Coeur de Christal

forum d'entraides et d'échanges
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 les bonnes nouvelles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Phénix
Admin
Admin


Féminin
Nombre de messages : 6614
Age : 50
Localisation : montpellier
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: les bonnes nouvelles   Mer 3 Juin - 23:14

 Ca fait quelques jours que je me dis qu'il manque une rubrique  "bonnes nouvelles" dans ce forum parce que des bonnes nouvelles il y en a plein quand on sait où les chercher  (surement pas aux journaux télévisés) mais partout ailleurs
et paf ce soir je reçois un mail de ma soeur qui m'envoie la newsletter et le lien du site de l'association de yoga dont elle fait partie
et COMME PAR HASARD  çà s'appelle blog dédié aux bonnes nouvelles et infos positives !!!!

http://www.yoga-integral-traditionnel.fr/pourquoi-ce-blog-dedie-aux-bonnes-nouvelles-ou-aux-infos-positives/





   “Ce que nous sommes aujourd’hui provient de nos pensées d’hier et nos pensées actuelles façonnent notre vie de demain. Notre vie est la création de notre esprit.  Les idées de perfection produisent la perfection”.

   Dhammapada I,1 :

La nature humaine et son mode de pensée

Imaginons une personne se déplaçant d’un point à un autre. Sur son parcours elle croise un couple qui s’embrasse, un groupe de personnes qui rigolent, un passant qui aide un aveugle à traverser, un chien qui vient de se faire écraser… mais lorsque elle arrive à son lieu de rendez-vous celle-ci parlera bien plus du pauvre chien écrasé plutôt que des autres événements.

La nature humaine est ainsi faite, nous avons davantage tendance à ne retenir que les événements les plus négatifs. Cela est probablement dû au fait qu’un événement négatif attise nos peurs, nos angoisses… de plus il faut noter que nous mémorisons les événements de manière d’autant plus efficace que l’émotion qui les accompagne est forte. Les médias, pour la plupart, n’échappe pas à cette règle d’autant plus qu’ils y trouvent un intérêt pour leur audimmat et ne font alors qu’encourager et répondre à la demande du grand public qui cherche à nourrir ce type de sentiments et d’émotions. Les nouvelles plus positives, celles porteuses d’espoir sont ainsi reléguées au dernier plan quand elles existent encore et sont donc noyées dans un flot d’informations anxiogènes et catastrophistes.

S’il n’est pas question de nier la réalité des événements qui nous entourent on peut justement s’indigner de ce flux ininterrompu d’informations polluantes, spectaculaires et sinistres. Comment ne pas ressentir comme une menace sur les hommes ce climat de peur, d’intolérance, de haine qui laisse de coté l’optimisme, l’amour, la paix et la tolérance ?

Nous sommes créateur de notre réalité

Avec l’appui de nombreuses expériences scientifiques, le scientifique Gregg Braden affirme que :

   “Les croyances que nous avons dans notre cœur, qui est la résultante ou la combinaison de nos émotions et de nos pensées, produisent des ondes stationnaires qui les transforment en possibilités quantiques ordonnant la matière et en fait une réalité présente, nous sommes tous les fabricants de notre réalité.”

John Willer, Professeur de physique à l’Université de Princeton, suite à ces travaux, pense que les hommes évoluent dans un univers participatif :

   “L”univers est le résultat de ce que nous faisons dans nos vies. Nous sommes des petites particules de l’univers qui le regardons et le créons tout au long du chemin.”

Les pensées de mêmes natures s’assemblent pour former un réseau engendrant une représentation mentale de notre réalité.

Nous retrouvons une corrélation dans l’approche médicale et psychothérapique. D’après Donald Hebb docteur en psychologie :

“Par stimulation conjointe répétée, un groupe de neurones forme une “assemblée de cellules” qui resterait activée après la présentation d’un stimulis et formerait ainsi une représentation mentale de celui-ci. La pensée devient alors l’activation en séquence de ces assemblées de neurones”. “l’attention agissant comme facilitation de l’activation d’une assemblée de cellules par une autre.”

infos-positives-2

En d’autres termes : Si nos pensées engendrent la peur, l’inquiétude, l’anxiété et la négativité on stimule le réseau à produire davantage de pensées similaires, à l’inverse si nos pensées engendrent l’amour, la compassion, la gratitude et la joie on stimule le réseau à reproduire ces expériences. De plus c’est quand notre attention est focalisée que les neurones se relient le plus. On comprend mieux, au vu de ces informations, pourquoi les personnes bercées dans une forme de « sinistrose » ou de pensées « morbides » semblent s’y complaire de plus en plus avec le temps. D’autre part, à l’inverse on comprend mieux aussi, pourquoi l’on parle de plus en plus de la méditation comme étant un méthode de reprogramation neuronale permettant de développer la compassion, la tolérance, l’amour, la non violence et la paix…

Une statistique révélatrice :

Eric SCHMIT PDG de Google a révélé une statistique étonnante (4 août 2010) :

   “tous les 2 jours, le nombre d’informations que nous créons = 5 exaoctets de données, ce qui équivaut au nombre d’informations que nous avons accumulé depuis l’aube de la civilisation jusqu’en 2003″.

L’histoire humaine n’a donc jamais connu de flux aussi importants d’informations de toutes sortes et de pensées les plus diverses !

Au regard de ce que nous venons de développer cela nous permet de prendre la mesure de tout le potentiel créateur ou destructeur dont dispose la pensée humaine aujourd’hui. Il est donc du devoir de chacun de participer à la mise en œuvre positive de ce potentiel.

Il nous appartient donc de choisir, quel monde nous voulons créer !

La qualité de notre environnement quotidien et familier serait donc le fruit de nos pensées.

Mais comment alors envisager l’aspect positif de l’existence lorsque l’on baigne dans un climat d’informations négatives ?

Pourquoi se priver des nouvelles les plus constructives capables de nous aider à évoluer en encourageant nos sentiments les plus positifs ?

infos-positives-3

Nous savons tous qu’il est toujours préférable de regarder le verre à moitié plein d’optimisme plutôt qu’à moitié vide de pessimisme !

Chacun d’entre nous peut prêter davantage attention à des faits locaux ou lointains, anecdotiques ou de grande importance qui vous semblent constructifs, positifs et propres à faire évoluer l’homme vers plus de paix et de sérénité.

Un texte bouddhiste Mahāyāna signalait déjà depuis longtemps que :

   “La réalité est tributaire de l’attention que nous lui portons.”

Puisque nous sommes les créateurs de notre réalité alors créons en une à la mesure de nos rêves !

Puisque nous sommes les créateurs de notre réalité, alors je vous invite à participer activement à cette impulsion positive pour induire la spirale de l’optimisme. Optimisme qui est bien plus le lit du bonheur que notre actualité morbide. Construisons ensemble le monde demain.
Revenir en haut Aller en bas
Stéphane



Masculin
Nombre de messages : 415
Age : 41
Localisation : Antibes
Date d'inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Re: les bonnes nouvelles   Jeu 4 Juin - 11:22


Merci pour ces infos.

Il est vrai que quitte à choisir autant choisir le positif, même si on a une facheuse tendance à mettre en "lumière" ce qui ne va pas. Et que dire des "commérages"...

Cependant, la nouvelle énergie, le nouveau paradigme va plus "loin": on ne devrait plus penser en noir ou blanc, en bien ou mal, en positif ou négatif mais en noir/blanc, bien/mal, positif/négatif.
Ce n'est plus l'atteinte de l'équilibre en allant eu milieu des 2 extrêmes (équilibre instable) mais l'atteinte de l'équilibre en s'expansant sur toutes les extrémités (équilibre stable).

La position au centre/milieu ouvre la porte de l'Inconditionnel, mais l'incarnation de l'Inconditionnel passe par l'expansion symétrique, sphérique sur tous les axes à partir de ce centre.

Mais que chacun sache être "humble" (on y revient ;) ) et commence par le centre et par les "bons" choix. Après tout ira vite car tout est déjà prêt.

Revenir en haut Aller en bas
avatar



Féminin
Nombre de messages : 3247
Age : 78
Localisation : au delà des nuages
Humeur : variable comme le temps
Date d'inscription : 05/01/2011

MessageSujet: Re: les bonnes nouvelles   Sam 6 Juin - 7:39





C'est tout simplement ce qu'ils appellent :
"Le Chemin du juste milieu"

au fond, écouter son coeur et se laisser porter.

Revenir en haut Aller en bas
implicit A



Masculin
Nombre de messages : 424
Age : 39
Localisation : Oise
Date d'inscription : 07/09/2012

MessageSujet: Re: les bonnes nouvelles   Mer 10 Juin - 20:07

Stéphane a écrit:


Cependant, la nouvelle énergie, le nouveau paradigme va plus "loin": on ne devrait plus penser en noir ou blanc, en bien ou mal, en positif ou négatif mais en noir/blanc, bien/mal, positif/négatif.
Ce n'est plus l'atteinte de l'équilibre en allant eu milieu des 2 extrêmes (équilibre instable) mais l'atteinte de l'équilibre en s'expansant sur toutes les extrémités (équilibre stable).

La position au centre/milieu ouvre la porte de l'Inconditionnel, mais l'incarnation de l'Inconditionnel passe par l'expansion symétrique, sphérique sur tous les axes à partir de ce centre.



c'est tout simplement la conscience de l'Unité du tout ne formant qu'un (plutot que le choix d'un milieu qui est le renoncement aux extrêmes et aux possibles). L'expension devient "enveloppante" ( et transcendante omnisciente ) ce qui est la forme la plus stable qui soit.
Une nouvelle couche de conscience, pénétrante en quelque sorte.  Une évolution significative de l'âme humaine.
N'oubliez pas : elle n'a de sens et d'intérêt que dans la JOIE, et le positif créatif comme le retranscrit si bien ces messages.


Phénix a écrit:

COMME PAR HASARD   çà s'appelle blog dédié aux bonnes nouvelles et infos positives !!!!

rien de bien nouveau dans ceci, mais la vérité se trouve maintenant partout, sur tous les chemins, et surtout sur les chemins de ceux qu'on aime.
donc "Aimez votre prochain comme vous même" prend encore une fois un sens important et inattendu.


Pour répondre à la question des goûts pour les informations morbides ou mauvaises nouvelles : il y a un réflexe ressenti instinctif à se faire peur ( notamment gout pour les sujets de type conspirationnisme ou "on nous cache la vérité" pour se faire peur là aussi )
dans le but de se retrouver conscient de la "chance" qu'on a et se "rassurer" (ses petits biens ses petits confort)

Les chemtrails ( autre post ) pour moi sont du même registre,
scénario pour se faire peur sans aucune objectivité. ... jusqu'à preuve du contraire

Le phénomène ovni est du même registre. Là ou l'on suspecte un manque d'information transparente ou objective on en fini par lire des thèses "on nous cache des choses". Pourtant on ne peut pas reprocher l'objectivité et la transparence d'un rapport cometa par exemple.
C'est juste par peur de l'inconnu, par manque d'élément tangible, ( cas extrêmement rares et impuissance des pouvoirs face à ces phénomènes) que les théories les plus fumeuses peuvent naître, mais aussi et surtout par gout instinctif à se faire peur et de refuser de croire que personne ne peut maitriser la "réalité apparente et inconnue" . donc le choix d'instinct préfère croire à "on nous cache des choses" plutot qu'à personne ne sait réellement ce dont il s'agit, et potentiellement oui cela peut être dangereux.

Autre exemple, tout le monde s'accorde à dire que l'indignation face à l'injustice et la barbarie est juste la grandeur de l'âme humaine confrontée à ses pire travers.
Pourtant, personne ne se sent l'âme d'un Jean Moulin, prêt à se mobiliser et agir, contre les décapitations récentes ou les charniers en ex yougoslasvie que nous avons juste laissé glissé dans notre tv pour sauvegarder notre émotivité.
donc pour le commun des mortels : se faire peur par tv interposée est acceptable, se lever et changer le monde l'est déjà beaucoup moins.
et ce toujours pour le même problème, son petit confort et ses petits acquis pourtant si périssables et avec si peu de valeur. Il n'y a qu'en l'absence de choix que l'on agit face au danger ou à l'horreur.

Tout cela il faut l'accepter, non pas comme une fatalité, mais comme une réalité, du tout, de l'Unité, au sein de celle ci, chacun et capable du meilleur comme du pire.
mais avec la Joie et l'Amour inconditionnel ( notre ) , tout se simplifie, tout se transmute si l'on a cette conscience de l'unité.
I
J'entendais à la Radio en voiture aujourd'hui un reportage, sur comment expliquer aux enfants les horreurs de l'actualité.
Je pense que les enfants, ne jugent pas ( enfin quand ils sont petits ) et qu'ils sont les premiers créateurs d'égrégore positifs et d'amour en ce monde.( avec les animaux et les plantes peut être et les autres petits êtres subtils )
Donc leur faire prendre conscience petit des horreurs et atrocité du monde n'est pas une bonne idée. cela risque de leur faire croire que celà est normal, et courant, et les détourner du positivisme et de la Joie naturelle qu'ils possèdent. Il ne faut surtout pas sous estimer la LUCIDITE des petits et des jeunes. Il faut la reconnaitre, l'expliquer, relativiser et leur apprendre idéalement à la transmuter en Joie et positivisme.

Revenir en haut Aller en bas
aigle d'or
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 7759
Age : 51
Localisation : Terra
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: les bonnes nouvelles   Dim 21 Juin - 22:47

bonsoir

Merci phénix ; je ne connaissais pas bien le processus de création de la réalité mais j'y travail dessus depuis quelques années mais au boulot mais aussi sur un jeu.
pour l'instant je ne trouve que réalité le ressenti au boulot mais j'y travaille.

pour la peur la peur rend l'homme bien plus docile ce qui explique toutes ces peurs et il est vrai que beaucoup aime avoir peur je ne compte le nombre de personnes que je connais qui aiment les films d'horreur mais bien au chaud chez soi.
Perso c'est pas ma tasse de thé.
Je ne pense pas que ce soit que le négatif qu'ils montrent à la télé mais plus des reportages et sujet qui font aller l'opignon publique c'est à dire le groupe dans un même sens.
trou de la sécu rabâché augmentation des cotisations. trop d’impôts cette année on pense à vous on va les baisser donc votez pour nous l'année qui suit et en plus vous riquer d'en avoir encore moins et tous vont oublier plus ou moins l'année coup de massue.
Attentat aie pour vous protéger on va vous surveiller etc...
Sur nos pays c'est un égrégore permanent qu'il y a un égrégore de domination et de peur.
Ou est l'Amour ouf dans nos coeur bien protégé...
Les chemtrails c'est différent les média en parle très peu et jouer à l'autruche n'est pas la solution comme la pétition contre des pesticides pour sauver les abeilles es-ce de la peur ou du bon sens?
A nous de voir pourquoi nous faisons ces démarches.
Et puis qu'es-ce la peur? Une suggestion de l'ego surement.
Il se fait tard donc

Bonne soirée à tous

Revenir en haut Aller en bas
Phénix
Admin
Admin


Féminin
Nombre de messages : 6614
Age : 50
Localisation : montpellier
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: les bonnes nouvelles   Lun 14 Sep - 7:08

D’abord considérée comme une fantaisie irréalisable, l’invention d’un jeune homme Boyan Slat serait sur le point d’être mise en place l’année prochaine. On sait que le défi est de taille, dépolluer nos mers et océans de ses millions de tonnes de déchets plastiques.
Une structure très longue (2 km d’envergure) permettrait de nettoyer les océans de ces déchets plastiques (270 000 tonnes de plastiques rejetées dans les mers par an). Le projet “Ocean clean-up” a semble -t-il vu le jour grâce aussi au soutient financier des internautes. Un autre exemple de solidarité.
http://buzzutopia.com/wp-content/uploads/2015/06/nettoyer-ocean-campagne-publicitaire-plateau-fruit-de-mer.jpg




La méditation est désormais légitimée par les neurosciences.
Fort de cet appui elle fait désormais son entrée dans le très sérieux monde des entreprises, des nouvelles technologies et du travail urgent générateur de ….stress et de burn-out.
Il semble que ce soit précisément dans ces lieux générateurs de stress et de déconcentration que l’on fait appel de plus en plus à la méditation ou au “Mindfulness” terme plus rassurant pour les chefs d’entreprise qui proposent aux salariés de prendre du recul par rapport à leur travail quotidien.
On a besoin de davantage d’études scientifiques, de recherches. La méditation a le pouvoir d’initier une renaissance mondiale, encore plus vaste que la Renaissance du XVIe siècle !”



L’entreprise du moteur de recherche Google, le groupe Medtronices spécialisé dans les techniques médicales, l’entreprise informatique HP, autant de sociétés qui introduisent auprès de leurs salariés la méditation. La France est aussi concernée puisque l’Ecole du management de Grenoble a créé une chaire universitaire “Mindfulness, bien-être et paix économique”.

L’écho positif que rencontre la méditation provient du contexte actuel. Validée par les sciences, la méditation est reconnue pour sa capacité à générer du recul, du calme et d’être mieux et plus disponible envers soit-même, les autres et son travail.

“On a besoin de davantage d’études scientifiques, de recherches. La méditation a le pouvoir d’initier une renaissance mondiale, encore plus vaste que la Renaissance du XVIe siècle !” Jon Kabat-Zinn créateur d’un programme de réduction du stress basé sur la méditation. Selon lui l’entreprise doit se préoccuper du bien-être de ses salariés – pour le bien de tous.

Le Nouvel observateur

Lire l’OBS – Hors série “Méditation les pouvoirs de l’esprit” –




Le plastique qui nous entoure pourrait-il s’effacer devant cette nouvelle création ? Un bio-plastique totalement naturel qui en se dégradant enrichit les sols et permet aux plantes une croissance plus rapide.

Ces nouveaux plastiques sont encore en cours d’expérimentation mais ils seront peut-être une solution efficace à la prolifération des plastiques à base de pétrole qui envahissent nos océans et nos sous-sols.


Revenir en haut Aller en bas
aigle d'or
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 7759
Age : 51
Localisation : Terra
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: les bonnes nouvelles   Sam 19 Sep - 9:29

Kikou

Sympas ta rubrique Claire sur les bonnes nouvelles je t'encourage donc.
Je vais me preparer direction l'Ariège ou le telephone ne passe pas ou presque pas.

bisous à tous

Revenir en haut Aller en bas
Phénix
Admin
Admin


Féminin
Nombre de messages : 6614
Age : 50
Localisation : montpellier
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Le recours aux thérapies alternatives accélère la guérison    Mer 14 Oct - 8:05

Dr Olivier Abossolo :  Le recours aux thérapies alternatives accélère la guérison 
Posté dans :
Découvrir
- Par Isabelle Saget - le 12 octobre 2015

Médecin anesthésiste depuis vingt ans, Olivier Abossolo n’a eu de cesse de s’ouvrir à la médecine intégrative. En quelques années, aromathérapie, luminothérapie et autres thérapies douces sont entrés par la grande porte d’un centre chirurgical privé d’Avignon et font désormais pleinement partie des soins prodigués. Il nous livre ce qui l’a poussé à diversifier ses approches thérapeutiques.

Plantes & Santé Comment avez-vous été amené à vous intéresser aux thérapies alternatives ?

Dr Olivier Abossolo J’ai commencé ma spécialisation d’anesthésiste au CHU de Liège, en Belgique, où, sous l’impulsion du professeur Marie-Élisabeth Faymonville, on utilisait couramment l’hypnose. C’est là, dans les années 1990, que j’ai compris que l’on pouvait s’intéresser sérieusement à d’autres façons de soigner. Je me suis formé à la naturopathie, j’ai découvert l’aromathérapie qui est devenue l’une de mes passions, ainsi que divers soins énergétiques. Mais dans mon travail, j’étais confronté à une opposition entretenue entre les médecines conventionnelle et alternative. Cela ne me convenait pas, d’autant que j’ai très vite été convaincu que la conjugaison des deux est bénéfique non seulement pour le patient, mais aussi pour le soignant.

P. & S. Désormais, cette double approche est celle qui prévaut officiellement au centre chirurgical Montagard d’Avignon. Avez-vous eu du mal à convaincre ?

Dr O. A. Je n’ai jamais cherché à convaincre. Quand je me suis installé à la clinique Montagard, j’avais déjà dix ans de pratique. Je leur ai donc proposé ma manière de travailler. Petit à petit, tout le personnel, de l’aide soignante au chirurgien, a constaté les effets positifs : meilleur vécu de l’opération, réveil plus agréable, moindre recours aux analgésiques.

P. & S. De quoi s’agit-il plus précisément ?

Dr O. A. Avant l’opération, le patient bénéficie d’une médication homéopathique à visée anxiolytique. On lui fournit aussi un stick inhalateur d’huiles essentielles relaxantes qu’il peut utiliser à sa guise. On a recours à des séances d’hypnose, à de la musicothérapie afin de favoriser la détente. En postopératoire, des huiles essentielles sont diffusées dans la salle de réveil, tandis que des images apaisantes sont projetées, et on passe de la musique. Les personnes opérées sous anesthésie générale bénéficient de séances de Bol d’air Jacquier. Cette technique limite les nausées, les vomissements et favorise un réveil plus rapide. Enfin, pour apaiser les douleurs postopératoires, on utilise la photobiomodulation (sources lumineuses froides, ndlr). Précisons qu’à chaque fois, ces « traitements » qui nous permettent d’utiliser moins de médicaments chimiques sont d’abord testés, puis validés par une étude et des données bibliographiques avant d’être mis en place.

P. & S. Ces approches sont donc systématisées ?

Dr O. A. La bonne appréciation de la Haute autorité de la santé en 2013 nous a permis de passer une nouvelle étape. Cela signifiait une validation officielle de ce type de démarche aussi bien vis-à-vis des confrères médecins que de la direction. Désormais, tous les soins réalisés avec des thérapies alternatives à la clinique Montagard font partie intégrante du dossier médical.

P. & S. Alors qu’il est surtout question de gestion financière de la santé, comment expliquer cette reconnaissance ?

Dr O. A. En fait, si ce type d’approches nécessite de faire quelques investissements (matériel adapté, produits d’aromathérapie, formation aux médecines douces…), les coûts globaux s’équilibrent rapidement. Par exemple, on a dû acheter les appareils Bol d’air Jacquier, mais désormais, on a moins recours à un antivomitif chimique, qui est très coûteux. Par ailleurs, en remettant plus vite le patient sur pieds, ce dernier peut sortir plus rapidement de la clinique. On développe ainsi la prise en charge ambulatoire (le patient rentre plus vite à son domicile après l’intervention) ce qui, du point de vue de la gestion des coûts de santé, revient moins cher. Par ailleurs, contrairement à ce que l’on pourrait penser, le travail du personnel est facilité. Par exemple, en remplaçant la médication chimique par de l’homéopathie et le stick aroma, les infirmières font beaucoup moins d’allées et venues. Si ces soins n’avaient pas été compatibles avec les contraintes médicales et budgétaires, ils n’auraient pas été validés par la direction pour être étendus aux autres cliniques du groupe.

P. & S. Pensez-vous, à l’avenir, avoir recours à d’autres thérapies alternatives de soins ?

Bien sûr, car notre démarche visant à améliorer le bien-être du patient est dynamique. Par exemple, on teste actuellement pour l’opération de l’hallux valgus (déformation du pied, ndlr) des patchs d’huiles essentielles anti-inflammatoires et anti-infectieuses. Pour la chirurgie de l’épaule, on est parvenu, en utilisant l’appareil Miltaled, à réduire de 25 % la dose de morphine. Beaucoup d’évolutions sont encore possibles, il faut continuer pas à pas. Sans oublier de proposer des solutions qui sont toujours en adéquation avec l’environnement global dans lequel on évolue.

P. & S. Est-ce cela qui explique le succès de votre démarche ?

Dr O. A. La première réussite est d’avoir mis un terme à ce préjugé affirmant que tout oppose médecine conventionnelle et médecine alternative. Finalement, la nouvelle prise en charge du patient s’est mise en place de façon assez naturelle : un peu à l’image de ce que doit être la médecine intégrative. Une façon d’appréhender l’individu sous tous ses plans, pas seulement physique mais aussi mental, social, culturel, jusqu’à l’aspect spirituel.

P. & S. Votre projet reste très ambitieux…

Dr O. A. Non, pour moi il ne s’agit pas d’ambition. C’est là que réside la nouvelle médecine, celle qui doit s’orienter vers le travailler ensemble et le respect du patient. On retrouve ainsi une médecine plus coopérative, qui ne doit pas sa légitimité à sa spécialisation.
Revenir en haut Aller en bas
aigle d'or
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 7759
Age : 51
Localisation : Terra
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: les bonnes nouvelles   Lun 26 Oct - 22:49

Merci Phénix

C'est un reportage remplis d'espoir que tu nous a mis là .
Si en plus de bienfait thérapeutique cela coute moins cher on devrai voir une generalisation pour le bien de tous.

bisous

Revenir en haut Aller en bas
Phénix
Admin
Admin


Féminin
Nombre de messages : 6614
Age : 50
Localisation : montpellier
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: les bonnes nouvelles   Lun 9 Mai - 7:19

Le Yoga au secours des laissés pour compte

Dans un environnement scolaires des plus défavorable,

Ali, Atman et Andres ont introduit le Yoga et l’on étendu progressivement à plusieurs écoles. 6500 jeunes à ce jour. Une étude menée sur 24 semaines par l’université John opkins montre qu’il est possible de conjurer la fatalité :

   Amélioration de l’attention
   contrôle des émotions négatives
   réduction du stress
   meilleur travail scolaire
   réduction des conflits

Les résultats de l’étude a montré que les étudiants participants ont eu un impact positif sur les réponses problématiques au stress, y compris la rumination, des pensées intrusives, et l’excitation émotionnelle. Les participants ont également montré une réduction des réactions de stress involontaires, ce qui conduit à l’amélioration du développement social, affectif et comportemental.

Lieu : West Baltimore, l’une des ville les plus criminogène des États Unis (3% de la population sous les verrous), gangrenée par le chômage et le trafique de drogue, les enfants baignent dans une violence quotidienne, l’école n’étant, bien souvent qu’une machine à reproduire les conflits et les violences qui règnent à l’extérieur.

Le programme est basé sur le yoga, la méditation, la respiration, le tai-chi, le centrage et d’autres techniques de pleine conscience. Le programme se compose de deux 2 sessions par semaine chacune durant quarante-cinq 45 minutes et se déroule pendant les périodes en dehors des cours.
Aperçut d’une des technique employée basée sur la respiration (introduction au pranayama) :

Assis ou allongé le moniteur invite les élèves à inspirez profondément en imaginant qu’ils inspirent toute l’énergie positive qu’il peuvent trouver, provenant des arbres, de l’eau, des plantes, des camarades, des profs… prenez toute cette énergie, faites marcher votre imagination _ puis à l’expire laissez sortir toute l’énergie négative…

Essayez ! Si vous y mettez de la conviction, sa marche ! Associé le avec des Mudras et d’autres techniques de Yoga et le changement est en route !

holistic life foundation
Revenir en haut Aller en bas
Phénix
Admin
Admin


Féminin
Nombre de messages : 6614
Age : 50
Localisation : montpellier
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Comment la ville d'Albi veut conquérir son autosuffisance alimentaire   Mar 17 Mai - 10:35

Comment la ville d'Albi veut conquérir son autosuffisance alimentaire

- L'objectif, à l'horizon 2020, est de permettre à tous les habitants de se nourrir de denrées produites dans un rayon de 60 kilomètres autour de la préfecture tarnaise. Au menu : agriculture urbaine, jardins partagés et circuits courts. Une première en France.

Un petit parfum de révolution verte flotte dans l'air. L'équipe municipale d'Albi a officialisé début 2016 un défi ambitieux: parvenir à l'autosuffisance alimentaire à l'horizon 2020. Une première en France pour une ville de cette taille (51.000 habitants). La production agricole dans un rayon de 60 km devra être en capacité de répondre aux besoins de la population. Une utopie qui vise surtout à faire bouger les mentalités et à favoriser les circuits courts. «Je ne veux pas interdire les produits qui viennent de plus loin, rassure Jean-Michel Bouat, l'adjoint au maire en charge du dossier, mais le bilan carbone doit être l'affaire de tous». Deuxième objectif: sécuriser les approvisionnements en cas de crise alimentaire. «À Albi, on n'a que 5 jours de stocks de nourriture», déplore-t-il. Surtout, la course aux aliments sains dans les assiettes est lancée. «Quand un agriculteur serre la main de ses clients, il se pose plus facilement la question des produits qu'il met dans ses champs», renchérit l'élu encarté au Parti radical, qui se définit comme un «écolo-centriste». Mode d'emploi.
● L'installation de néomaraîchers dans la commune

En bordure du Tarn, une vaste friche verdoyante non constructible de 73 hectares est située à une quinzaine de minutes de vélo du centre-ville. Bienvenue à Canavières, véritable laboratoire municipal de l'installation d'agriculteurs urbains. Ici, la mairie préempte les terrains: elle est prioritaire pour les racheter. Elle loue ensuite de petites parcelles d'environ un hectare à des néomaraîchers volontaires, qui se lancent dans la profession. Le loyer est raisonnable (70 euros par hectare et par an). Mais les règles sont strictes. Du bio, rien que du bio. Les techniques de permaculture permettent des rendements suffisants. Les clients doivent être locaux, en circuit court: paniers, vente en ligne, écoles... «Demain, on espère que notre cuisine centrale (qui prépare les repas des écoliers et des personnes âgées, NDLR) pourra absorber le surplus», confie Jean-Michel Bouat. Pour l'instant, 8 hectares ont été rachetés. Et «sept emplois ont déjà été créés, jure fièrement l'élu.

André Morlat est l'un des pionniers. Cet ancien paysagiste de 56 ans s'est lancé dans l'aventure en janvier 2014. «C'était un vieux rêve», murmure-t-il. L'homme cultive une soixantaine d'espèces de légumes différents, produit de l'huile de noix et du jus de pomme. La demande pour sa production, un peu plus chère qu'en supermarchés, ne faiblit pas. Et il parvient à en vivre, même s'il ne compte pas ses heures. «Je n'ai jamais jeté un seul légume», s'enthousiasme-t-il. D'autres zones de ce genre pourraient voir le jour dans la ville.
La zone de Canavières fait partie du territoire communal.

● Les fruits et légumes dans la ville

Choux, blettes, pois, ail, fèves, fruits rouges, pommiers... Les Incroyables Comestibles partent à la conquête de la ville. Ces jardiniers d'un nouveau genre, œuvrent partout dans le monde, pour que les fruits et les légumes réinvestissent l'espace public et puissent être cueillis librement. Les bénévoles albigeois sont à l'initiative de plantations aux coins des rues de la coquette cité tarnaise, en accord avec la mairie. L'instigatrice du mouvement, la britannique Pam Warhust, s'est d'ailleurs déplacée dans le Tarn en janvier dernier, histoire de constater la mutation en marche. Jardins partagés, urbains, arbres fruitiers, «key hole» (potager hors-sol originaire d'Afrique)... Lentement, les espaces verts entament leur mue. «Nous sommes habitués à une esthétique de fleurs mais pas vraiment de poireaux. Pourtant on peut faire du beau et du bon», s'amuse Jean-Michel Bouat.
Entre les bâtiments, les potagers se multiplient.

Toutefois, «les habitants n'osent pas trop cueillir les légumes. Ils ont l'impression que c'est du vol», avoue un bénévole, affairé dans le potager niché en plein coeur de l'université. Reste qu'avec un peu de pédagogie, des miracles arrivent. «Certains étudiants nous disaient ne jamais manger de légumes avant. Alors pourquoi faire pousser de l'herbe?», se félicite l'élu.

La réhabilitation des jardins ouvriers et des potagers délaissés chez les personnes âgées sera la prochaine étape. Une plate-forme Internet devrait bientôt voir le jour pour mettre en relation des jardiniers volontaires et les propriétaires noyés sous les mauvaises herbes. Une manière de ne laisser aucun carré de terre à l'abandon. «Les gens retrouvent l'essence des choses: la vocation nourricière de la terre. Une partie de la population a de faibles revenus, mais du temps libre», souligne Jean-Michel Bouat.
● Associer les agriculteurs et les distributeurs

Rien ne pourra se faire à grande échelle sans les agriculteurs locaux d'un côté ; la grande distribution de l'autre. «C'est au secteur privé d'y aller. Tout ce que l'on fait là sert à déclencher une prise de conscience», pointe le maire adjoint. Pour arriver à l'autosuffisance alimentaire réelle, il faut une belle force de persuasion. Jean-Michel Bouat l'admet... «Avec les agriculteurs dits «traditionnels», la démarche est parfois mal comprise». Mais en ces temps de crise, il croit en la force de l'exemple ; à l'émulation positive. «Les acteurs du secteur vont se rencontrer. Les politiques doivent parfois savoir se faire discrets».

Il faudra aussi faire bouger les supermarchés. Pour l'instant, seuls les centres Leclerc peuvent acheter localement. Les autres enseignes doivent passer par des centrales d'achat. Le consommateur a un grand rôle à jouer dans la réussite du défi albigeois. «La grande distribution sera alors obligée de jouer le jeu des producteurs locaux, affirme Jean-Michel Bouat. On n'arrête pas une idée dont le temps est venu».
Revenir en haut Aller en bas
Phénix
Admin
Admin


Féminin
Nombre de messages : 6614
Age : 50
Localisation : montpellier
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Faut-il faire de l’information positive ?   Ven 17 Juin - 6:39

Big Browser
Un blog de la rédaction - Le Monde
Faut-il faire de l’information positive ?

LE MONDE | 03.06.2016 à 16h30




La guerre, le terrorisme, la corruption et les crises politiques font bien souvent l’ouverture des journaux télévisés et la « une » des sites d’information. On finirait par penser qu’il ne se passe que des choses atroces dans le monde. Or, il se passe aussi beaucoup de choses positives, dont l’impact est peut-être moins immédiat, moins « transformateur » à court terme qu’une crise géopolitique, mais tout aussi essentiel : on repousse des épidémies, on invente de nouveaux médicaments, on apprend peu à peu à dépenser moins d’énergie…

De nombreuses études psychologiques ont montré que les gens préfèrent les actualités négatives. Un vieil adage des rédactions anglo-saxonnes dit d’ailleurs « if it bleeds, it leads », « s’il y a du sang, ça fait la une ». En 2007, le Pew Research Center avait combiné 165 sondages sur les préférences des Américains en termes d’actualité. La guerre et le terrorisme arrivaient en tête, loin devant le sport et le divertissement. Mais l’arrivée des réseaux sociaux a légèrement transformé la donne. En effet, les nouvelles « positives » sont plus partagées en ligne que les contenus négatifs.
Liens entre émotion et viralité

Une étude réalisée par l’université de Pennsylvanie a tenté d’évaluer les liens entre émotion et viralité en analysant trois mois de contenus publiés sur le site du New York Times, soit près de 7 000 articles. Selon les résultats de cette étude, les articles les plus positifs ont plus de chances de se retrouver dans la liste des « contenus les plus partagés par e-mail ». Notons que la même expérience peut être réalisée à peu près n’importe où, en observant les partages sur les réseaux sociaux. Chez Big Browser, par exemple, où il suffit de relayer l’histoire d’une grand-mère qui préfère partir en road trip plutôt que de faire sa chimiothérapie pour se retrouver en tête des articles les plus partagés.

Si l’on choisit d’être cynique un moment, les médias auraient donc aujourd’hui tout intérêt à diffuser plus d’informations positives, tout simplement parce qu’elles génèrent plus d’audience. Beaucoup ont essayé. Le site Upworthy, par exemple, fonctionne sur la base d’une ligne éditoriale axée sur le divertissement et les contenus « socially conscious », c’est-à-dire tout type d’histoires susceptibles de célébrer la générosité, le progrès ou l’égalité. Les internautes sont invités à proposer leurs idées. Ouvert en 2013, Upworthy a été propulsé en quelques mois en tête des sites dont les contenus sont les plus partagés sur Facebook, selon Business Insider.
« Solutions, innovations, réponses »

Le problème de l’information positive est que la joie n’est pas en soi un critère pour déterminer la valeur d’une information. Tout comme on ne choisit pas de parler des migrants « parce que c’est triste », on ne peut pas choisir de traiter une actualité « parce qu’elle est positive ». Ce n’est tout simplement pas une raison suffisante (sauf chez Jean-Pierre Pernaut). À ces nouvelles positives, on pourrait donc reprocher leur futilité, leur déconnexion d’avec les problèmes du monde réel. Sur le fil entre information et divertissement, celles-ci n’auraient donc pas leur place dans un média d’information comme le Guardian.

Le quotidien britannique a néanmoins demandé à ses lecteurs s’ils apprécieraient de lire plus de nouvelles positives. « Un nombre significatif d’entre eux nous a répondu que nous voyions constamment le verre à moitié vide », explique le site du Guardian. Les lecteurs sont invités à proposer leurs idées, via un formulaire disponible en bas de l’article, pour alimenter une nouvelle série d’articles intitulée « Half full », « à moitié plein ». Sous-titrée « solutions, innovations, réponses », la série « Half full » propose déjà deux articles : l’un sur les solutions imaginées par des start-up pour nourrir la planète, et l’autre sur le revenu universel.

Le « journalisme constructif » veut donc prendre le contre-pied de l’opposition entre le divertissement pur et l’information « sérieuse » forcément négative, en montrant qu’il est possible de proposer un journalisme positif sans appauvrir l’information. Non, le positif n’est pas forcément cantonné aux chats qui font du skateboard ou à ces vidéos de soldats américains retrouvant leurs enfants, qui ressurgissent tous les ans des profondeurs de l’internet. Les « nouvelles positives » seraient centrées sur les solutions plutôt que sur les problèmes. Leur sérieux, leur valeur informative et leur importance ne seraient pas entamés pour autant. C’est en tout cas ce que promet le Guardian :

« Ceux qui ont essayé de s’opposer au cours habituel des actualités ont souvent été tournés en dérision. On les accusait de tomber naïvement dans le piège de la futilité et du buzz, ou alors de passer à côté de l’info. Nous croyons qu’il existe un juste milieu. Ce ne sont pas des “bonnes nouvelles”, mais un journalisme constructif, centré sur les solutions et les réponses, sans pour autant les approuver. »


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/big-browser/article/2016/06/03/faut-il-faire-de-l-information-positive_4933662_4832693.html#TO8Zz2R4H55if9Uk.99
Revenir en haut Aller en bas
aigle d'or
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 7759
Age : 51
Localisation : Terra
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: les bonnes nouvelles   Dim 10 Juil - 21:38

Kikou Phénix

Toujours le même débat et là il sont plusieurs millions devant le televiseur voir un match de foot.
Lorsqu'on a des nouvelles positives surtout pour les gagants d'autres en profites pour passer des lois en douce ou faire de coups qui seront enterrés par l'information.
Comme la radiation du professeur Joyeux qui pourtant améliore nos vies par ses idées à moindre cout.
Que pouvons nous faire réellement?
Rester positif et espérer maintenant ce n'est plus sufisant.
Envoyer de la lumière c'est un bon début ; lire que le positif ou les bonnes intentions pour éviter d'être trop polué sans faire l'autruche.
Je pense que oui en appliquant à notre niveau ces bonnes idées.
Je suis perturbé car nous sommes dans le courant du changement .
Comme le dit souvent Avatar laissons nous porter.

Bisous à tous

Revenir en haut Aller en bas
kris



Féminin
Nombre de messages : 1037
Age : 48
Localisation : alpes haute provence
Date d'inscription : 06/01/2011

MessageSujet: Re: les bonnes nouvelles   Lun 11 Juil - 7:46

Actuellement il est beaucoup dit que nous devons à notre niveau faire le necessaire pour changer ce que nous pouvons mais à notre petit niveau. Et les petits ruisseaux font les grandes rivières.
Il y a une prise de conscience collective et un éveil. Même si c'est une petite minorité je trouve que de plus en plus de gens se questionnent. Donc c'est positif.
Revenir en haut Aller en bas
aigle d'or
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 7759
Age : 51
Localisation : Terra
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: les bonnes nouvelles   Lun 11 Juil - 21:35

merci Kris

Je te suis.

Bisous

:noel18:
Revenir en haut Aller en bas
Phénix
Admin
Admin


Féminin
Nombre de messages : 6614
Age : 50
Localisation : montpellier
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: L’Inde a planté 50 millions d’arbres en 24 heures pour combattre la pollution    Lun 17 Oct - 7:15

La reforestation du pays est un des engagements majeurs pris par le gouvernement indien, il y a 10 mois, lors du sommet pour le climat à Paris.

Plus de 800 000 indiens ont nettoyé une partie des terres de l’État d’Uttar Pradesh pour y planter près de 50 millions d’arbres en 24 heures.

L’Inde a planté 50 millions d’arbres en 24 heures pour combattre la pollution

Leur but est d’encourager la reforestation dans cette région particulièrement dense en population afin de réguler la pollution.

Le premier ministre indien Narenda Modi avait marqué de son volontarisme l’ouverture de la COP 21 de Paris il y a déjà presque un an. Par exemple la mise en place de l’alliance solaire dont l’ambition est de porté à 40 % d’ici 2030 la part d’énergie renouvelable produite en Inde contre 12 % aujourd’hui.

Autre fait remarquable, le gouvernement indien a alloué plus de 6,2 milliards de dollars pour la plantation d’arbres à travers le pays, conformément à son engagement à augmenter l’espace forestier de l’Inde à 95 millions d’hectares d’ici 2030.

La majorité des arbres plantés sont des figuiers des pagodes, un arbre qui libère un maximum d’oxygène. La pollution des villes indiennes est telle que le pays avait besoin de planter des arbres qui produisent de l’oxygène.

Lire l’article de VivreDemain

Lire l’article de l’Express
Revenir en haut Aller en bas
aigle d'or
Admin
Admin


Masculin
Nombre de messages : 7759
Age : 51
Localisation : Terra
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: les bonnes nouvelles   Dim 23 Oct - 16:56


merci
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: les bonnes nouvelles   Aujourd'hui à 20:21

Revenir en haut Aller en bas
 
les bonnes nouvelles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 40 days for Life _ Que de bonnes nouvelles !! LOUANGES a DIEU
» des nouvelles
» [4ème] Des idées de bonnes nouvelles fantastiques?
» Que des bonnes nouvelles pour les anti-corridas
» Anti-chasse: Parfois de bonnes nouvelles !!!! et autres...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coeur de Christal :: LES BONNES NOUVELLES-
Sauter vers: