexes. Il préférait de ne pas voir et surtout ne pas entendre. »



« Il aurait pu saisir l’opportunité de sa maladie pour se remettre en cause et parler »



« Il aurait pu, mais qui te dit qu’il le pouvait, en avait-il conscience ? Il le fera un jour… puisqu’il ne l’a pas fait dans cette vie, ce sera dans la prochaine. Tout est fonction du rythme d’évolution de chacun. Ce que tu comprends facilement n’est pas obligatoirement facile pour d’autres. C’est à respecter même si parfois tu voudrais que l’autre comprenne aussi vite que toi. »



« Dis donc, j’ai l’impression que ce Lion-là t’a permis d’apprendre beaucoup de choses même sans parler ! Tu veux bien me raconter ? »



« C’est en observant les autres que tu peux apprendre beaucoup sur toi ! J’ai compris qu’à force de rester dans ses sécurités, on s’enferme, on ne vit pas, on survit … comme si on vivait dans un bocal. C’est pour cela que le Lion doit sortir de sa tanière, si non, il reste seul. Le Lion croit toujours qu’il s’est construit tout seul ! Que s’il a réussi, c’est grâce à lui et à lui seul.  As-tu déjà vu une graine poussée sans avoir besoin de terre, d’eau, de soleil ? J’ai donc fini par dire que je me suis construit grâce et avec les autres et à chaque fois que je me répète cette phrase, mon ami Verseau sourit aux Anges ! Regardes le !»



Le Verseau, complétement hilare, se mit à questionner le Lion



« Mais mon ami, aurais-tu oublié ma « petite » contribution à ton égard ? Ne t’ai-je point donné cette énergie qui t’a permis de t’ouvrir aux autres, de t’intéresser aux autres ? Qui serait encore tapi dans sa solitude si je n’étais pas là ? »



« Mille excuses Monseigneur ! »lui répondit le Lion en s’inclinant



Alors que je les observais dans leurs singeries et m’amusais de leur complicité, le Verseau prit la parole.



« Le Verseau est un Lion qui s’ignore. Voilà pour quoi nous sommes assis l’un en face de l’autre, comme tous les autres signes, parce qu’en réalité, nous sommes complémentaires.  Le Lion te parle de conscience de soi, de la nécessité à s’individualiser et moi, je te parlerai de la conscience de groupe. Lorsque le Lion sait qui il est, et qu’il en a assez d’être tout seul, il peut enfin voir que l’autre est comme lui, qu’il n’y a pas de séparativité. Il sait alors qu’il fait partie d’un ensemble, d’un tout. Et c’est là que j’interviens »



« Donc si je vous entends bien, vous ne faites qu’un ? »



« C’est notre but à tous, retrouver l’unité mais avant, il nous faut connaitre la dualité, d’où les oppositions, qui ne sont qu’illusions. Tu ne peux pas séparer le jour de la nuit, ni le chaud du froid, et encore moins le pôle positif et négatif d’une pile, si non, elle ne fonctionne pas. »



« En 2 mots, enfin presque, je nais dans une famille, donc dans un groupe, puis je dois m’en séparer pour découvrir qui je suis, vivre mes propres expériences faire mes propres choix, avoir mes propres idées ce qui m’amène ensuite à me rendre compte que je fais partie d’un ensemble, que nous avons tous des points communs, par exemple, nous recherchons tous la sécurité et le bonheur même si nous n’y mettons pas la même signification, les mêmes buts derrière »



« C’est rapidement résumé mais l’image est assez bonne. Précisons toutefois qu’au fil de ce parcours tu auras découvert que nous sommes tous reliés les uns aux autres, d’où l’Unité que nous avons tous à cultiver »



« Eh bien ! j’ai encore du travail à faire … pour ma part, il m’arrive bien souvent de me sentir plus proche des végétaux et des animaux que de certains êtres humains, particulièrement ceux assoiffés de pouvoir, d’argent, et qui ne s’intéressent qu’à leurs propres intérêts, leur avouais-je humblement,

Avec mes plantes par exemple, je n’attends rien. Je les aime, je les nourris et quand elles m’offrent leurs fleurs, je les remercie et je suis heureuse »



« Tu m’invites à te raconter une autre leçon. Il ne sert absolument à rien de rechercher l’amour, la reconnaissance, la valorisation chez les autres. Tout cela est déjà en nous, et c’est en nous qu’il nous faut les reconnaitre. Pourquoi toujours chercher  à l’extérieur ?



« Parce que tu l’ignores, pardi ! Si tes parents ne t’ont pas donné, montrer l’amour que tu attendais, tu seras dans une quête infinie, d’autant plus si tu es très marqué par l’énergie du Lion et du Verseau, le signe des manipulateurs, dans les défauts, au niveau inférieur, de ceux qui se servent des autres pour obtenir ce qu’ils désirent. Et pour te faire aimer, apprécier des autres, tu t’abreuveras de connaissances, et tu voudras en faire la démonstration, avec le risque d’être vu comme quelqu’un de fier, de supérieur, puisque tu aimes tant avoir un public, quitte à te montrer égoïste  et au risque d’être rejeté par les autres pour te retrouver dans la solitude. En t’écoutant, j’ai le sentiment que le « 1er  défaut » du Lion est qu’il se croit le centre du monde ! » A un moment donné, il va se rendre compte qu’il y a quelque chose autour de ce centre …



« C’est juste ! Avant de prendre conscience de lui-même, le Lion aime bien répéter « que ma volonté soit faite » parce qu’il se croit le centre, le roi. Il ne pense même pas à tout ce qu’il l’entoure, ou alors il y pense dans le sens où  ça peut lui profiter, parce qu’il n’y a que sa personnalité qui compte. Imagines que chaque matin, tu sois amenée à vivre et à revivre la même journée, avec les mêmes conditions, jusqu’à ce que tu prennes conscience de tes actes, de tes paroles vis-à-vis de tous ceux qui t’entourent, vis-à-vis du monde dans lequel tu fais partie. Voilà le sens des obstacles qui se présentent sur notre chemin et qui nous donnent l’occasion de prendre conscience de l’énergie supérieure qui nous habite »



Et le Verseau d’ajouter



« Prendre conscience qu’il y a toi avec les autres, ceux dont tu fais partie, l’ensemble, le nous. C’est une leçon que j’apprends au Lion qui a cette fâcheuse tendance de se voir lui et les autres. »



« Et moi je t’apprends à prendre conscience de ton identité, répondit le Lion. C’est en te connaissant toi-même que tu peux connaitre l’autre, alors tu peux parler avec le « nous » parce que tu sais alors qu’il n’y a pas de différence »



« Et je fais comment pour passer du « je » ou « nous » interpellais-je ? »



« Tes prises de conscience représentent le « je » ; tu sais pour quoi tu as agis de telle ou telle manière, tu as transformé ce qui te perturbait, tu as comme l’on dit, travaillé sur toi, pour laisser tes qualités prendre toute leur place. Puis est arrivé le moment où tu as senti ce besoin de partager ce que tu as découvert, appris sur toi, avec les autres. Tu t’es décentrée parce que tu as senti que tu pouvais apporter quelque chose aux autres, tu en as eu assez de tourner en rond avec ton « je », tu étais « gavée », si je puis dire. Tu as eu besoin d’élargir ton champ d’expériences, parce que ton cœur s’est ouvert. Tu as rencontré des personnes qui, peut-être, agissaient comme toi ou encore qui te parlaient de leurs problèmes et tu t’es aperçue que ce qu’ils évoquaient, tu l’avais déjà vécu. Alors, tu as su voir que la Vie te présentait des êtres qui te montraient ce que tu n’arrivais pas encore à voir en toi, ou encore qu’il t’était donné l’opportunité de leur offrir une autre vision des choses. Tu as fini par te rendre compte que toutes les relations avaient un sens, à la fois pour toi et pour les autres. Alors, tu as compris le jeu des facettes et des liens avec les autres. En quittant ton « petit » monde, tu t’es ouverte à un monde plus vaste, tu as pris conscience d’être le maillon d’une plus grande chaine.  Quand le Lion arrive à ce stade, il est sorti de la conscience individuelle, disons qu’il est en transition car il  reste toujours de la conscience individuelle en soi »



« Je n’ai pas le sentiment que nous ayons atteint ce stade ! »



« C’est en déployant ta générosité, ton  enthousiasme, ton courage, ta joie, ton  amour pour toi même et pour ceux qui t’entourent, que tu participes à l’évolution et que tu continues à évoluer. A partir du moment où tu reconnais que tu es un être divin et lumineux, tu connais ta valeur, tu n’as donc plus à aller chercher dehors, à faire des comparaisons, à nourrir de la jalousie, à te croire supérieure aux autres parce qu’en réalité, tu n’as pas confiance en toi. C’est dans cette façon d’Etre que tu aides et sers le Plan supérieur, c’est ce que nous apprend le Lion. Alors tu te sens à ta place, parmi l’ensemble, et tu en arrives à penser avec le nous. Si tu ne reconnais pas ta valeur, tu renies ta divinité, tu te renies toi-même ; alors tu cherches cette reconnaissance chez les autres, qui ne te la donneront jamais. »



« Et si je ne crois pas en Dieu, ou en un Plan Supérieur, je ne peux donc pas évoluer ? »



« A partir du moment où tu ouvres ton cœur, tu évolues. Tu connais ce film « Un jour sans fin ». Cet homme revit, à chaque fois, le même jour. Au départ, il profite des situations, à titre personnel. Il vole, il ment etc. Et rien ne change. Il commence par en rire, puis il s’énerve et il en arrive à avoir peur parce qu’il sait qu’il va, à nouveau, revivre la même journée. Jusqu’au jour où, puisqu’il sait ce qui va arriver, il modifie son comportement envers les autres, tantôt il apporte son aide, tantôt il donne sans rien attendre et il finit par aimer. C’est l’expression même du Lion égocentrique qui est devenu le Lion au Cœur ouvert.

Il a cessé de voir les autres comme un public.  Sachant qui il est, il a conscience de lui, il peut alors agir en conscience pour l’ensemble parce qu’il sait que l’autre est une partie de lui et donc qu’il n’y a plus de différence. C’est en ce sens que le Verseau agit

Après être passé par la porte individuelle, le Lion franchit la porte de l’ensemble et de l’unité. Il devient de plus en plus sensible au monde de l’âme. Et ce qu’il va chercher de plus en plus à rayonner sera l’énergie d’Amour. Cela doit être acquis avant d’aller vers le Verseau. Si cela n’est pas, le service aux autres sera un leurre pour se croire quelqu’un de bien »



« Si j’ai bien saisi tes paroles, le Verseau serait donc le Lion supérieur ? »



« Il n’y a pas ni inférieur, ni supérieur, l’un comme l’autre nous avons nos qualités et nos faiblesses. Je te l’ai dit : nous sommes complémentaires et nous avons à travailler ensemble pour intégrer nos qualités respectives. Le Lion est le signe de l’identité ; s’il devient Verseau, il n’est plus Lion et perd son identité réelle. Mais tu auras bien compris la nécessité de se connaitre soi pour mieux comprendre l’autre si non, c’est toujours le Lion qui agira, avec ses comportements erronés. »



Le Lion nous écoutait attentivement et attendait la suite de ma discussion avec le Verseau avec un certain intérêt



« Et toi, Verseau, qu’as-tu appris sur toi ? »



« J’aime le mouvement, le changement et j’ai horreur de tout ce qui enferme, qui sclérose, qui est routinier »



« Mais comment peux-tu aller au fond des choses si à la moindre impression d’emprisonnement, tu lâches tout, tu abandonnes ? Si c’est une difficulté pour toi, c’est peut-être que tu as quelque chose à apprendre ? »



« C’est sans doute pour cela que l’on me voit superficiel. En réalité, ce qui me tient le plus à cœur est ma liberté, mon indépendance. Je déteste que quelqu’un m’impose sa discipline, me dise ce que je dois faire »



« Quand on dit « qui s’assemble, se ressemble » … Vous faites une belle paire, le Lion et toi ! Mais je suis sûre qu’au niveau de la discipline, le Lion est plus fort que toi, puisque tu aimes tant la nouveauté, je me trompe ? »



Et le Lion d’applaudir !



« Sur la discipline du Lion, je suis d’accord avec toi. Lui, il veut toujours faire tout seul et moi, je n’aime pas la solitude. Si le Lion est capable d’obéir à des règles qui sont obsolètes, pas moi !»



« Voilà notre révolutionnaire qui s’agite ! » s’amusa le Lion



« Certes ! Mais sans avant-gardistes comme moi que serait le progrès aujourd’hui ? J’ai quand même amené la nouveauté dans le domaine des communications par exemple, grâce à mon ingéniosité, mon originalité, et mon intuition ! »



« Pas de vanité, mon ami, si tu le veux bien … tu sais ce qu’engendre cette faiblesse : le rejet des autres et donc la solitude ! Tu as agi pour l’ensemble et non à titre personnel »



J’étais là, à observer, leurs jeux de rôles qu’ils avaient accepté de me jouer pour me montrer leurs faiblesses



« Ne m’as-tu pas dit que tu incarnais l’énergie de groupe, d’ensemble ? Demandais-je au Verseau »



« Bien sûr, mais je ne suis pas arrivé à ce niveau immédiatement. Moi aussi, j’ai eu des épreuves à traverser et particulièrement sur mon regard vis-à-vis de ma relation aux autres »



« Forcément, si tu te vois toujours hors-normes ! N’aurais-tu pas un côté utopique ? »



La question était lancée et j’espérais, au fond de moi, que le Verseau n’explose pas. J’avais pris un risque, celui de réveiller le révolté mais « le rusé » opta pour l’humour



«  Je suis le signe de l’amitié, de la fraternité, de l’altruisme, je suis un humaniste qui serait ignoré si le Lion n’était pas là »



« Tu m’expliques ? »



« Désormais tu sais que le Lion est le signe de l’identité et qu’il a à apprendre qui il est. Pour ce faire, il t’a raconté qu’il doit apprendre à s’individualiser. Sa faiblesse sera donc la dépendance aux autres tant qu’il ne s’aimera pas. En ce qui me concerne, j’ai à travailler sur mon côté individualiste et mon indépendance tant que j’aurais ignoré qui je suis. Et ce ne sera qu’à partir de ce moment-là que je pourrai déployer les qualités que je t’ai citées. J’ai de grandes idées mais je n’ai pas les moyens de les appliquer alors que le Lion, lui, sait se donner les moyens de vivre comme il l’entend »



« Tu sous-entends qu’au travers de tes relations amicales, tu peux chercher à te faire aimer, reconnaître, via l’aide que tu leur offres ? »



« C’est cela pour le Verseau qui est encore dans la conscience individuelle. Il est même capable de dire à l’autre ce dont il a besoin, sans même écouter la réponse, voire la refuser si elle n’est pas conforme à ce que lui sait »



« Serait-il capable de manipuler l’autre pour arriver à ses fins ? »



« Bien sûr ! D’autant plus qu’il sait se montrer très sympathique, même opportuniste ; n’oublies pas, il se sait relié aux autres. C’est un fin rusé, capable d’agir de façon très subtile, dans sa façon de communiquer, de se présenter, de présenter les choses. Si quelqu’un en face de lui manque de confiance et ignore sa valeur, elle sera sa proie. Au nom de la belle image qu’il veut donner, et pour faire soi-disant le bien autour de lui, il sera capable de lui offrir des cadeaux, de la valoriser, puisque c’est ce qu’elle attend, mais au moment, où cet autre voudra prendre son autonomie, il la tuera, symboliquement parlant, évidemment

Le Verseau a besoin de se sentir  utile, c’est le signe des Serviteurs. Du coup, il veut rendre service et est même capable de s’immiscer dans les affaires des autres. Il peut donner beaucoup mais s’il n’a pas le rendu, il peut en faire le reproche, même si c’était son choix personnel au départ. Quand le Verseau n’aide pas, il a le sentiment que sa vie n’a aucun sens. Son sentiment d’inutilité peut le pousser à se servir des autres et faire de l’humanitaire par exemple ou du caritatif »



« Wouah ! Il évolue, j’espère ! »



« Bien sûr ! S’il sait comprendre le sens de ce que la Vie lui présente. Quand le Verseau est fatigué de constater que ses liens d’amitié ne cessent de rompre, il s’interroge … »



« A condition qu’il le veuille, qu’il en ait les capacités. J’ai mal pour lui, il tient tant à l’amitié, il doit se sentir trahi »



« En effet, c’est sa 1ère réaction. Partons du postulat qu’il se calme et se pose. Il regarde le vécu de toutes ses relations et que peut-il constater ? Qu’il a cherché à s’imposer, d’une façon ou d’une autre, qu’il a pris le pouvoir sur l’autre sans considérer l’autre dans sa globalité, au nom de sa serviabilité »



« Il ne doit pas aimer faire ce bilan, j’imagine ! C’est dur d’accepter cela, non ? »



« Tu as prononcé le mot « magique » : Accepter. Accepter qu’il soit ainsi, donc accepter cette faiblesse et décider de transformer. En somme, nourrir la qualité mise à jour au lieu de garder le nez sur la faiblesse »

« Mais comment ? »



« En reconnaissant ta valeur, ta divinité, en t’aimant ! »

C’est comme si tu disais à quelqu’un « je t’aime » mais que tu ne t’aimes pas toi-même, ça ne veut rien dire ! Le Lion et le Verseau ont, l’un comme l’autre, à prendre conscience qu’ils sont bien plus que ce qu’ils pensent être au départ.

Quand le Verseau en aura fini avec sa rébellion, sa dépendance au fait d’aider, de rendre service, et sa volonté d’imposer sa loi, alors le changement arrivera. Il a à apprendre ce que signifient réellement le service et l’aide.



« Mais quand on aide quelqu’un et que l’autre se sent mieux, ça fait plaisir, ça valorise, ça montre bien qu’on avait raison, non ? »



« Tu peux te réjouir que la personne que tu as aidée retrouve son énergie, tu te réjouis pour elle parce que tu l’as aidée avec ton cœur, en la regardant comme si c’était toi, sans attentes particulières. Quand tu aides quelqu’un en souffrance, à qui t’adresses-tu ?»



« A son âme, naturellement ! »



« J’aimerais que tu m’expliques »



« Si je parle de mes expériences, au départ, je me suis beaucoup attachée aux façons de faire, d’agir, à suivre des protocoles. Je ressentais certaines choses mais je n’en parlais pas. Il est vrai que je n’avais pas beaucoup confiance en moi, ni en mon intuition.

Par exemple, quand j’ai commencé l’étude de l’astrologie traditionnelle, je sentais bien qu’il y avait autre chose que les seules approches du caractère, du tempérament jusqu’au moment où je me suis posée la question du sens de la réincarnation d’une âme. Cette astrologie ne pouvait pas répondre à ma question et j’ai trouvé l’enseignement qui pouvait m’aider.

Il m’est arrivé également de poser une question suite à un soin parce que j’avais « vu » certaines scènes, ou du moins ressenti quelque chose de particulier.  C’était la 1ère fois que la question était posée à cette personne qui gardait le secret depuis des années. Elle était prête à en parler et cela l’a libérée.

Depuis, j’ai quelque peu laissé tomber les protocoles, et je laisse faire mon intuition parce que je sais maintenant que ce sera toujours juste. Et je n’attends aucun résultat »



« Donc, tu fais et tu laisses faire. Tu laisses toute liberté à l’autre d’agir comme elle le souhaite. Si non, tu serais dans le pouvoir. L’autre ne t’appartient pas ! Mais tu peux tout aussi bien aider et servir sans pour autant avoir quelqu’un en souffrances en face de toi ! »



« Que veux-tu dire ? »



« Tu es une âme incarnée venue pour servir le Plan Divin, dans le but de faire rayonner l’Amour. Mais dans ta descente, tu as oublié ton but et tu es restée tournée vers la matière, ce qui t’a permis de construire ta personnalité. Or, ton âme cherchait à se déployer, de plus en plus. Et tu as connu les dualités, même jusqu’aux extrêmes »



« Jusqu’à toucher le fond, tu peux dire ! »



« Et dans ces moments de désespoir, qu’as-tu fait ? Tu t’es retournée, comme le fœtus qui se prépare à naître … tu t’es tournée vers ce qu’il y a de supérieur en toi, ta Lumière, ton Ame. Tu t’es interrogée sur tes émotions, tes comportements, tu t’es remise en cause parce que tu avais besoin de retrouver ton équilibre, parce que tu étais fatiguée d’avoir, d’agir et que tu voulais Etre. Tu as donc pris conscience de toi, et je peux te dire que le Lion était heureux ! Tu as servi le Plan en te transformant, en te reconnaissant comme entité divine, en t’aimant.

Avec le Verseau, tu apprends la conscience de groupe. »



« Heuh ! question groupe, j’ai déjà donné et j’ai vu le résultat.»



« Parce-que, peut-être, mais toi seule pourra le dire, tu voyais encore les groupes dans lesquelles tu étais, comme une image déformée de ta famille, de façon inconsciente bien sûr ?»



« Ah, je n’avais pas vu ce sujet sous cet angle ! Mais tu as sans doute raison. Je me rappelle que je me questionnais toujours par rapport à ma place dans le groupe, comme pour ma famille, et en même temps, je voyais les autres membres comme une fratrie »



« Qu’entends-tu par là ? »



« Je les voyais comme mes frères et sœurs. Du fait que nous étions ensemble, nous avions certainement des points communs, comme si nous étions réunis pour réaliser quelque chose. Disons que je les voyais comme moi et je me sentais même plus à l’aise avec eux qu’avec ma propre famille. Je parlais sans crainte d’être jugée ou critiquée. »



« Et vis-à-vis de celle ou de celui qui animait le groupe ? »



« Tu veux vraiment entendre ma réponse ? »



« Oui»



« Ça c’est souvent … »



« Toujours, tu veux dire … »



« Oui, toujours, mal terminé »



« Et pour quoi à ton avis ? »



« A cause de cette blessure de reconnaissance, de place ! »



« Tu te sentais supérieure au « responsable » ? »



« Mais pas du tout ! Au contraire ! J’ai eu cette fâcheuse tendance à le mettre toujours sur un piédestal, à croire qu’il en savait toujours plus que moi »



« Donc tu laissais ton complexe d’infériorité te manipuler ? »



« Oui, si tu veux le savoir ! et ça ne me fait pas rire du tout !!! ça m’a joué des tours, je peux te l’assurer, bafouais-je nerveusement. Je sais bien que je rejouais le même jeu que celui que j’avais vis-à-vis de mes parents. Je me croyais adulte mais en réalité, j’étais encore une enfant, encore dans la dépendance !»



« C’est bien logique puisque tu n’avais pas conscience de qui tu étais, de ce que tu possédais en toi, de ton courage, de ton pouvoir à te transformer, à te guérir. Et comme tu t’imaginais que tu ne savais rien, tu t’es investie personnellement et financièrement dans des tas de stages, tu as lu des tas de bouquins et au final ? »



« Au final ? J’ai mis de côté tout ce que j’avais appris pour écouter mon cœur et mes pas m’ont guidée vers le monde de l’âme »



« Qu’est ce qui a déclenché ce changement ? »



« Le ras le bol de la violence, qui se retournait contre moi ! Le jour où j’ai décrété que je ne voulais plus de violence dans ma vie, je me tenais debout, face à l’Univers pour l’informer, haut et fort, de ma décision, qu’Il m’entende, comme pour répondre à mon besoin d’affirmation. »



« Et maintenant, que comprends-tu de la notion de conscience de groupe ? »



« Je voudrais d’abord, si tu me le permets, revenir sur la définition du mot « groupe ».  J’ai fait partie de groupes formels qui existaient de par leur structure, leur organisation, le lien commun qui me reliait à chaque membre était l’enseignement, suivre une formation en vue d’obtenir une qualification. Il y avait donc un responsable qui transmettait et que nous écoutions attentivement.  Rares étaient ceux qui posaient des questions ou osaient avancer d’autres idées. Tu te doutes bien que je faisais partie de ceux-là. Comme je te l’ai dit, j’ai eu cette tendance à toujours mettre celui qui enseignait sur un piédestal jusqu’au moment où j’ai vu que les paroles n’étaient pas toujours en adéquation avec les actes. C’était un peu comme « faites ce que je dis mais pas comme je fais, écoutez-moi, ne critiquez pas ». Si le non jugement est nécessaire pour la cohésion du groupe, encore faut-il que celui qui en est responsable ne juge point ! Et j’ai parfois le sentiment que certains responsables s’imaginent être des « maitres » avec leurs disciples.

C’est sans doute l’une des raisons qui m’a conduite à les quitter.

Je vois le groupe comme la réunion d’âmes, beaucoup plus motivées par affinités ou des liens affectifs, comme si ces âmes se retrouvaient sur le plan physique. Chacune est responsable, apporte aux autres et toutes sont égales. C’est comme cela que je vois le groupe qui vient chez moi chaque mois. Je partage ce que j’ai appris de mes expériences mais comme je leur dis à chaque fois « ne me croyez pas sur paroles, expérimentez, et créez votre vérité » Ce que nous partageons, nous le faisons à la fois pour chacun d’entre nous mais également pour la planète.

Voilà où j’en suis dans ma conscience de groupe.

Que nous sommes tous des âmes ; que notre façon d’être, de penser, d’agir a des répercussions sur notre environnement puisque le lien qui nous réunit tous est cette Lumière que notre cœur possède ; que nous avons à nous respecter et à nous aimer dans l’être que nous sommes, respecter et aimer tous les règnes et la planète sur laquelle nous vivons ; que nous pouvons nous pardonner du fait de notre ignorance, de notre manque de discernement puisque tout n’est qu’expérience ; que nous sommes les réalisateurs, metteurs en scène, et acteurs de nos vies ; que nous sommes au service d’un Plan supérieur pour que l’énergie d’Amour rayonne, éclaire ce que l’Intelligence à créer et que ces 2 Energies ne fassent qu’Une.  »



« Aimerais-tu ajouter autre chose ? »



« Que j’ai longtemps considéré la vie comme une bataille. Je me battais pour me sentir libre, différente des autres. En réalité, toute mon histoire m’a enfermée, avec mes blessures et mes manques. »



« Comme dans un bocal. Au départ, tu as pris le temps de découvrir ton environnement parce que ta taille t’a permis de te promener aisément. Mais au fur et à mesure que tu as grossie, tu t’es de plus en plus sentie à l’étroit car la taille du bocal, elle, est restée la même. Ton désir, ton envie, ton besoin n’a eu de cesse que de te pousser hors de ce bocal. Mais s’il t’avait manque le dynamisme, la vitalité pour répondre à ton besoin de poursuivre ton évolution, donc de t’élever encore plus haut, tu serais restée coincée dans ton bocal, sans pouvoir bouger avec le risque de terminer séchée au fond de ce bocal !

C’est à l’image de ce qui se passe lorsque de l’état embryonnaire, tu deviens fœtus puis bébé ! Et si tu te trouves là devant moi, c’est bien que tu as, à un moment donné, décidé de sortir de ce bocal qui devenait bien trop étroit pour toi, c’est bien vrai n’est-ce pas ? »



« C’est tout juste ! J’avais besoin de reprendre ma liberté, de me sentir véritablement autonome. Je n’avais plus envie d’obéir à quelqu’un d’autre qu’à moi-même. Et tout ce que j’ai appris, je veux le mettre en pratique et le partager. A quoi cela servirait-il si je devais garder tout pour moi ?  Quand je regarde celle que j’étais avant et celle que je suis aujourd’hui, je ne vois pas la même personne. Par ce travail de prise de conscience, je me suis guérie, ouverte à l’inconnu, et l’évolution continue. J’observe de plus en plus ce qui m’entoure, sans me laisser prendre aux pièges de la peur. Je dis Merci à tout ce que j’ai vécu, à toutes les personnes qui ont croisé ma route parce que je sais aujourd’hui que tout était juste et présenté au moment où j’étais capable d’accepter le défi. Et je peux bien te confier que je ne me suis jamais sentie autant en sécurité et en confiance avec moi-même qu’en ce moment.

Je peux même t’avouer que j’ai enfin réussi à me pardonner et à pardonner à tous ceux qui m’ont blessée »



A peine avais-je fini ma phrase que le Lion et le Verseau disparurent, comme emportés par le tourbillon du soleil couchant



M’étais-je endormie ? Avais-je rêvé cette rencontre ?



Toujours adossée à cet arbre, je dépliai mes jambes pour m’allonger sur ce sable encore chaud.

Je me laissai enveloppée par cette chaleur et me remémorais toutes ces paroles



Les yeux rivés sur la voie lactée qui m’offrait généreusement ses plus belles étoiles, je poussai un grand soupir



Jamais je n’aurais pu imaginer vivre une telle aventure ! Quel cadeau !



Je me promis de la raconter … si elle pouvait servir …



Servir … servir … voilà pour quoi je suis venue, re-venue, me répétais-je, et je me doutais bien que d’autres aventures m’attendaient.

Chaque chose en son temps, ma belle ! Profites pleinement de ce moment ; Apprécies ce sentiment de Joie qui renaît en ton Cœur ; Nourris le et Offres le …. Ces paroles pénétraient ma tête en même temps qu’une douce brise me caressait le visage, les cheveux comme une main aimante.



Je m’abandonnai à Cette invisible Présence, sentant ce sourire que je ne connaissais tant, se dessiner imperceptiblement et m’endormis paisiblement avec au fond des yeux ce magnifique soleil si chaleureux et si aimant.



« Demain, face à Toi, je t’offrirai le meilleur. Namasté, Namasté, Namasté ! »



Je vous rappelle que je suis natif du Lion! hihi



Revenir en haut Aller en bas
Stéphane



Masculin
Nombre de messages : 415
Age : 41
Localisation : Antibes
Date d'inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Re: L'AVENTURE INITIATIQUE DU LION ET DU VERSEAU   Sam 7 Mar - 9:50

Et moi je suis natif du Verseau ;)
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Féminin
Nombre de messages : 3247
Age : 78
Localisation : au delà des nuages
Humeur : variable comme le temps
Date d'inscription : 05/01/2011

MessageSujet: Re: L'AVENTURE INITIATIQUE DU LION ET DU VERSEAU   Sam 7 Mar - 10:49



à tous.

J'ai commencé à lire. et je continuerai plus tard.

Et moi du Verseau.
J'ai lu un jour que c'était le seul signe où c'est différent
pour l'homme et la femme, et surtout pour les décans.
et en plus mon mari était lion. Lui voulait commander et moi aussi.

Ce que j'ai lu m'a plu, donc je vais continuer.
mais savoir se connaitre et savoir se trouver ...................

C'est peut-être pour cela que nous revenons si souvent.

Revenir en haut Aller en bas
septimus
modérateurs
modérateurs


Masculin
Nombre de messages : 867
Age : 69
Localisation : Univers
Date d'inscription : 11/01/2012

MessageSujet: Re: L'AVENTURE INITIATIQUE DU LION ET DU VERSEAU   Sam 7 Mar - 11:47




Chère Nicole, ce qui est remarquable, c'est que je suis Lion et mon épouse Verseau... Marrant non! Quelle coïncidence...


:bisous46:
Revenir en haut Aller en bas
Sylvia F.



Féminin
Nombre de messages : 1298
Age : 63
Localisation : Estrie, Québec.
Humeur : Vi-vre à la Vie!
Date d'inscription : 13/12/2009

MessageSujet: Re: L'AVENTURE INITIATIQUE DU LION ET DU VERSEAU   Dim 15 Mar - 16:18

Merci Septimus...

Quelle belle histoire consciente!
Vraiment très Inspirante et Enseignante.
L'histoire de La Vie!

Un détail...Moi aussi je suis lion...


Sylvia
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artplumeetpierre.com
Christal2012



Féminin
Nombre de messages : 1210
Age : 59
Localisation : Paris
Humeur : Ici et Maintenant
Date d'inscription : 30/05/2012

MessageSujet: Re: L'AVENTURE INITIATIQUE DU LION ET DU VERSEAU   Dim 15 Mar - 20:25

 je viens de lire pus de la moitié de l histoire Septimus
 et j y retrouve beaucoup de choses de mon vécu , même le risque de noyade ...
je vais continuer à lire la suite merci beaucoup

Je suis cancer ascendant Lion qui m aide beaucoup


     
« Je m’affirme ; Je cesse de laisser mon pouvoir entre les mains des autres et d’être la victime ; Je redeviens l’Etre Suprême ; Je m’exprime en toute liberté en étant toujours à l’écoute de mes réels besoins ; Je ne garde plus rien à l’intérieur et je n’ai plus peur de la réaction de l’autre ; Je retrouve ainsi toute l’essence de ma Lumière »


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'AVENTURE INITIATIQUE DU LION ET DU VERSEAU   Aujourd'hui à 20:22

Revenir en haut Aller en bas
 
L'AVENTURE INITIATIQUE DU LION ET DU VERSEAU
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'AVENTURE INITIATIQUE DU LION ET DU VERSEAU
» Verseau/lion interceptés ?????
» étymo. "pantagruélion" et BD ou pièces Rabelais?
» Rude mais parfois merveilleuse, mon aventure
» Dans la bouche du lion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coeur de Christal :: Spiritualité-
Sauter vers: